Rechercher dans ce blog

mardi 31 mai 2016

La Visitation



En ces jours-là, Marie se mit en route et se rendit avec empressement vers la région montagneuse, dans une ville de Judée.
Que nous rappelle cette fête de la Visitation? Chez les religieuses la fête est attachée à un ordre connu fondé par saint François de Sales, celui de la Visitation justement. Pourquoi lui a-t-il donné ce nom ?
Avec Jeanne de Chantal, François de Sales, avait voulu fonder un ordre actif, ce qui aurait été une petite révolution à l’époque. Mais une règle ne permettait aux religieuses ayant prononcé les voeux solennels de ne vivre qu’en clôture. Saint Vincent de Paul avait contourné la difficulté en ne faisant prononcer à ses Filles de la Charité que des vœux pour un an, renouvelables.  L’idée de saint François de Sales était que ses religieuses aident visitent et assistent malades et pauvres et les réconfortent. Elles l’auraient fait comme lors de la Visitation, à l’image de Marie, à laquelle l’ange avait annoncé qu’elle serait mère du sauveur, en allant aider sa cousine Élisabeth âgée et enceinte de Jean-Baptiste,

Parlant de chemin, vous avez peut-être remarqué les nombreuses roses sauvages épanouies, sur les églantiers, le long du chemin conduisant à la chapelle…   Voilà des buissons qui nous permettent occasionnellement de penser à Notre-Dame.  La rose sauvage la symbolise et ses cinq pétales nous rappellent les cinq plaies du Christ. Les rosaces illuminent nos cathédrales et nos églises fréquemment. Dante voit les élus rassemblés sous la forme d’une rose céleste dans sa divine comédie (Paradis XXXI)…
Chante et marche aurait dit saint Augustin… Chante dans ton cœur.
J’ai eu aussi un autre spectacle charmant en passant par Courroux, j’y ai vu trois tous petits ânons avec leurs mères.  
Notre-Dame ayant entendu et compris la parole de l’ange, car il fallait bien l’interpréter, s’en va par les montagnes. J’ai vu dans un article qui m’a un peu amusé dans un premier temps qu’une mère qui attend son enfant, si elle fait du sport durant cette période, lui en communiquerait le goût… Soit. A-t-elle communiqué à Jésus le goût d’aller sur les routes annoncer le Royaume ou était-ce lui qui déjà manifestait quelle serait sa mission ? Voilà de quoi alimenter un intéressant débat sur la grâce.  Marie, répondant à la suggestion de l’ange, savait que son enfant ne courrait pas de risque, et elle prend certainement l’âne ou l’ânesse familiale suivie de son petit…  pourquoi pas au printemps ? Elle entreprend son voyage de 120 km par les routes de la montagne. A l’annonce de la bonne nouvelle touchant Elisabeth, elle lui apporte la sienne et son aide. Marie vient à son aide et à son secours… car il fallait bien une assistance à cette cousine âgée.
Ayant mentionné des ânons tout à l’heure, par association voilà que vient à l’esprit la bénédiction de Balaam qui avait dû une fière chandelle à son ânesse… « Que tes tentes sont belles, Jacob, et tes demeures, Israël ! 07 Un héros sortira de la descendance de Jacob, il dominera sur des peuples nombreux. » (Nb 24). Sa prophétie s’accomplit avec la venue de Jésus.
En entendant la salutation de Marie, Jean réagit et Elisabeth interprète le geste de son fils elle bénit Marie et prophétise, et voilà Marie qui répond par son Magnificat… L’âme de Marie, dit saint Ambroise de Milan (exp. Ev. sec. Luc II, 26-29), magnifie le Seigneur et son esprit tressaille en Dieu parce que, vouée âme et esprit au Père et au Fils, elle vénère avec un pieux amour le Dieu unique, d’où viennent toutes choses, et l’unique Seigneur, par qui sont toutes choses.
Je crois que peut-être seules les femmes peuvent bien comprendre ce qui se passe. Il y a une communion des cœurs et des pensées sous l’action de l’Esprit Saint. Cette concordance et cette union des cœurs est un signe de la présence de l’Esprit. Le passage de la lettre de Saint Paul aux Romains entendu tout à l’heure en est une illustration. N’est-ce pas la Bonne Nouvelle annoncée aujourd’hui que celle d’une unité communautaire vivant et témoignant de la joie de cette rencontre, que ce soit en famille ou dans nos communautés religieuses. Que le Seigneur règne dans le cœur de chacun et de chacune, dans les familles, de pareille manière. Si des chemins paraissaient amener à nous éloigner, ou demandons qu’il y ait toujours un petit âne pour nous aider à avancer ou qui ait le courage et la charité de braire sur le chemin pour nous empêcher de faire des bêtises. Remercions-le pour ce cadeau au lieu de pester même intérieurement contre lui. Nos communautés et nos familles doivent être le buisson ardent où Dieu se révèle par notre charité, la charité est un feu qui embrase.

Mon âme exalte le Seigneur, exulte mon esprit en Dieu mon sauveur. Amen !

A propos de l'adoption aux chambres

Les prochaines votations sur le DPI et ses suites paraissent avoir été anticipées par le Conseil National. Il accepte à la suite du Conseil des Etats des modifications sur le droit de l'adoption. Nos anciens partis représentatifs  se taisent. Gender et relativisme, quels autres qualificatifs?
Pour info, il n'est pas inutile pour nous chrétiens de rappeler ce que disait le pape François voici moins de deux ans :

Il faut insister sur les piliers fondamentaux sur lesquels repose une nation : ses biens immatériels. La famille humaine demeure le fondement de la coexistence et la garantie contre la fragmentation sociale. Les enfants ont le droit de grandir dans une famille, avec un père et une mère, capables de créer un milieu approprié à leur développement et à leur maturation affective. Pour cette raison, dans l’Exhortation apostolique Evangelii gaudium, j’ai mis l’accent sur la contribution « indispensable » du mariage dans la société, contribution qui « dépasse le niveau de l’émotivité et des nécessités contingentes du couple » (n. 66).

lundi 30 mai 2016

Roses sauvages




Les cinq pétales de l'églantine symbolisent les cinq plaies du Christ, et la fleur est un symbole de la chasteté de Marie et de l’Immaculée Conception. Les rosaces des églises s'en inspirent. Des buissons d'églantines parsèment l'arrivée à la chapelle et c'est l'époque de la floraison.

3 compagnons de l'Evangile




Ils sont tout jeune! Courroux s'est enrichi d'un capital de sympathie, merci!

dimanche 29 mai 2016

JUBILÉ DES DIACRES

HOMÉLIE DU PAPE FRANÇOIS

Place Saint-Pierre
Dimanche 29 mai 2016

« Serviteur du Christ » (Gal 1, 10). Nous avons entendu cette expression, par laquelle l’apôtre Paul se définit, en écrivant aux Galates. Au début de la lettre il s’était présenté comme « apôtre », par volonté du Seigneur Jésus (cf. Gal 1, 1). Les deux termes, apôtre et serviteur, vont ensemble, ils ne peuvent jamais être séparés ; ce sont comme deux faces d’une même médaille : celui qui annonce Jésus est appelé à servir et celui qui sert annonce Jésus.

Horaire particulier

Vendredi 3 juin
Solennité du Sacré-Cœur 
à 10h00

Messe avec Mgr Gmür, et le Chapitre Presbytéral du Jura

Vous êtes tous invités.

Il n’y a pas de messe à 8h30.

samedi 28 mai 2016

Le bon exemple!

Vera dicere justum est

En plus elle allume bien son lumignon avec le bon instrument.
Qui est-ce?

Une série policière anglaise, qui passe actuellement à la RTS, m'avait surpris par des accents d'humanité. J'ai mieux compris en lisant la biographie de l'auteur,  Ann Cleev

Marie et le sacrement de l'amour

Jean-Auguste-Dominique Ingres
La Vierge à l'Hostie
1854

Nous avions presque oublié l'Exhortation apostolique post-synodale de Benoît XVI Sacramentum Caritatis donnée le 22 février 2007, suite au Synode de 2005 sur l'Eucharistie : L’Eucharistie: source et sommet de la vie et de la mission de l’Église.
Elle contient pourtant un beau passage sur notre thème du jour, cher à saint Jean-Paul II (cf Ecclesia de Eucharistia).

L'Eucharistie et la Vierge Marie

33. Le contour de l'existence chrétienne, appelée à être à chaque instant un culte spirituel et une offrande de soi agréable à Dieu, émerge dans son ensemble du rapport entre l'Eucharistie et les autres sacrements, et de la signification eschatologique des saints Mystères. Et s'il est vrai que nous sommes tous encore en chemin vers le plein accomplissement de notre espérance, cela n'enlève pas qu'on puisse reconnaître dès maintenant avec gratitude que ce que Dieu nous a donné trouve sa parfaite réalisation dans la Vierge Marie, Mère de Dieu et notre Mère: son Assomption au ciel, corps et âme, est pour nous signe d'espérance certaine, en tant qu'elle nous montre à nous, pèlerins dans le temps, le but eschatologique que le sacrement de l'Eucharistie nous fait goûter dès maintenant.

vendredi 27 mai 2016

Parti du Vorbourg Gilles avance


Saint Luc Bible de Moutier Grandval


Où se trouve saint Luc sur cette représentation de la Bible de Moutier Grandval? (British Library (avec les regrets d'usage)). A vue de nez, Luc étant représenté par le boeuf ou le taureau selon l'humeur, il devrait se trouver en haut à droite, si l'on considère que saint Jean a une apparence plus jeune.


Augustin de Cantorbéry

Evangéliaire d'Augustin de Cantorbéry

Fêtant aujourd'hui une "célébrité glorieuse" de l'Ordre Monastique, saint Augustin de Cantorbéry ou Canterbury, nous pouvons  prier pour l'unité. Le siège de l'évangélisateur de l'Angleterre est devenu symbole d'une scission dans l'Eglise qui ne peut être qualifiée que de malheureuse. Tout cela pour un mariage (indissoluble) et une problématique de concupiscence mal maîtrisée...  
Augustin et ses moines furent envoyés annoncer l'Evangile aux Angles, aux anges de la grande île, par saint Grégoire le Grand au VIe siècle.
Nous pouvons nous rabattre sur l'article de Wikipedia . Saint Luc, l'évangéliste de la Miséricorde étant à l'honneur cette année, en raison de l'Année du même nom et puisque nous le lisons le dimanche, nous pouvons illustrer cette mise en valeur par une illustration d'un Evangéliaire remis par Grégoire à Augustin selon la tradition.


jeudi 26 mai 2016

SOLENNITÉ DU CORPS ET DU SANG DU CHRIST



HOMÉLIE DU PAPE FRANÇOIS

Place Saint-Jean-de-Latran
Jeudi 26 mai 2016

« Faites cela en mémoire de moi » (1Co 11, 24.25)

Par deux fois, l’Apôtre Paul, écrivant à la communauté de Corinthe, rapporte de commandement de Jésus dans le récit de l’institution de l’Eucharistie. C’est le témoignage le plus ancien sur les paroles du Christ lors de la Dernière Cène.

Jubilé d’or Sacerdotal du Patriarche Fouad Twal

Homélie *** du Patriarche Fouad Twal à l’occasion du Corpus Domini et de son Jubilé d’or Sacerdotal

JERUSALEM – Lors d’une messe célébrée dans la Basilique du Saint Sépulcre à l’occasion de la solennité du Corpus Domini le 26 mai 2016, le Patriarche Fouad Twal a prononcé une homélie dans laquelle il a rendu grâce pour ses cinquante ans d’ordination sacerdotale. Ci-dessous le texte intégral de son homélie.
MESSE EN LA SOLENNITÉ DU CORPUS DOMINI
Jubilé d’or sacerdotal du Patriarche Fouad Twal
Basilique du Saint Sépulcre
26 mai 2016
Chers frères et sœurs,
Merci de venir en grand nombre pour célébrer la fête du Corpus Domini en ce saint lieu, à quelques mètres de l’endroit même où notre Sauveur a offert son Corps et versé son Sang en sacrifice ultime pour tous nos péchés.
La fête du Corpus Domini est inséparable de la Messe in Cena Domini, célébrée ici même devant le Tombeau vide, au cours de laquelle nous avons fait mémoire de l’institution de l’Eucharistie. Pendant la soirée du Jeudi Saint nous revivons le mystère du Christ qui s’offre à nous dans le pain rompu et dans le vin versé, et aujourd’hui, en la fête du Corpus Domini, ce même mystère nous est proposé à l’adoration et à la méditation.

Le Saint-Sacrement


mercredi 25 mai 2016

Cardinal Kurt Koch: "L'œcuménisme de l'amour" prépare le chemin de "l'œcuménisme de vérité"


25.05.2016 par Jacques Berset, cath.ch
Cardinal Kurt Koch: “L’œcuménisme de l’amour” prépare le chemin de “l’œcuménisme de vérité”
La rencontre entre le pape François et le patriarche Cyrille de Moscou, le 12 février dernier à La Havane (Cuba), a été “un pas très courageux” de la part du chef de l’Eglise orthodoxe russe. “Le patriarche Cyrille était bien conscient des réticences des secteurs conservateurs de son Eglise, mais il a maintenu sa décision”, confie à cath.ch le cardinal Kurt Koch.

Article sur cath.ch

Bède le Vénérable



On disait de lui: "C'est l'homme le plus savant de notre temps. Pourtant Bède n'est jamais sorti de son monastère anglais." C'était un petit orphelin de Wearmouth dans le Northamberland quand, à sept ans, on le confie à saint Benoît Biscop, abbé du monastère local. Le petit Bède trouve là sa vraie famille, la famille bénédictine. Quand il fut grand, l'abbé l'envoya fonder avec saint Ceolfrid l'abbaye-sœur de Jarrow. Il y demeura toute sa vie, réalisant en sa personne le modèle du moine bénédictin, partageant son temps entre le travail manuel (on dit de lui qu'il exerçait l'office de boulanger), l'étude et la prière.
Il vécut de 672 à 735 (jour de l'Ascension)

NominisWikipedia ; Dom Guéranger ; Introibo avec l'audience de Benoit XVI. 

Latran IV


Au Concile de Latran IV se serait produit le miracle eucharistique, décrit ci-dessous, avec le concours involontaire mais bienheureux du patriarche maronite Jérémie Alantachy. Ce Concile vaut un arrêt. L'hérésie cathare avait été un des principaux motifs de sa convocation. Il fut le plus important du Moyen-Age et dura trois semaines.
On y définit la transsubstantiation et bon nombre d'autres décisions importantes furent prises touchant au mariage, à l'établissement des curés, à la confession auriculaire, la communion annuelle, etc...
On essaya même, sans résultats, de faire passer les fils de Saint Bernard à la caisse (dispense d'impôts) et de les relever d'une décadence qu'ils reprochaient quelques temps auparavant à Cluny.
Chacun à sa manière appréciera la formulation d'Hérodote.net qui vaut le détour:
Les amateurs de sources aimeront peut-être trouver et consulter l'Histoire des conciles de Hefele.
Herodote peut être complété au moins par l'article de Wikipédia sur Latran IV.
Mais il relève avec pertinence que pour la première fois, on demandait formellement aux femmes leur consentement au mariage. Auparavant règnaient bien des usages divergents, dont celui des enlèvements, diversement interprétés.

mardi 24 mai 2016

Un miracle eucharistique libanais à Rome

Nous avons vu il y a quelques jours qu'un miracle eucharistique ayant eu lieu en Pologne avait été reconnu.
Aleteia nous en rapporte un autre, mais au 13ème siècle lors du IVe concile du Latran (1215) qui définit la transsubstantiation, et auquel le Patriarche assista. Il était un des rares représentants de l'Orient.

Le patriarche Jérémie Alamshity

P.S. Pour info, à l'occasion de ce Concile, l'élection de Walther de  Rötteln à l'évêché de Bâle fut cassée, sur les réclamations de plusieurs chanoines. N'ayant duré que 3 semaines, des chanoines assistèrent-ils à l'événement décrit?  Mystère. Ceci me permet de rappeler qu'au Moyen-Age les chanoines n'étaient pas désignés par des gouvernements cantonaux, ni réformés. 
Le successeur de Walther de Rötteln fut Henri II de Thun.

lundi 23 mai 2016

A Einsiedeln, le cardinal Kurt Koch dénonce la persécution des chrétiens


Parlant d’un véritable “œcuménisme du sang”, dimanche 22 mai 2016 à Einsiedeln, le cardinal Kurt Koch a affirmé qu’à l’heure actuelle dans le monde, 80% de toutes les personnes persécutées pour leur foi sont martyrisées en tant que chrétiens, sans que leurs bourreaux ne s’arrêtent aux distinctions confessionnelles.

Article du 23.05.2016 par Jacques Berset, cath.ch

dimanche 22 mai 2016

Angélus du Pape François


PAPE François

ANGELUS

Traduction privée

Place Saint Pierre
Solennité de la Très Sainte Trinité
Dimanche, 22 mai 2016

Chers frères et sœurs, bonjour!

Aujourd'hui, fête de la Sainte Trinité, l'Évangile de saint Jean nous présente un passage du long discours d'adieu, prononcé par Jésus peu avant sa passion. Dans ce discours, il explique à ses disciples les vérités les plus profondes qui le concernent; et il décrit la relation entre Jésus, le Père et l'Esprit. Jésus sait être proche de la réalisation du plan du Père, qui s’accomplira par sa mort et sa résurrection; pour cela , il veut assurer aux siens qu’il ne les abandonnera pas, parce que sa mission sera prolongée par le Saint - Esprit. Ce sera à l'Esprit de prolonger la mission de Jésus, qui est de guider l'Église en avant.

La Très Très Très Sainte Trinité


Sainte Trinité 

1ère lecture : La Sagesse a été conçue avant l’apparition de la terre (Pr 8, 22-31)
2ème lecture : Vers Dieu par le Christ dans l’amour répandu par l’Esprit (Rm 5, 1-5)
Evangile : « Tout ce que possède le Père est à moi ; l’Esprit reçoit ce qui vient de moi pour vous le faire connaître » (Jn 16, 12-15)


Frères et Sœurs,

La Très Très Très Sainte Trinité, ainsi que le disait saint Jean-Paul II à Sion, c’est un mystère duquel on s’approche sur la pointe des pieds, ou pour reprendre une expression de l’Ecriture en retirant ses chaussures. C’est ce que le Seigneur avait demandé à Moïse dans le buisson ardent. De la sainteté de Dieu, de celui qui se fait le très proche dans son Fils, nous devons avoir un grand respect, parce qu’il est aussi le tout autre. Un tout autre qui vient demeurer chez nous et en qui nous allons aussi demeurer un jour.

samedi 21 mai 2016

Les enfants

Evangile : « Celui qui n’accueille pas le royaume de Dieu à la manière d’un enfant n’y entrera pas » (Mc 10, 13-16)


16. La Bible considère la famille aussi comme le lieu de la catéchèse des enfants. Cela est illustré dans la description de la célébration pascale (cf. Ex 12, 26-27 ; Dt 6, 20-25), et a été ensuite explicité dans la haggadah juive, c’est-à-dire dans le récit sous forme de dialogue qui accompagne le rite du repas pascal. Mieux, un Psaume exalte l’annonce en famille de la foi : « Nous l'avons entendu et connu, nos pères nous l'ont raconté ; nous ne le tairons pas à leurs enfants, nous le raconterons à la génération qui vient : les titres du Seigneur et sa puissance, ses merveilles telles qu'il les fit ; il établit un témoignage en Jacob, il mit une loi en Israël ; il avait commandé à nos pères de le faire connaître à leurs enfants, que la génération qui vient le connaisse, les enfants qui viendront à naître. Qu'ils se lèvent, qu'ils racontent à leurs enfants » (Ps 78, 3-6). Par conséquent, la famille est le lieu où les parents deviennent les premiers maîtres de la foi pour leurs enfants. C’est une œuvre artisanale, personnalisée : « Lorsque ton fils te demandera demain […] tu lui diras… » (Ex 13, 14). Ainsi, les diverses générations chanteront au Seigneur, « jeunes hommes, aussi les vierges,  les vieillards avec les enfants » (Ps 148, 12).
17. Les parents ont le devoir d’accomplir avec sérieux leur mission éducative, comme l’enseignent souvent les sages de la Bible (cf.Pr 3, 11-12 ; 6, 20-22 ; 13, 1 ; 29, 17). Les enfants sont appelés à recueillir et à pratiquer le commandement : « honore ton père et ta mère » (Ex 20, 12), dans lequel le verbe ‘‘honorer’’ indique l’accomplissement des engagements familiaux et sociaux dans leur plénitude, sans les négliger en recourant à des excuses religieuses (cf. Mc 7, 11-13). De fait, « celui qui honore son père expie ses fautes, celui qui glorifie sa mère est comme quelqu'un qui amasse un trésor » (Si 3, 3-4).
18. L’Évangile nous rappelle également que les enfants ne sont pas une propriété de la famille, mais qu’ils ont devant eux leur propre chemin de vie. S’il est vrai que Jésus se présente comme modèle d’obéissance à ses parents terrestres, en se soumettant à eux (cf. Lc 2, 51), il est aussi vrai qu’il montre que le choix de vie en tant que fils et la vocation chrétienne personnelle elle-même peuvent exiger une séparation pour réaliser le don de soi au Royaume de Dieu (cf. Mt 10, 34-37 ; Lc 9, 59-62). Qui plus est, lui-même, à douze ans, répond à Marie et à Joseph qu’il a une autre mission plus importante à accomplir hors de sa famille historique (cf. Lc 2, 48-50). Voilà pourquoi il exalte la nécessité d’autres liens très profonds également dans les relations familiales : « Ma mère et mes frères, ce sont ceux qui écoutent la parole de Dieu et la mettent en pratique » (Lc 8, 21). D’autre part, dans l’attention qu’il accorde aux enfants – considérés dans la société de l’antique Proche Orient comme des sujets sans droits particuliers, voire comme objets de possession familiale – Jésus va jusqu’à les présenter aux adultes presque comme des maîtres, pour leur confiance simple et spontanée face aux autres : « En vérité je vous le dis, si vous ne retournez à l'état des enfants, vous n'entrerez pas dans le Royaume des Cieux. Qui donc se fera petit comme ce petit enfant-là, celui-là est le plus grand dans le Royaume des Cieux » (Mt 18, 3-4).

vendredi 20 mai 2016

Vorbourg château supérieur


Petite pause ce matin, et montée vers les hauteurs du côté des fermes du Brunchenal. On y a d'intéressants points de vue sur certains angles cachés de la vallée. La 2ème tour des châteaux du Vorbourg a été, détruite par le tremblement de terre du 18 octobre 1356, fête de saint Luc, l'évangéliste de cette année de la miséricorde. Elle n'a jamais été relevée. Il a fallu qu'elle soit consolidée il y a quelques années. On distingue le clocher de la chapelle en contre-bas.


Au retour une personnalité locale me rappelle qu'il est l'heure de passer à table. 


Elle a certainement fait sa prière avant le repas, devant la nouvelle croix en chêne confectionnée par le garde-forestier pour remplacer l'ancienne.

La Famille Chrétienne



Evangile : « Ce que Dieu a uni, que personne ne le sépare ! » (Mc 10, 1-12)

En France, il y a environ 60.000 divorces par an selon un grand journal et pour désengorger les tribunaux, une étude avance pour que les couples ne passent même pas devant un juge. Institutionnellement, le mariage se liquéfie, c'est une évidence. Comment reconstituer la famille et la fortifier, accueillir chacun dans sa situation? Aurait-on déjà oublié Amoris Laetitia?

Falkenstein



Une tour d'un château autrichien en Carinthie m'a fait penser à celles du Vorbourg. Est-ce qu'elles ressemblaient à ça au Moyen-Age? Par chance, le chemin de fer passe en-dessous chez nous.

jeudi 19 mai 2016

D'autres pèlerins


Ce matin, excellente rencontre et célébration avec un groupe MCR de Malleray-Bévilard et leur diacre Gaby Noirat.  La chapelle du Vorbourg possède une porte sainte... Ouverte aussi aux enfants!

Il pleut


Il pleut, mais il y a des pèlerins
et pas seulement celui-ci

Le scandale des petits

Le Seigneur est sévère ce matin sur le scandale des petits :

"Celui qui est un scandale, une occasion de chute,
pour un seul de ces petits qui croient en moi,
mieux vaudrait pour lui
qu’on lui attache au cou une de ces meules que tournent les ânes,
et qu’on le jette à la mer."

Les petits ce sont d'abord les disciples, mais pas seulement.
On comprend la sévérité des réactions et l'indignation qui nous prennent lorsqu'on porte atteinte à n'importe quel enfant. Son intégrité physique et psychologique sont profondément touchées comme sa foi réelle, ou potentielle, ou implicite.
Ce qui est tout aussi regrettable, c'est l'argument qui en est pris parfois pour justifier le délire pornographique mis à la portée des enfants. Ce n'est pas si grave, un petit dessin. Vraiment?

La foi sans les oeuvres?

Audience du Pape François

Catéchèse du pape François

Chers frères et sœurs, bonjour !

Je désire m’arrêter avec vous aujourd’hui sur la parabole de l’homme riche et du pauvre Lazare. La vie de ces deux personnes semblent parcourir des voies parallèles : leurs conditions de vie sont opposées et ne communiquent en rien. La porte de la maison du riche est toujours fermée au pauvre, qui git là, dehors, cherchant à manger quelques restes du repas du riche. Celui-ci porte des vêtements de luxe, tandis que Lazare est couvert de plaies ; le riche fait tous les jours des banquets bruyants, tandis que Lazare meurt de faim. Seuls les chiens prennent soin de lui et viennent lécher ses plaies. Cette scène rappelle le dur reproche du Fils de l’homme dans le jugement final : « J’avais faim et vous ne m’as pas donné à manger, j’avais soif et vous ne m’avez pas donné à boire, j’étais […] nu et vous ne m’avez pas habillé » (Mt 25,42-43). Lazare représente bien le cri silencieux des pauvres de tous les temps et la contradiction d’un monde où les immenses richesses et ressources sont entre les mains d’un petit nombre.

La suite sur Zénit

Lourdes: une fillette sourde entend depuis son pèlerinage

Une fillette italienne de 6 ans, sourde, a inexplicablement pu se passer d’appareil auditif, à partir du 11 mai dernier, lors d’un pèlerinage à Lourdes, indique l’Unitalsi (Union nationale italienne pour le transport des malades à Lourdes et dans les sanctuaires internationaux).

Originaire de Ligurie, elle s’est rendue en pèlerinage à Lourdes avec sa mère, sa grand-mère et son petit frère. Une décision du « dernier moment ».

La petite fille était atteinte d’une surdité profonde aux deux oreilles et elle devait porter des appareils acoustiques. Mais, mercredi dernier, elle les a enlevés, a témoigné Giuseppe Secondi, président de la sous-section Unitalsi de Milan Sud-Ouest et directeur du pèlerinage.

La suite sur Zénit

mercredi 18 mai 2016

La fin des chrétiens d'Orient?

Il est possible de télécharger les émissions en replay avec Captvty.

Notre-Dame de Miséricorde bénédictine

En recherche de la Vierge de Miséricorde... On peut constater qu'elle est bien présente en France et un peu en Suisse.

Honneur aux dames, nous pouvons découvrir une abbaye de religieuses bénédictines Abbaye Notre-Dame de Miséricorde de Rosans (Hautres-Alpes)

L'Abbaye de Disentis est concernée en Suisse où le vocable paraît être peu fréquent. Nous lisons ici :

Disentis GR
Abbaye bénédictine, église de la Vierge


Les pèlerins qui se rendent à Disentis viennent à la fois pour la fresque de la Vierge (Notre-Dame de la Miséricorde) située dans la crypte de l’église Notre-Dame et pour les deux saints patrons de l’abbaye, saint Placide et saint Sigisbert. La fête du pèlerinage est organisée le dimanche qui précède le 11 juillet ainsi que le 11 juillet (fête des saints patrons). La fête de la Vierge a lieu le dimanche qui suit l’Assomption.



L'évènement fondateur (début XVI° siècle)

Une mère indigente et une fille sourde-muette ramassaient du bois et la fille trouva dans la végétation une fresque (statue?) de la Vierge à l’enfant. Aussitôt, elle fut guérie, elle entendait et elle parlait.


mardi 17 mai 2016

La Virgen de las Mercedes... Miséricorde... Merci!


Les jeux de mots sont faciles... Ce matin il y avait sur le bougeoir de la chapelle un curieux luminaire qui arrivait de la république dominicaine avec cette mention "Virgen de las Mercedes", la Mercedes de la Miséricorde... Notre-Dame de la Merci. Il s'agit de la Vierge de la Miséricorde, patronne de la République dominicaine. Notre-Dame est beaucoup vénérée sous cette appellation dans les pays hispanophones, à voir un article de Wikipedia. Les mercédaires consacrés au rachat des captifs sont à l'origine de cette dévotion, avec Saint Pierre de Nolasque. Ce fut la première image de la Vierge Marie intrônisée en Amérique.

Aciprensa ; Forums de la Vierge Marie

Notre-Dame de la Merci, priez pour nous.



Fiche de la Carte Mariale du Monde

La capitale de la République Dominicaine, Saint-Domingue, l'une des étapes espagnoles de la "Conquista" au XVIe siècle, possède un sanctuaire en l'honneur de la Vierge Marie de grande importance : le sanctuaire de "Notre-Dame de la Miséricorde".

Les récits traditionnels expliquent qu'en mars 1495, Christophe Colomb remporta une victoire militaire sur les insurgés locaux grâce à  une image de Marie, portée par le confesseur du célèbre navigateur, Frère Juan Infante.

Un sanctuaire fut construit au XVIe siècle au sommet de la colline entourant Saint-Domingue, à l'emplacement où Colomb avait planté une croix dans le sol.

Chaque année, des dizaines de milliers de pèlerins se rendent sur place pour célébrer l'Assomption et d'autres solennités de la Vierge

Origine de la fondation :

L'une des images de grande dévotion à Saint-Domingue, et la plus ancienne est celle de Notre-Dame de la Miséricorde (Merci).

En Mars 1495 Christophe Colomb, accompagné de quelques Espagnols, dut faire face à un grand nombre d'Indiens commandés par un cacique. Ils construisirent une tranchée et placèrent une grande croix en bois  à côté d'elle.

Les Indiens réussirent à déloger les Espagnols, qui immédiatement reculèrent d'une colline. Pendant ce temps, ils mirent le feu à la croix et  essayèrent de la détruire avec des haches, mais sans succès. Compte tenu de l'agressivité des Indiens, Colomb et la plupart des troupes décidèrent de quitter le site. Cependant, le mercédaire Frère Juan Infante, confesseur de Colomb, portant une statue de Notre-Dame de la Miséricorde, exhorta les Espagnols à continuer le combat et leur promit la victoire au nom de la Vierge. (La troupe était composée de 220 espagnols opposés à 30.000 indiens selon certains chiffres)

Le lendemain, la troupe de Colomb obtint une victoire incroyable sur les Indiens, qui se dispersèrent dans les montagnes. Après cet événement, un sanctuaire dédié à Notre-Dame de la Miséricorde fut construit au sommet de la colline où Christophe Colomb plaça la croix miraculeuse.



Sanctuaire Notre-Dame de miséricorde

L’église blanche de Santo Cerro fut érigée en l’honneur de Notre-Dame de la Mercedes sur une colline avec vue panoramique sur la vallée du Cibao. Elle n’est qu’à cinq minutes en voiture de La Vega. Selon la légende, Christophe Colomb a lui-même planté une croix sur cette colline au cours d'une bataille contre les Indiens Tainos. Lorsque les Indiens ont attaqué la croix, la Vierge de las Mercedes est apparue au-dessus d’un des bras de la croix et les Indiens effrayés se sont enfuis. Le 24 septembre, des milliers de pèlerins viennent dans cette église pour commémorer la fête qui honore la sainte patronne de la République Dominicaine. Une réplique de cette croix peut être vue sur le site de l'église.

lundi 16 mai 2016

La pluie des roses au Panthéon



La pluie des roses au Panthéon est une tradition millénaire à Rome. Le dimanche de Pentecôte, à la fin de la messe, les pompiers font tomber de l’ “œil du ciel” (l’ouverture circulaire de 9 mètres de diamètre du Panthéon) une pluie de pétales de rose.

La pentecôte, qui a lieu le cinquantième jour après Pâques, célébrait jadis la fin de la récolte tandis que dans la tradition chrétienne marque la venue de l’Esprit Saint sur la Vierge et sur les Apôtres réunis dans leur cénacle.

La cérémonie a presque deux mille ans. Ses origines remontent aux célébrations des premiers chrétiens à Rome, selon lesquels les roses représentaient le Saint-Esprit et symbolisaient le sang du Christ versé pour la rédemption de l’humanité.

De 43 mètres d’hauteur, le Panthéon est rempli de milliers de pétales de rose. Un spectacle à ne pas rater auquel participent des milliers de romains et touristes. Cette année la célébration aura lieu  le 15 mai. Ne la ratez pas!

Source et Laurent Passer

Découvertes archéologiques en Israël


Israël: une ferme de l'époque du 1er Temple et un monastère byzantin découverts à Rosh HaAyin

Par i24news ; Haaretz ;



7ème Semaine du Temps Ordinaire C


Le lendemain de la Pentecôte, nous "retombons" dans le temps ordinaire liturgique, qui n'est pas nécessairement synonyme de pénitence. J'aime bien célébrer une messe votive du Saint-Esprit à cette occasion. S'il y avait une octave de la Pentecôte ce serait encore mieux mais "nous" ne sommes pas une Congrégation Romaine. Cela ne nous empêchera pas d'avoir une pensée pour le renouveau charismatique en Suisse Romande qui se réunit à N-D du Valentin à Lausanne en ce lundi : http://www.renouveau.ch/

Evangile du jour : « Je crois ! Viens au secours de mon manque de foi ! » (Mc 9, 14-29)
L'Evangile de ce matin nous a rapporté une guérison effectuée par le Seigneur. La description qui est donnée des symptômes affectant l'enfant, nous fait penser à des crises d'épilepsie, mais la réponse du Seigneur paraît aller dans un autre sens :  « Cette espèce-là (de démon), rien ne peut la faire sortir, sauf la prière. »
Nous avons dans l'Eglise des prières pour les malades, nous faisons des pèlerinages, etc... Nous avons aussi l'onction des malades.
Les exorcismes remis de manière cyclique en avant par la publicité cinématographique ou de presse, ne peuvent être effectués par un prêtre autorisé qu'après des examens médicaux. Les risques d'abus et de dérapages sont évidents.
Rien ne nous empêche cependant de prier personnellement pour eux, avec foi, et c'est même un devoir, il y a tant de misères et pas seulement dans les établissements psychatriques.

dimanche 15 mai 2016

Regina Coeli de Pentecôte

Solennité de la Pentecôte

PAPE FRANCOIS

REGINA COELI

Place Saint - Pierre
Dimanche 15 mai 2016



Traduction privée rapide

Chers frères et sœurs, bonjour!

Aujourd'hui , nous célébrons la grande fête de la Pentecôte, qui porte à son achèvement le temps pascal, cinquante jours après la résurrection du Christ. La liturgie nous invite à ouvrir nos esprits et nos cœurs au don de l'Esprit Saint, que Jésus a promis à plusieurs reprises à ses disciples, le premier et le principal don qu'il a obtenu pour nous par sa résurrection. Ce don, Jésus lui-même a prié le Père, comme en témoigne l'Evangile d'aujourd'hui, qui a lieu à la dernière Cène. Jésus dit à ses disciples: «Si vous m’aimez, gardez mes commandements; et je prierai le Père, et il vous donnera un autre Paraclet pour être avec vous pour toujours "( Jn 14,15 à 16).

Pentecôte



MESSE DU JOUR

1ère lecture : « Tous furent remplis d’Esprit Saint et se mirent à parler en d’autres langues » (Ac 2, 1-11)
2ème lecture : « Tous ceux qui se laissent conduire par l’Esprit de Dieu, ceux-là sont fils de Dieu » (Rm 8, 8-17)
 Evangile : « L’Esprit Saint vous enseignera tout » (Jn 14, 15-16.23b-26)

Homélie au sanctuaire

Frères et Sœurs,

Pourquoi avons-nous prié avec insistance durant les 9 jours qui nous ont séparés de la Pentecôte ? Saint Basile de Césarée, un spécialiste du Saint-Esprit, dit ceci à propos de la prière : Nous regardons vers l’Orient pour prier, parce que nous sommes à la recherche de l’antique patrie, ce paradis que Dieu planta en Eden, du côté de l'Orient (traité du Saint-Esprit 192a).

samedi 14 mai 2016

Saint Matthias


Nous sommes à la veille de la Pentecôte au Cénacle avec Marie et fêtons Matthias. Voilà un nouvel arrivant… avant son heure! Il n’appartient pas encore au groupe des douze. N’est-ce pas curieux ? S'il était toujours avec les plus fidèles, il devait bien être là à la Pentecôte. Il y avait  une part spéciale pour lui en réserve, en attente, celle de Juda mais elle ne lui a pas été donnée à ce moment-là. Il fallait 12 Apôtres pour annoncer la Bonne Nouvelle. Les 12 portes de la cité sainte devaient être ouvertes. Matthias ce doit être la porte des pauvres et des discrets, de ceux qui suivent humblement et fidèlement, sans vouloir trop se montrer, ni paraître à la télé ou dans les médias. Une porte sainte de la miséricorde ouverte tous les jours de l’année.
Matthias, c’est l’apôtre dont on ne dit rien ou presque, parce qu’on ne sait rien de lui ou presque, mais son nom est tout un programme, il signifie « présent, don de Dieu ».
Les lectures ont voulu montrer la liberté de choix du Seigneur.
Le mode d’élection de Matthias est assez particulier. Il fait référence à la désignation qui s’opérait dans le temple plors de la détermination des prêtres. On utilisait ces fameux dés appelés Ourim et le Thoummim (Lc 1,9). Cette manière de procéder a disparu aujourd’hui dans l’Eglise, à l’exception du tirage au sort du patriarche copte orthodoxe d’Alexandrie. Il est choisi à l’aveugle par la main d’un enfant.
Il nous choisit chacun pour une mission ou un service, pour être messager de la Bonne Nouvelle. Nous n’en sommes pas propriétaires, mais serviteurs.
Marie a prié aussi pour Matthias et pour que vienne reposer l’Esprit sur toute l’Eglise, une effusion qui ne s’arrête pas à la Pentecôte. Elle a aussi prié pour chacun de nous, nous pouvons lui demander d’obtenir un surcroît de grâce.


Pour conclure, nous voulons également rappeler celui qui après la Pâque fut élu à la place du traître. Dans l'Eglise de Jérusalem deux personnes furent proposées par la communauté et ensuite tirées au sort:  "Joseph Barsabbas, surnommé Justus, et Matthias" (Ac 1, 23). Ce dernier fut précisément élu et ainsi "associé aux onze Apôtres" (Ac 1, 26). Nous ne savons rien de lui, si ce n'est qu'il avait été lui aussi témoin de toute la vie terrestre de Jésus (cf. Ac 1, 21-22), lui demeurant fidèle jusqu'au bout. A la grandeur de sa fidélité s'ajouta ensuite l'appel divin à prendre la place de Judas, comme pour compenser sa trahison. Nous pouvons en tirer une dernière leçon:  même si dans l'Eglise ne manquent pas les chrétiens indignes et traîtres, il revient à chacun de nous de contrebalancer le mal qu'ils ont accompli par notre témoignage limpide à Jésus Christ, notre Seigneur et Sauveur.

P.S. Remarquons que le patriarche copte est favorable au choix d’une date commune de Pâques, le 3ème dimanche d’avril.

Saint Jean-Paul II, le Miséricordieux: le pardon du 13 mai 1981


Des coups de feu, un pardon. En cette année sainte extraordinaire de la miséricorde, on peut affirmer avec plus de pertinence que jamais que le 13 mai n’est pas tant l’anniversaire du tragique attentat contre la vie de saint Jean-Paul II, place Saint-Pierre, à l’occasion d’une audience générale, que l’anniversaire de la protection maternelle de la Vierge Marie et celui d’un pardon, immédiat, puisé à la spiritualité de la miséricorde qui imprégnait toute la vie de Karol Wojtyla.
Article d'Anita Bourdin complet sur Zénit

vendredi 13 mai 2016

Incompréhension et persécution totales


Des ONG dénoncent la persécution de réfugiés chrétiens par des musulmans en Allemagne
12.05.2016 par Jacques Berset, cath.ch

Selon les médias allemands, des dizaines de milliers de réfugiés chrétiens ou appartenant à d’autres minorités non-musulmanes souffrent de discriminations, de menaces voire d’actes violents ou d’agressions sexuelles dans les centres d’accueil des migrants, partout en Allemagne. Plusieurs organisations de défense des droits humains ont dénoncé le harcèlement de ces minorités par des requérants d’asile ou des gardiens musulmans.

Notre-Dame de Fatima


En attendant, quelques morceaux choisis où il la mentionne



C’est beau, la miséricorde ! Je me souviens, à peine devenu évêque, en l’année 1992, est arrivée à Buenos Aires la Vierge de Fatima et l’on a fait une grande messe pour les malades. Je suis allé confesser, lors de cette messe. Et presque à la fin de la messe, je me suis levé, je devais administrer une confirmation. Est venue à moi une femme âgée, humble, très humble, elle avait plus de quatre-vingts ans. Je l’ai regardée et je lui ai dit : « Grand-mère — parce que chez nous, nous appelons ainsi les personnes âgées : grand-mère — vous voulez vous confesser ? ». « Oui !», m’a-t-elle dit. « Mais si vous n’avez pas péché... ». Et elle m’a dit : « Nous avons tous péché... ! ». « Mais peut-être le Seigneur ne les pardonne pas... ». « Le Seigneur pardonne tout !», m’a-t-elle dit : sûre d’elle. « Mais comment le savez-vous, vous, Madame ? ». « Si le Seigneur ne pardonnait pas tout, le monde n’existerait pas ». Il m’est venue l’envie de lui demander : « Dites-moi, Madame, vous avez étudié à la Grégorienne ? », parce que cela est la sagesse que donne l’Esprit Saint ; la sagesse intérieure vers la miséricorde de Dieu. N’oublions pas cette parole : Dieu ne se fatigue jamais de nous pardonner, jamais ! « Eh, mon père, quel est le problème ? ». Eh, le problème est que nous, nous nous fatiguons ! Nous ne voulons pas ! Nous nous fatiguons de demander pardon ! Lui ne se fatigue pas de pardonner, mais nous, parfois, nous nous fatiguons de demander pardon. Ne nous fatiguons jamais, ne nous fatiguons jamais ! Lui est le Père plein d’amour qui toujours pardonne, qui a ce cœur de miséricorde pour nous tous. Et nous aussi apprenons à être miséricordieux avec tous. Invoquons l’intercession de la Vierge qui a eu entre ses bras la Miséricorde de Dieu fait homme.


PAPE FRANÇOIS

ACTE DE CONSÉCRATION À MARIE*  

Bienheureuse Vierge de Fátima, avec une gratitude renouvelée pour ta présence maternelle nous unissons notre voix à celle de toutes les générations qui te disent bienheureuse.

Nous célébrons en toi les grandes œuvres de Dieu, qui jamais ne se lasse de se pencher avec miséricorde sur l’humanité, affligée par le mal et blessée par le péché, pour la guérir et pour la sauver.

Accueille avec ta bienveillance de Mère l’acte de consécration que nous accomplissons aujourd’hui avec confiance, devant ton image qui nous est si chère.

Nous sommes assurés que chacun de nous est précieux à tes yeux et que rien ne t’est étranger de tout ce qui habite dans nos cœurs. Nous nous laissons embrasser par ton très doux regard et recevons la caresse réconfortante de ton sourire.

Protège notre vie entre tes bras: bénis et renforce tout désir de bien ; ravive et nourris la foi ; soutiens et illumine l’espérance ; suscite et anime la charité ; guide nous tous sur le chemin de la sainteté.

Enseigne-nous ton amour de prédilection pour les petits et les pauvres, pour les exclus et les personnes qui souffrent, pour les pécheurs et les égarés du cœur : rassemble tous les hommes sous ta protection et confie les tous à ton Fils bien-aimé, Notre Seigneur Jésus. Amen.

Site officiel du sanctuaire

jeudi 12 mai 2016

Pour ne pas oublier le Liban

Le Liban, c'est un million et demi de réfugiés 1/3 de sa populations, un vivre ensemble profondément blessé par les guerres, des voisins encombrants à grosses semelles, un pays martyrisé par les décisions géostratégiques d'une superpuissance. Elle porte la responsabilité de l'effondrement de la présence chrétienne en Orient. Mais il reste l'espérance et le témoignage de ceux qui restent encore, ainsi que leur fierté. Un libanais ne vous demande jamais la charité, mais la justice et de prendre nos responsabilités. Un pays qui tient avec des bouts de gouvernements, des banquiers un peu spéciaux, parfois très spéciaux, des services publics catastrophiques, des communautés divisées, mais un pays qui veut vivre. Merci au patriarche Bechara Raï pour ses lignes qui nous aident à entrer dans le coeur du pays et de ses communautés. Il ose dire ce que personne n'ose et appeler chacun à son devoir. L'Eglise ce n'est pas que le Vatican et les monsignore de Curie, lieu lui aussi mystérieux que l'Orient et même encore plus... et qui ne comprend pas toujours. 
Un patriarche au coeur de l'unité de son pays... Grands mots, mais j'ai apprécié le livre, on y fait bon nombre de découvertes et il donne l'occasion de tant de rappels. Il fut un temps où Beyrouth était entièrement chrétienne.

mercredi 11 mai 2016

Les Saints Abbés de Cluny




Nous fêtons aujourd'hui les saints Abbés de Cluny


Pierre le Vénérable


Dom Jean Jean Leclercq CLUNY et la Vierge Marie, in Maria : Etudes sur la Vierge Marie volume 2 p. 554, 555 Beauchesne

CLUNY. — Dès lors, une place importante revient, dans le développement de la piété mariale du monachisme, à Cluny. Dans ce milieu la dévotion bourgeonne sur la liturgie, et elle se manifeste d'abord par des pratiques telles que les processions et les stations devant l'image de Notre-Dame, plutôt que par des productions littéraires, la liturgie fournissant elle-même des formules. Les grands abbés de Cluny font preuve de piété fervente envers Marie. Saint Odon ( +942) prie Marie comme « la mère de la miséricorde ». De saint Mayeul, son biographe rapporte qu'il portait sur lui le traité du Pseudo-Jérôme sur l'Assomption lorsqu'il tomba, au cours d'un voyage, entre les mains des Sarrasins : sans doute par la lecture de cet ouvrage se préparait-il à la fête de l'Assomption, laquelle était proche ; Mayeul pria Marie de le libérer à temps pour qu'il pût célébrer cette fête à Cluny. Son successeur, saint Odilon, pratique l'esclavage à l'égard de Marie : appliquant à sa dévotion un usage féodal, par serment de fidélité il se constitue serf de Notre-Dame qu'il considère comme sa suzeraine : « Prenez-moi, lui dit-il, à votre service! Je me déclare votre serf pour l'éternité » ; de son abbatiat datent deux coutumes clunisiennes qui sont encore observées de nos jours dans plusieurs congrégations bénédictines : celle de s'incliner ou de s'agenouiller lorsqu'on chante les paroles du Te Deum : Non horruisti Virgims uterum et celle de célébrer l'Assomption avec autant de solennité que la Noël et Pâques. Saint Odilon écrit des sermons en l'honneur de la Vierge et l'hymne Adest dies laetitiae pour l'Assomption ; compositions littéraires qui sont encore des pièces liturgiques. Saint Hugues, sixième abbé, introduit à Cluny deux nouveaux usages : il prescrit que les malades, qui ne peuvent assister au chœur, réciteront le petit office de la Sainte Vierge dans l'oratoire de Notre-Dame, et qu'on célébrera conventuellement la messe et l'office de Marie tous les samedis libres — usage qui a été, depuis, étendu à toute l'Église, Pierre le Vénérable sera, au XII° siècle, héritier de ces traditions, et Bernard de Cluny, dans son coutumier, désignera Marie comme « notre espérance toute spéciale auprès son Fils ». C'est également dans le milieu clunisien que commence à se développer un genre littéraire destiné à jouir d'une vogue de plus en plus grande au cours du Moyen Age: celui des Miracula, brefs récits de faits merveilleux (apparitions, guérisons, conversions, grâces de toutes sortes) attribués à l'intervention de Marie et capables d'alimenter la confiance envers elle. Gautier de Compiègne, moine à Cluny vers le milieu du XIIe siècle, rédige l'un des premiers recueils de cette sorte.