Rechercher dans ce blog

mercredi 26 avril 2017

Notre-Dame du Bon Conseil


Une messe figurant dans le Missel des Messes en l'honneur de la Vierge Marie, porte le titre de Notre-Dame du Bon Conseil.
C'est la fête de cette image aujourd'hui et de son sancutaire qui fête ses 150 ans. L'invocation dans les litanies de Lorette a été ajoutée en 1903.

L'ensemble ci-dessous fleure bon le 19ème siècle, comme le nôtre ne s'est pas encore détaché du 20ème.



http://leblogdumesnil.unblog.fr/…/92-de-limage-miraculeuse…/
https://fr.wikipedia.org/wiki/Notre_Dame_du_Bon_Conseil https://ia802701.us.archive.org/7/…/cihm_714…/cihm_71475.pdf

Le Sanctuaire de Genazzano

Notice sur l’Image miraculeuse de la Sainte Vierge à Genazzano

Par le R. P. Frédéric de Ghyvelde, O. F. M.
Commissaire de Terre-Sainte
IMPRIMATUR
C.A. Marojs, V. G.
Quebeci, die 21 juni 1903
Ex parte nostri nihil obstat,

Fr. Columbanus Maria, O. F. M.
Comm. prov.
Marianopoli die 19 Julii 1903,

AVANT-PROPOS

La publication du récent Décret par lequel
S. S. Léon XIII Ordonne l’insertion, dans les litanies, de l’invocation de Mater Boni Consilii, O. P. N. » — Mère du Bon-Conseil, P. P. N. — nous a donné la pensée d’offrir au public pieux, dans une humble brochure, l’admirable histoire de l’Image miraculeuse de Genazzano (1). Image, qui, au témoignage même de la sainte Eglise, occupe un rang unique, parmi toutes les images existantes de la Mère de Dieu. Nous  avons choisi, entre les différentes relations, toutes également intéressantes, celle qui se trouve dans le bel ouvrage de Mgr Dillon, publiée, il y a quelques années, par la « Société de Saint-Augustin. » Nous la donnons presque textuellement, après en avoir coordonné les différents matériaux ; et nous y avons ajouté, en appendice, quelques documents liturgiques, sur la dévotion à Notre-Dame du Bon-Conseil.
Puisse la lecture pieuse de cette brochure servir à augmenter encore dans les cœurs l’amour déjà si grand de nos bonnes populations canadiennes envers l’auguste Reine du Ciel « La Mère du Bon Conseil. »

1 Genazzano, petite ville d’Italie, dans le diocèse de Palestrina.

dimanche 23 avril 2017

La Divine Miséricorde

23 AVRIL 2017 -  2ème Dimanche de Pâques — Année A
Solennité du Seigneur
Première lecture« Tous les croyants vivaient ensemble, et ils avaient tout en commun »Ac 2, 42-47
Ps 117 (118), 2-4, 1
Deuxième lecture« Il nous a fait renaître pour une vivante espérance grâce à la résurr...1 P 1, 3-9

Évangile« Huit jours plus tard, Jésus vient »Jn 20, 19-31

Frères et Sœurs,

Pourquoi croire ?  Pourquoi croire que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu ? Pour que nous ayons la vie en son nom. L’Esprit a été donné aux Apôtres pour remettre les péchés, merci Thomas d’avoir cru et de nous avoir transmis la Vie.

De la miséricorde encore et toujours, à commencer par celle accordée à  Thomas puisqu’il est singulièrement à l’honneur… Il s’était dit être prêt à monter à Béthanie pour mourir avec Jésus : "Allons, nous aussi, pour mourir avec lui!" (Jean 11), et puis il demandait lors de la dernière Cène,: « Seigneur, nous ne savons où tu vas; comment pouvons-nous en savoir le chemin? » Le pauvre n’avait encore rien compris. Pour nous, c’est bien facile de nous étonner de sa question à ce moment-là, et de lui souffler la réponse.
Les preuves plutôt réalistes et brutales qu’il demande font frémir.  « Si je ne mets pas mon doigt dans la marque des clous, si je ne mets pas la main dans son côté, non, je ne croirai pas ! »



La représentation du Caravage impressionne toujours. Elle a un aspect de dessin pour chirurgien. Jésus le prend au mot : « Avance ton doigt ici, et vois mes mains ; avance ta main, et mets-la dans mon côté : cesse d’être incrédule, sois croyant. »
Pour accepter de croire, Thomas s’est focalisé sur les traces de la Passion. Lui qui demandait au Seigneur qu’Il lui montre le chemin, le voilà qui est servi d’une bien étrange façon. Comment aller vers le Père, sinon en marchant sur les traces du ressuscité ? Le chemin de la résurrection passe par la passion et Jésus en portera encore les traces… Était-ce seulement pour convaincre Thomas et d’autres sceptiques? Thomas a vu Jésus ressuscité dans son corps, il a vu ses stigmates. Il a vu une chose et il a cru en ce qu’il ne voyait pas… « Mon Seigneur et mon Dieu. » Impossible de voir maintenant Dieu avec des yeux de chair.
Les signes de la passion, les stigmates, n’est-ce pas aussi le titre de gloire de Jésus et le moyen qu’il a pour obtenir en permanence de son Père la Miséricorde promise ? Avec ces blessures présentées au Père, Celui-ci ne peut lui refuser pour nous tous le don de la Miséricorde. Ces plaies ne se cicatrisent pas, la Miséricorde s’écoule d’elles, comme la vie. Le sang, c’est la vie quelque chose de sacré. C’est la vie de Dieu en abondance qui nous est donnée maintenant, mais ce don ne peut plus provoquer la mort de celui qui le fait. Les plaies de Jésus ne se cicatrisent pas, le don de Dieu nous est promis sans rémission, pas de sécheresse possible du cœur de Dieu.


C’est une autre image, un autre tableau qui exprime le don de la miséricorde de Dieu pour nous. Saint Jean-Paul II l’a mis en valeur avec Sainte Faustine. Vous connaissez son histoire : Le Seigneur avait demandé le 22 février 1931 à la religieuse de le peindre dans une certaine attitude. N’y arrivant pas, les services d’un peintre avaient été requis.  Jésus devait être représenté vêtu d’une tunique blanche, une main levée pour bénir, la seconde touchant son vêtement sur la poitrine. De la tunique entrouverte sur la poitrine sortaient deux grands rayons, l’un rouge, l’autre pâle, avec l’inscription: Jésus, j’ai confiance en Toi.  Comme Sr Faustine regrettait que le résultat ne paraisse pas exactement correspondre à ce que le Seigneur avait demandé et à ce qu’elle aurait voulu, elle aurait reçu cette réponse : «Ce n’est ni dans la beauté des couleurs, ni dans celle du coup de pinceau que réside la grandeur de ce tableau, mais dans Ma grâce » (PJ 313). L’original est à Vilnius.
L’image a été rapidement répandue sous plusieurs formes, mais  nous pourrions tirer aussi un enseignement de la qualité picturale relative de cette image. Ne sommes-nous pas aussi parfois, avec le respect et considération que je vous dois, des images parfois un peu loupées de celui qui est venu habiter en nous et faire de nous ses fils. Seigneur, je ne peux pas annoncer ta miséricorde au monde, ou autour de moi, j’appartiens à la catégorie des i2 (hideux donc), comme disait un ancien militaire de l’hexagone. J’en ai fait tant, et j’ai tellement échoué en voulant bien faire, que je n’ai plus envie d’oser faire passer quoi que ce soit. Or, le Seigneur veut utiliser ces sortes d’images-là que nous sommes.
Entrés dans le temps de la miséricorde ordinaire vous me permettrez de citer quelques passages de saint Jean-Paul II : « Le message messianique du Christ et son activité parmi les hommes s'achèvent avec la croix et la résurrection. Le mystère pascal constitue le sommet de la révélation et de la mise en œuvre de la miséricorde. »  « Voici que le Fils de Dieu, dans sa résurrection, a fait l'expérience radicale de la miséricorde, c'est-à-dire de l'amour du Père plus fort que la mort... Le Christ de Pâques est l'incarnation définitive de la miséricorde, son signe vivant…  La liturgie du temps pascal met sur nos lèvres les paroles du Psaume : «Je chanterai sans fin les miséricordes du Seigneur» Ps 88,2 (Jeudi 4ème semaine). »
Le Pape François disait hier en fêtant les martyrs des XXe et XXIe siècle que l’Eglise a besoin  de témoins, c’est-à-dire de saints de tous les jours, ceux de la vie ordinaire, vécue avec cohérence… Pour que la miséricorde puisse mieux passer demandons la grâce de la recevoir nous-mêmes avec fruit.
Nous allons terminer avec sa prière : « O Seigneur, rends-nous de dignes témoins de l’Evangile et de ton amour ; répands ta miséricorde sur l’humanité ; renouvelle ton Eglise, protège les chrétiens persécutés, accorde bientôt la paix au monde entier. »

Marie Mère du Ressuscité, Mère de Miséricorde donne-nous la paix. Amen.

samedi 22 avril 2017

Le Christ apparaît à Marie


Le Christ apparaît à Marie - Rogier van der Weyden

Frères et Sœurs, en ce samedi de l’Octave de la Résurrection du Seigneur, nous pouvons nous réjouir avec Notre-Dame. Nous avons régulièrement chanté cette semaine le Regina Caeli.
Reine du ciel, réjouis-toi, alléluia - car Celui que tu as mérité de porter dans ton sein, alléluia - est ressuscité comme Il l’a dit, alléluia - Prie Dieu pour nous, alléluia.
C’est la plus récente des Antiennes mariales (XIIIe - XlVème siècle pour la musique) destinées à terminer l’office. Pendant le temps pascal, l'Antienne ne parle plus de vallée de larmes  mais de résurrection et de ciel. Une tradition dit que les premières paroles du chant auraient été soufflées à Grégoire le Grand par des anges. Pourquoi pas? Nous nous réjouissons avec Marie.
La question coutumière en ce jour est celle-ci… Est-ce que Jésus est apparu à Marie ? Les Evangiles et l’Ecriture n’en parlent pas. Mais de toute évidence, la question est plus que légitime. Ceux qui veulent en rester à la lettre ou doutent de cette apparition disent que Marie n’avait pas besoin d’une apparition personnelle, sa foi étant si forte et si grande, ainsi que ses lumières spirituelles, qu’elle savait que son Fils ressusciterait. Elle a cru en cette résurrection sans même avoir vu le tombeau vide. En entendant les premiers témoignages, elle ne pouvait qu’y adhérer de toute son âme. Cela plaît à la réflexion, mais des motifs de simple convenance nous font douter que le Seigneur ait voulu la maintenir à l’écart d’une consolation de sa présence corporelle de ressuscité alors qu’elle était demeurée fidèle au pied de la croix, jusqu’au bout. Celle qui avait été le premier témoin de l’incarnation et par qui le Christ était entré dans le monde devait être témoin de la résurrection et en premier lieu.
Le directoire de la piété populaire nous en parle. Il existe en certains lieux, dit-il, une coutume où une bannière du Christ Ressuscité va à la rencontre de celle de sa mère douloureuse.
Saint Jean-Paul II a abondamment parlé dans une de ses catéchèses de l’apparition de Jésus à sa mère.
Hier soir, en effectuant une recherche, j’ai aussi repéré qu’Ignace de Loyola l’avait mentionné cette rencontre dans ses exercices.
4ème semaine : 299 De la Résurrection de Jésus-Christ, notre Seigneur, et de sa première apparition
Jésus ressuscité apparut premièrement à la Vierge Marie. Quoique l'Écriture n'en fasse pas mention, elle nous le donne assez à entendre, en disant qu'il apparut à tant d'autres. Elle suppose que nous avons l'intelligence, et que nous ne voulons pas mériter le reproche que le Sauveur fit un jour à ses Apôtres: "Êtes-vous encore sans intelligence?"
Saint Ignace aurait été influencé par la fameuse légende dorée de Jacques de Voragine, lue au temps de sa conversion alors qu’il soignait une blessure reçue au combat.
Jacques de Voragine relève deux sources pour appuyer son propos : Ambroise de Milan, mais aussi un poète latin et écrivain chrétien du 5ème siècle Sedulius, c’était l’époque d’Augustin et d’Ambroise. D’Ambroise, j’ai eu de la peine à trouver la source exacte, mais il a beaucoup parlé de Marie. Quant au second, (Sedulius), voici ce qu’il  dit dans la traduction de son chant pascal :
Le Seigneur apparaît à Marie toujours vierge tout aussitôt après sa Résurrection, afin qu'en pieuse et douce mère, elle rendit témoignage du miracle. Celle qui lui avait ouvert les portes de la vie dans sa naissance, devait aussi prouver qu'il avait quitté les enfers. (Carmen Paschale, v, p. 361.)
Réjouissons-nous simplement ce matin, avec Marie, de la résurrection de son Fils et de voir sa consolation et sa joie menés à sa perfection.

Reine du ciel, Réjouis-toi, Alléluia !

mercredi 19 avril 2017

Pourquoi ne pas bénir nous aussi les oeufs à Pâques?


Ils sont si beaux ces oeufs de toutes les couleurs! Les oeufs n'étaient pas consommés durant tout le carême autrefois et conservés, puis utilisés à Pâques.  Traditionnellement ils étaient peints en rouge pour symboliser la Passion du Christ. Que se passe-t-il lorsqu'on les pèle? C'est le blanc de la résurrection.

Le directoire de la piété populaire mentionne la bénédiction des oeufs le jour de Pâques N° 150 :

La bénédiction de la table familiale

La liturgie pascale est marquée tout entière par la nouveauté: de fait, nouvelle est alors la nature, puisque, dans l’hémisphère nord, la solennité de Pâques coïncide avec le réveil du printemps; nouveaux sont le feu et l’eau; et nouveaux sont les cœurs des chrétiens, renouvelés par le sacrement de Pénitence, et comme cela est de bonne augure, par les sacrements de l’Initiation chrétienne; nouvelle, en quelque sorte, est aussi l’Eucharistie: tous ces éléments et ces signes sensibles évoquent et transmettent la vie nouvelle inaugurée par le Christ dans sa résurrection.

Parmi les pieux exercices qui sont liés à l’événement pascal, il convient de citer la traditionnelle bénédiction des œufs, qui est un symbole de la vie, et la bénédiction de la table familiale; cette dernière est une coutume traditionnelle et quotidienne dans de nombreuses familles chrétiennes, qu’il convient d’encourager; de plus, le jour de Pâques, elle revêt une signification toute particulière: le chef de famille, ou un autre membre de la communauté domestique, bénit le repas de fête en employant l’eau qui a été bénite durant la Vigile pascale, et que les fidèles ont rapportée dans leurs demeures en louant le Seigneur.


L’œuf de Pâques fait partie des symboles que certaines Églises d’Orient utilisent pour les festivités pascales. Les premiers chrétiens ont choisi l’œuf comme symbole de la résurrection du Christ et teignaient les œufs en rouge pour rappeler sa crucifixion.
On y voit un très beau signe de la vie qui éclate au grand jour en ce début du printemps pascal. De façon allégorique, on parle de la coquille de l’œuf comme étant le tombeau du Christ, d’où il est sorti vivant comme l’oisillon le fera aux beaux jours de mai.

Nouveau Rituel Romain (Livre des bénédictions) :

Si l'on bénit des oeufs :

827 W Béni sois-tu pour ces oeufs que nous prendrons en action de grâce pour ta sainte résurrection.


Rituel du diocèse de Belley-Ars

164. Bénédiction des œufs à Pâques.
C’était l’usage dans quelques monastères de donner deux œufs bénits aux jeunes gens qui avaient chanté l’office pendant la nuit du Samedi-Saint au dimanche de Pâques. Cet usage existait peut-être déjà dans les paroisses; il s’y répandit du moins bien vite, car nous trouvons la bénédiction des œufs à Pâques dans les plus anciens Rituels. On donne à ces œufs diverses couleurs, mais plus ordinairement ils sont rouges. On en vend de cette couleur à Paris, à Genève et ailleurs le jour de Pâques.
V/. Adjutórium nostrum in nómine Dómini,
R/. Qui fecit cœlum et terrain.
V/. Dóminus vobiscum,
R/. Et cum spiritu tuo.
OREMUS.
Subvéniat, quæsumus , Domine , tuæ benedictionis gratia huic ovórum creaturæ : ut cibus salúbris fiat fidélibus tuis cum gratiárum actióne suméntibus, ob resurrectiónem Dómini nostri Jesu Christi. Qui tecum vivit. Amen.
Le Prêtre jettera de l’eau bénite sur les œufs.

Que la grâce de ta bénédiction † Seigneur , vienne sur ces œufs, afin qu’ils deviennent un aliment salutaire pour tes fidèles, qui les reçoivent dans l’action de grâce pour la résurrection de Notre Seigneur Jésus-Christ. Qui vit et règne avec toi dans l'unité du Saint-Esprit. Amen.

Chez Saint Augustin,  l'oeuf est symbole de l'espérance (sermon CV) :

7. Reste l'espérance, et l'espérance, me semble-t-il, peut être comparée à l'oeuf. L'espérance, en effet, n'est point encore la réalité, comme l'œuf n'est point encore un poulet; bien qu'il soit quelque chose. Si les mammifères donnent le jour à leurs petits eux-mêmes; les ovipares ne produisent que ce qui est comme l'espoir de ces petits. Ainsi donc l'espérance nous invite à mépriser les choses présentes et à attendre les biens futurs, à oublier ce qui est derrière pour nous porter avec l'Apôtre ce qui est en avant. « Seulement, dit-il, oubliant ce qui en est arrière et m'avançant vers ce qui est devant, je tends au terme; à la palme de la céleste vocation de Dieu dans le Christ-Jésus. » D'où il suit que rien n'est si contraire à l'espérance que de regarder derrière, c'est-à-dire que de se confier aux choses qui passent et qui s'en vont, au lieu de compter sur ce qui ne passera jamais, quoiqu'on ne le possède pas encore et qu'on doive seulement l'obtenir un jour.😇

Bernard
Saint Bernard (Livre des pensées) :


106. Une triple raison établit et fortifie notre espérance. « L'humilité » de la sagesse qui nous est accordée, c'est ce qu'on appelle faire cuire un oeuf à l'eau; « la fermeté » de la patience constante, c'est ce qui s'appelle faire cuire l'oeuf au feu; la « vérité » de l'inspiration secrète, c'est ce qui s'appelle faire cuire l'oeuf à la graisse.



dimanche 16 avril 2017

Il vit et il crut



Première lecture« Nous avons mangé et bu avec lui après sa résurrection d’entre les mo...Ac 10, 34a.37-43
PsaumeVoici le jour que fit le Seigneur,
qu’il soit pour nous jour de fête et de joie !Ps 117 (118), 1.2, 1...
Deuxième lecture« Recherchez les réalités d’en haut, là où est le Christ »Col 3, 1-4
Deuxième lecture« Purifiez-vous des vieux ferments, et vous serez une Pâque nouvelle »1 Co 5, 6b-8
Séquence
Évangile« Il fallait que Jésus ressuscite d’entre les morts »Jn 20, 1-9


Frères et Sœurs,

Impressionnantes ces courses au petit matin… Marie-Madeleine se rend au tombeau et voyant son état, elle court trouver  Simon-Pierre et l’autre disciple, celui que Jésus aimait, Saint Jean. Cela marque le rapport particulier qu’il y avait entre les deux apôtres, mais aussi la place de Pierre. Les disciples avaient compris que Jésus lui avait donné une fonction particulière. Pourtant Pierre avait renié Jésus… Jean qui était au pied de la croix, se trouve déjà auprès de Pierre.  Auraient-ils appris à pardonner ? Cherchaient-ils à se consoler mutuellement ?
Nous avons lu par deux fois le mot pierre… « La pierre a été enlevée du tombeau. » et le nom de Simon-Pierre. Les mots en grec sont différents, le premier désigne plutôt une pierre taillée et le second signifie plutôt, ‘le roc’, ‘le rocher’, ‘la pierre brute’. Il est la pierre sur laquelle on construit, pas celle qui enferme Jésus, qui ferme le tombeau.
Marie-Madeleine a couru emportée par la douleur. Sa course n’avait rien de l’annonce d’une victoire, ni marathon, ni course du côté de Fribourg, mais une douleur ajoutée à une douleur. Ce qui lui restait, ses reliques, son Jésus, on les lui a pris. La scène est à peine croyable, on dirait qu’elle a couru une deuxième fois derrière les deux Apôtres. Peut-être a-t-elle repris son souffle ?
Jean a couru plus vite que Pierre, mais il l’attend et il laisse entrer Pierre le premier… L’âge empêche les performances. Mais encore une fois, L’Evangile nous montre le rôle attribué à Pierre et le respect qui l’entourait.
Tout se fait dans le silence. Jean qui a vu les linges, entre à son tour et lorsqu’il les voit non seulement eux posés à plat, mais aussi le suaire, il croit. Je cite : « il aperçoit les linges, posés à plat, ainsi que le suaire qui avait entouré la tête de Jésus, non pas posé avec les linges, mais roulé à part à sa place. » Il vit, et il crut. Ce qui étonne encore, c’est la suite : il confesse fermement qu’il n’avait pas encore cru parce qu’il ne savait pas que selon les Ecritures, le Christ devait ressusciter ? Et Pierre… Pourquoi ne pas estimer qu’il avait suivi le même cheminement. Il est vrai aussi que Jean le précédait en matière spirituelle, ce qui provoqua un questionnement ou pointait une certaine envie, presque de jalousie à son propos lors d’une apparition sur les bords du lac… « Et lui Seigneur ? » « Que t’importe, Toi, suis-moi ».
Il n’est pas interdit de s’interroger lorsqu’on interprète les Ecritures, les interprétations peuvent varier. Saint Augustin dit plus d’une fois qu’on aurait dû écrire que Jean « vit et qu’il ne crut pas, parce qu'il ne savait pas encore que d'après les Ecritures le Christ devait ressusciter… » Il crut simplement ce qu’avait dit Marie-Madeleine.  Mais il est tout aussi légitime, sinon plus d’estimer que Jean a cru à la résurrection en raison de la manière dont les linges étaient disposés dans le tombeau vide. C’est d’ailleurs la position du catéchisme de l’Eglise catholique. « " Le disciple que Jésus aimait " (Jn 20, 2) affirme qu’en entrant dans le tombeau vide et en découvrant " les linges gisant " (Jn 20, 6) " il vit et il crut " (Jn 20, 8). Cela suppose qu’il ait constaté dans l’état du sépulcre vide (cf. Jn 20, 5-7) que l’absence du corps de Jésus n’a pas pu être une œuvre humaine et que Jésus n’était pas simplement revenu à une vie terrestre comme cela avait été le cas de Lazare (cf. Jn 11, 44). (n° 640). » Jean a aussi tant insisté sur la foi dans son Evangile qu’il est difficile de minimiser sa conclusion.
Un autre élément interpelle, c’est le silence apparent des deux Apôtres. Aucune parole n’est mentionnée. Ils ne se sont pas mis à proclamer haut et fort la résurrection de Jésus et ils n’ont apparemment pas cherché à convaincre Madeleine.
Le passage suivant nous la montre auprès du tombeau. Elle a vu pourtant les mêmes choses, les mêmes éléments, mais elle reste perdue dans ses larmes à un tel point que le Seigneur va devoir lui apparaître et la calmer. Sa sensibilité l’avait trop éprouvée pour qu’elle puisse raisonner.
Les apparitions de Jésus à Pierre, à Marie-Madeleine, aux disciples d’Emmaüs, à Thomas et à beaucoup d’autres ont clôt toutes discussions.
La mémoire de l’Eglise conserve le souvenir du tombeau vide et des apparitions du Seigneur Ressuscité. Du premier nous avons encore des éléments à Jérusalem, vous avez peut-être lu qu’il a été restauré dernièrement et il nous reste encore le témoignage des Ecritures de l’Ancienne et de la Nouvelle Alliance, donc le témoignage de la communauté.
L’ancien pape Benoît est plus précis, il nous dit dans son Jésus de Nazareth, qu’il retient trois éléments fondamentaux : « La célébration du Jour du Seigneur (le 8ème jour), qui dès le début distingue la communauté chrétienne, est pour moi une des preuves les plus puissantes du fait que, ce jour-là, quelque chose d'extraordinaire s'est produit - la découverte du tombeau vide et la rencontre avec le Seigneur ressuscité. » Changer une fête structurante d’un calendrier religieux est mission impossible vous me le concéderez. Or, le dimanche a remplacé le sabbat.
« Marie a attendu dans la foi la résurrection de Celui qu’elle avait conçu dans la foi ; Forte de sa foi, elle a veillé jusqu’au jour de lumière et de vie qui a dissipé la nuit de la mort, et rempli d’allégresse l’univers entier ; le jour où l’Eglise naissante, tremblante de joie, retrouve son Seigneur immortel. »
Reine du ciel réjouis-toi ! Alléluia !

MESSAGE URBI ET ORBI DU PAPE FRANÇOIS

MESSAGE URBI ET ORBI
DU PAPE FRANÇOIS

PÂQUES 2017

Loggia centrale de la Basilique vaticane
Dimanche 16 avril 2017

Chers frères et sœurs,
Bonne fête de Pâques !

Aujourd’hui, dans le monde entier, l’Église renouvelle l’annonce pleine d’étonnement des premiers disciples : « Jésus est ressuscité ! »- « Il est vraiment ressuscité, comme il l’avait dit ! »

L’antique fête de Pâques, mémorial de la libération du peuple hébreu de l’esclavage, atteint ici son accomplissement : par sa résurrection, Jésus Christ nous a libérés de l’esclavage du péché et de la mort et nous a ouvert le passage vers la vie éternelle.

Nous tous, quand nous nous laissons dominer par le péché, nous perdons la bonne route et nous allons errant comme des brebis égarées. Mais Dieu même, notre Pasteur, est venu nous chercher, et pour nous sauver, il s’est abaissé jusqu’à l’humiliation de la croix. Et aujourd’hui, nous pouvons proclamer : « Il est ressuscité le bon Pasteur qui pour son troupeau est allé à la rencontre de la mort, alléluia ! » (Missel Romain, IV° dimanche de Pâques, Antienne de la communion).

A travers les temps, le Pasteur ressuscité ne se lasse pas de nous chercher, nous ses frères égarés dans les déserts du monde. Et par les signes de la Passion – les blessures de son amour miséricordieux – il nous attire sur son chemin, le chemin de la vie. Aujourd’hui aussi, Il prend sur ses épaules beaucoup de nos frères et sœurs opprimés par le mal sous ses différentes formes.

Le Pasteur Ressuscité va chercher celui qui est égaré dans les labyrinthes de la solitude et de la marginalisation ; il va à sa rencontre à travers des frères et des sœurs qui savent s’approcher avec respect et tendresse et faire entendre à ces personnes sa voix, une voix jamais oubliée, qui les rappelle à l’amitié avec Dieu.

Il prend en charge tous ceux qui sont victimes des anciens et des nouveaux esclavages : travaux inhumains, trafics illicites, exploitation et discrimination, graves dépendances. Il prend en charge les enfants et les adolescents qui sont privés de leur insouciance pour être exploités ; et qui a le cœur blessé par les violences subies à l’intérieur des murs de sa propre maison.

Le Pasteur Ressuscité se fait compagnon de route de tous ceux qui sont contraints de laisser leur terre à cause de conflits armés, d’attaques terroristes, de famines, de régimes oppressifs. A ces migrants forcés, il fait rencontrer des frères sous tous les cieux, pour partager le pain et l’espérance sur le chemin commun.

Dans les histoires complexes et parfois dramatiques des peuples, que le Seigneur Ressuscité guide les pas de qui cherche la justice et la paix ; et qu’il donne aux responsables des Nations le courage d’éviter l’expansion des conflits et d’arrêter le trafic des armes.

En ces temps, de façon particulière, qu’il soutienne les efforts de tous ceux qui s’emploient activement à apporter soulagement et réconfort à la population civile en Syrie, Syrie bien aimée et martyrisée, victime d’une guerre qui ne cesse pas de semer horreur et mort. Encore hier, un dernier et ignoble attentat contre les réfugiés en fuite a provoqué de nombreux morts et blessés. Qu’il donne la paix à tout le Moyen Orient, à commencer par la Terre sainte, comme aussi en Irak et au Yémen.

Que la proximité du Bon Pasteur ne manque pas aux populations du Sud Soudan, du Soudan, de la Somalie et de la République Démocratique du Congo, qui souffrent de conflits qui se perpétuent, aggravés par la très sérieuse famine qui frappe certaines régions de l’Afrique.

Que Jésus ressuscité soutienne les efforts de tous ceux qui, spécialement en Amérique latine, s’engagent à garantir le bien commun des sociétés, parfois marquées de tensions politiques et sociales qui dans certains cas aboutissent à la violence.

Qu’on puisse construire des ponts de dialogue, en persévérant dans la lutte contre la plaie de la corruption et dans la recherche de solutions valables et pacifiques aux controverses, pour le progrès et la consolidation des institutions démocratiques, dans le plein respect de l’Etat de droit.

Que le Bon pasteur aide la bien-aimée terre d’Ukraine, encore affligée par un conflit sanglant, à retrouver la concorde et accompagne les initiatives en vue d’adoucir les drames de tous ceux qui en souffrent des conséquences.

Que le Seigneur ressuscité, qui ne cesse pas de combler le continent européen de sa bénédiction, donne espérance à tous ceux qui traversent des moments de crise et de difficultés, spécialement en raison du manque de travail surtout pour les jeunes.

Chers frères et sœurs, cette année comme chrétiens de toute confession, nous célébrons ensemble la Pâque. Ainsi, d’une seule voix dans chaque partie de la terre résonne l’annonce la plus belle : « Le Seigneur est vraiment ressuscité, comme il l’avait dit ! ». Il a vaincu les ténèbres du péché et de la mort, qu’il donne la paix à notre temps.

Bonne fête de Pâques !

mardi 11 avril 2017

Mardi Saint « Je donnerai ma vie pour toi »



Les lamentations de Jérémie, chantées habituellement dans les monastères pendant la semaine sainte donnent un éclairage prophétique sur l’effondrement des disciples de Jésus.  

Jésus prédit le reniement de Judas. Il le confie à Jean, le disciple du cœur. On se demande parfois, s’il est opportun de vouloir connaître tous les secrets, à voir la réaction inappropriée de Pierre. Saint Augustin dit que Pierre avait répondu avec présomption. « Le coq ne chantera pas avant que tu m’aies renié trois fois.». Il n'avait pas encore la force d'accomplir sa promesse.
Le pape Benoît commente en disant que Pierre comprend que Jésus parle de sa mort imminente et veut donc souligner sa fidélité radicale jusqu'à la mort Sur le Mont des Oliviers, bien décidé à mettre en actes sa résolution, il s'interposera en usant de l'épée. Mais il doit apprendre encore que le martyre n'est pas un exploit héroïque, mais bien un don gratuit qui rend capable de souffrir pour Jésus. Il doit se détacher de l'héroïsme de ses actes et apprendre l'humilité du disciple. Sa volonté de se battre, son héroïsme finissent dans le reniement. Son héroïsme s’effondre en une sorte de tactique mesquine.
Quand pourra-t-il accomplir son voeu ? Nous connaissons les trois questions de Jésus à Pierre après la résurrection, ses trois réponses et le sceau qu’elles reçoivent.
Afin de l'en rendre capable, le Seigneur le remplit de charité; voilà pourquoi il lui demande : « M'aimes-tu? » et pourquoi Pierre répond : « Je t’aime »; il n'y a en effet dit Augustin que la charité qui puisse être fidèle à une semblable promesse. Qu'avais-tu donc, Pierre, quand tu reniais? Que redoutais-tu? Tout ce que tu redoutais, c'était la mort.
Qui oserait dire ne pas craindre la mort une fois le moment venu ? Il faut une grâce… Si le Seigneur lui-même a été ébranlé devant ce mystère et son ami Lazare au tombeau, ne nous faut-il pas un soutien, et prier pour l’obtenir ? Priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort… La crainte de la mort ne permet pas d’expier les péchés dit sainte Thérèse de l’Enfant Jésus, (182) cela n'aurait pas plus de force que de l'eau bourbeuse! …  Pour moi, la seule chose qui me purifie, c'est le feu de l'Amour divin.
Ceux qui ont le plus aimé se sont retrouvés au pied de la croix : Marie et Jean avec les Saintes Femmes. Le coeur de Jésus s'est totalement ouvert à eux pour nous tous.

Que ces jours saints et ce temps de préparation à Pâques, le fasse grandir en nous. Amen.

samedi 8 avril 2017

Le Puissant fit pour moi des merveilles


MESSAGE DU PAPE FRANÇOIS
À L'OCCASION DES XXXIIèmes JOURNÉES MONDIALES DE LA JEUNESSE
2017

Dimanche des Rameaux 2017

Le Puissant fit pour moi des merveilles


mercredi 5 avril 2017

Célébrations valides des mariages à la FSSPX

LETTRE DE LA COMMISSION PONTIFICALE “ECCLESIA DEI” AUX  ORDINAIRES DES CONFÉRENCES ÉPISCOPALES CONCERNÉES AU SUJET DES PERMISSIONS POUR LA CÉLÉBRATION DE MARIAGES DE FIDÈLES DE LA FRATERNITÉ SAINT PIE X

Prot. : 61/2010
Éminence,
Excellence Révérendissime,

Comme vous le savez, différents types de rencontres et d’initiatives sont en cours depuis longtemps pour ramener la Fraternité sacerdotale Saint Pie X dans la pleine communion. Ainsi le Saint-Père a-t-il récemment décidé d’accorder à tous les prêtres de cet institut les pouvoirs de confesser validement les fidèles (Lettre Misericordia et misera, n. 12), de manière à assurer la validité et la licéité du sacrement qu’ils administrent et à ne pas laisser les personnes dans le doute.
Dans la même ligne pastorale, qui veut contribuer à rasséréner la conscience des fidèles, malgré la persistance objective, pour le moment, de la situation canonique d’illégitimité dans laquelle se trouve la Fraternité Saint Pie X, le Saint-Père, sur proposition de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi et de la Commission Ecclesia Dei, a décidé d’autoriser les Ordinaires du lieu à concéder aussi des permissions pour la célébration de mariages de fidèles qui suivent l’activité pastorale de la Fraternité, selon les modalités suivantes.
Dans la mesure du possible, la délégation de l’Ordinaire pour assister au mariage sera donnée à un prêtre du diocèse (ou du moins à un prêtre pleinement régulier) pour qu’il reçoive le consentement des parties dans le rite du Sacrement qui, dans la liturgie du Vetus ordo, a lieu au début de la Sainte Messe ; suivra alors la célébration de la Sainte Messe votive par un prêtre de la Fraternité.
En cas d’impossibilité ou s’il n’existe pas de prêtre du diocèse qui puisse recevoir le consentement des parties, l’Ordinaire peut concéder directement les facultés nécessaires au prêtre de la Fraternité qui célébrera aussi la Sainte Messe, en lui rappelant qu’il a le devoir de faire parvenir au plus vite à la Curie diocésaine la documentation qui atteste la célébration du Sacrement.
Certaine que, de cette façon aussi, on pourra éviter les débats de conscience chez les fidèles qui adhèrent à la FSSPX et les doutes sur la validité du sacrement de mariage, tout en facilitant le chemin vers la pleine régularisation institutionnelle, cette Congrégation sait qu’elle peut compter sur votre collaboration.
Au cours de l’audience du 24 mars 2017 accordée au Cardinal Président soussigné, le Souverain Pontife François a approuvé la présente Lettre et en a ordonné la publication.
Rome, au siège de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, 27 mars 2017.


Gerhard Card. Müller
Président

+ Guido Pozzo
Archevêque titulaire de Bagnoregio
Secrétaire

"Nous ne sommes pas nés de la prostitution ! "


Nous voilà à méditer le chapitre 8 de saint Jean. Nous avons une première occasion de nous étonner de ce morceau d’Évangile, de cette péricope. Comment se fait-il que tout à coup les Juifs qui croient en Jésus, vont vouloir ramasser des pierres et les lui jeter ? A cause de « Moi, Je Suis ».
Jésus va leur reprocher de ne pas être des fils d’Abraham. D’où leur indignation : « Nous ne sommes pas nés de la prostitution ! Nous n’avons qu’un seul Père : c’est Dieu. »
Le chapitre 8 de saint Jean a débuté par un moment symboliquement très fort, celui du pardon accordé à la femme adultère. Elle nous rappelle l’infidélité à Dieu et ses conséquences. Dieu est l’époux d’Israël, son épouse, et celle-ci lui est infidèle (cf Osée à qui Dieu demande d’épouser une prostituée)… Pour vivre dans la sainteté et devenir pleinement héritier de la promesse, dans le Peuple Juif, il faut naître dans un mariage légitime. Si ce n’est pas le cas, la personne concernée est mise  à l’écart dans la communauté.
Dans ce chapitre, hier apparaissait par 2 fois le fameux « Je suis » de Jésus. On est  en présence disait Benoît XVI (JdN) d’une question « Qui es-tu ? », qui implique en même temps la question « D'où viens-tu ? ». Du coup, on en vient à parler de la descendance des Juifs à partir d'Abraham, et pour finir de la paternité de Dieu lui-même : « Notre père c'est Abraham... Nous ne sommes pas des enfants illégitimes ! Nous n'avons qu'un seul Père, qui est Dieu » (Jn  8, 39. 41).
Le renvoi des interlocuteurs de Jésus au-delà d'Abraham, jusqu'à la paternité de Dieu, donne l'occasion au Seigneur d'éclairer une fois encore sa propre origine avec la plus grande netteté. En effet, dans cette origine s'accomplit pleinement le mystère d'Israël, auquel les Juifs eux-mêmes ont fait allusion en allant au-delà de la descendance d'Abraham en direction de la descendance de Dieu lui-même.
Nous pouvons en relation avec la première partie de ce chapitre nous rappeler que nous sommes nous-mêmes réconciliés et pour ainsi dire légitimés dans le Christ. Adoptés… Une seule question, songeons-nous à nous réconcilier et à nous reconnaître pécheurs pour recevoir le pardon de Jésus et retrouver pleinement notre légitimité, notre qualité d’enfants de Dieu.

dimanche 2 avril 2017

La résurrection de Lazare


2 avril 2017
5ème Dimanche de Carême — Année A
Lectures de la messe
Première lecture « Je mettrai en vous mon esprit, et vous vivrez » Ez 37, 12-14
Psaume Près du Seigneur est l’amour,
 près de lui abonde le rachat. Ps 129 (130), 1-2, 3...
 Deuxième lecture « L’Esprit de celui qui a ressuscité Jésus habite en vous Rm 8, 8-11
Évangile « Je suis la résurrection et la vie » Jn 11, 1-45



Frères et Sœurs,

Qui n’est pas dans l’admiration devant ce signe que Jésus accomplit ? Nous nous rappelons qu’il a donné trois signes analogues. D’abord, celui de la fille de Jaïre, puis celui du fils de la veuve de Naïm et aujourd’hui, dans saint Jean, c’est la résurrection de Lazare. Ce sont des retours à la vie pour poursuivre des chemins en cette vie. Ce n’est pas encore de la résurrection semblable à celle de Jésus dont il est question. Leurs corps ne sont pas transformés comme celui de Jésus le sera. C’est une annonce de la sienne.
Dans l’Evangile de saint Jean, Jésus donne 7 signes majeurs. Ils sont 7 comme les 7 jours de la création, mais ils vont déboucher sur la résurrection, le 8ème jour, le réveil de Dieu après son repos et le silence du samedi saint. Les 7 signes de saint Jean sont : L’eau changée en vin (Jean 2 :1-12), la guérison du fils d’un officier (Jean 4, 43-54), la guérison d’un paralytique (Jean 5, 1-16), la multiplication des pains pour les cinq mille hommes (Jean 6 :15) ; celui de la marche sur les eaux (Jean 6, 16-21), la guérison de l’aveugle-né (Jean 9, 1-41) et enfin celui d’aujourd’hui, la résurrection de Lazare (Jean 11, 1-46).
Nous sommes tous un peu surpris devant l’attitude de Jésus lorsqu’on lui annonce la maladie de Lazare. Il dit à ses disciples que cette maladie ne conduit pas à la mort, il attend deux jours et commence de monter à Béthanie de Cisjordanie, alors qu’il se trouvait apparemment à Béthanie de Transjordanie là où Jean-Baptiste baptisait. Il va bientôt passer par un autre baptême et donner tout son sens, toute sa force et la puissance de la grâce au baptême.
Pourquoi n’a-t-il pas guéri Lazare à distance ? Il l’a bien pour le fils du centurion. Lazare est pourtant un ami qui lui est très cher, et il le laisse passer par là. Pourquoi ? « Cette maladie ne conduit pas à la mort, elle est pour la gloire de Dieu, afin que par elle le Fils de Dieu soit glorifié. »
Combien de fois nous sommes-nous demandés nous, pauvres pécheurs : « Seigneur, pourquoi est-ce que tu ne nous évites pas tout ça. Il est décidément bien difficile d’être ton ami. »
C’est la même réaction qu’ont presque tous ceux qui rencontrent Jésus à Béthanie. Marie est complètement effondrée. Sa sœur va devoir venir la chercher et l’avertir que Jésus est là. L’Evangile dit que les Juifs vont suivre Marie en grand nombre, c’est très curieux.
Marthe est extraordinaire. Elle commence par faire un reproche à Jésus Ce sera le même que celui que lui adressera Marie : « Seigneur, si tu avais été ici, mon frère ne serait pas mort. » Puis elle ajoute : « Mais maintenant encore, je le sais, tout ce que tu demanderas à Dieu, Dieu te l’accordera. » Elle ne paraît pas croire à une résurrection immédiate, ce sera pour plus tard… : « Oui, Seigneur, je le crois : tu es le Christ, le Fils de Dieu, tu es celui qui vient dans le monde. » « Je sais qu’il ressuscitera à la résurrection, au dernier jour. » Elle continue de croire en la résurrection des morts au dernier jour, dans ces circonstances dramatiques, c’est très beau. Mais lui quand à pouvoir faire quelque chose lorsque la putréfaction a commencé… elle a tout de même des doutes.
« Seigneur, il sent déjà ; c’est le quatrième jour qu’il est là. » Nous la comprenons surtout dans un pays un peu chaud. Peut-être a-t-il eu une de ces maladies ont des conséquences physiologiques difficiles ? Mais elle dit oui à tout ce que dit Jésus.
Jésus perçoit dans tous les cœurs des reproches, il entend des murmures, il voit et sent la tristesse, mais à lui, ne lui est-il pas difficile d’obéir à son Père. Est-ce qu’il ne souffre pas ? Trois verbes sont utilisés pour rendre compte de l’état intérieur de Jésus : il fut saisi d’émotion, il fut bouleversé et il pleura. En voyant Jésus pleurer, tous sont émus et touchés : « Voyez comme il l’aimait ». Ce n’est pas de peu d’importance pour nous dans nos épreuves. Lorsque Jésus a pleuré dans son ministère, devant des souffrances, il a pleuré pour toujours avec chacun de nous et sur chacun de nous et il pleure encore. Mais il peut tout ! Jésus est bouleversé devant la mort.
L’ancien pape Benoît nous dit ceci de ce moment impressionnant : « En Jean, le bouleversement de Jésus est exprimé… en référence au Psaume 43,5 « Pourquoi te désoler, ô mon âme, et gémir sur moi ? », mais en employant par trois fois dans le contexte de la passion, un mot qui rend de manière particulièrement évidente le caractère abyssal de la peur de Jésus : le mot tarâssein. Jean l’utilise pour montrer le trouble profond de Jésus devant le tombeau de Lazare (cf. 11,33), puis après son entrée triomphale à Jérusalem où, dit-il son « âme est troublée », comme aussi elle l’est lorsqu'au Cénacle il annonce la trahison de Judas (cf. 13,21). (180). C’est le trouble particulier de Celui qui est la Vie même devant l'abîme de tout le pouvoir de la destruction, du mal, de ce qui s'oppose à Dieu et qui maintenant le submerge, qu'il doit maintenant et sans délai prendre sur lui, bien plus, qu'il doit accueillir en lui au point d'être personnellement « fait péché » (2 Co 5,21). »
Cela suffit ! Jésus rappelle Lazare à la vie, il rappelle son ami à la vie, il le rend aux siens, il partage son repas. Il a accompli ce miracle pour son ami et pour nous, parce que nous sommes ses disciples et ses amis. Mais n’est-ce pas à cause de ce miracle que le Conseil décida de le faire périr parce qu’il valait mieux qu’un seul homme meure pour le peuple ?

Il est avec nous pour toujours et dans l’épreuve. Il nous le répète aujourd’hui : « Celui qui croit en moi, même s’il meurt, vivra… » - « N’ayez pas peur, je suis avec vous toujours ! » Amen.

samedi 1 avril 2017

Les Sanctuaires passent à la Nouvelle Évangélisation


Motu Proprio : le Pape confie les sanctuaires à la Nouvelle Évangélisation

2017-04-01 Radio Vatican

(RV) Les sanctuaires ne dépendront plus de la Congrégation pour le clergé, mais du Conseil pontifical pour la promotion de la Nouvelle Évangélisation selon un Motu Proprio signé le 11 février et rendu public ce samedi 1er avril. Le Pape François y officialise un important transfert de compétence, en expliquant que les sanctuaires sont des lieux d’évangélisation.

Le premier sanctuaire : le tombeau du Christ

Depuis toujours, les pèlerinages ont emmené les croyants sur les origines de la foi. Les premiers pèlerins allaient voir le tombeau du Christ à Jérusalem, puis plus tard, la tombe des apôtres, avant qu’au fil des siècles ces pèlerinages s’élargissent aux hauts lieux des apparitions de la Vierge Marie, ou des lieux liés à la vie des Saints et des Bienheureux. Pour le Pape François, c’est un important témoignage de piété populaire, expression de la foi simple et humble des croyants.

Tous les pèlerins ne sont pas forcément croyants

Les sanctuaires attirent aussi ceux qui viennent chercher un temps de pause, de silence et de contemplation pour rompre avec le rythme frénétique de leur vie quotidienne. Ces personnes viennent se ressourcer et peuvent se redécouvrir à travers ces pèlerinages. Pour le Saint-Père, cette démarche exprime un «acte d’évangélisation qui mérite d’être valorisé». «Le sanctuaire est un lieu sacré», écrit François dans son Motu Proprio, «un lieu d’évangélisation où se manifeste l’action puissante de la miséricorde de Dieu».

Une spiritualité spécifique

Quant à la spiritualité de chaque sanctuaire, elle permet de guider le pèlerin dans une «pédagogie de l’évangélisation» vers un engagement toujours plus responsable. Le sanctuaire contribue de façon significative à l’engagement catéchétique de la communauté chrétienne. Il enrichit la vie des croyants. Il ouvre aussi grand ses portes aux malades, aux personnes handicapées et surtout aux pauvres, aux marginaux, aux réfugiés et aux migrants. C’est donc pour renforcer un significatif aspect pastoral des pèlerinages aux sanctuaires et aux lieux de dévotion que le Saint-Père a décidé ce transfert de compétence.

Les compétences

Le Conseil Pontifical pour la promotion de la Nouvelle Évangélisation sera dorénavant chargé de l’érection des nouveaux sanctuaires, d’en approuver les statuts, de favoriser leur rôle d’évangélisateurs, de promouvoir les rencontres afin de favoriser un travail commun de renouvellement de la pastorale de la piété populaire, d’assurer la valorisation artistique et culturelle des sanctuaires selon la Via Puchritudinis (chemin privilégié d’évangélisation et de dialogue), de la formation du personnel des sanctuaires, et de garantir au pèlerin une assistance spirituelle cohérente et soutenue.

(BH-JCP)
(Tratto dall'archivio della Radio Vaticana)

Perruques obligatoires?


La conférence des évêques suisses, par solidarité avec la Grande-Bretagne, s'interroge s'il faut établir des perruques obligatoires pour leurs chanoines, ceci dans le but de faire respecter une certaine égalité entre tous. Il y a eu en effet des variantes au cours des siècles, à témoin ces deux chanoines de Moutiers-Grandval. Ils étaient, il est vrai, religieux.


Le restaurant du 1er Vorbourg offrait d'excellentes carpes pour ce 1er avril.