Rechercher dans ce blog

jeudi 30 avril 2015

Redécoupage de diocèse

En Suisse le danger principal est probablement de devenir des fonctionnaires. Ce danger du reste menace tous les agents pastoraux, et j’aimerais trouver comment contribuer à l’amenuiser”, explique Mgr Morerod. “Quand on me demande ce que j’aime dans mon travail, je réponds que c’est rencontrer Dieu et rencontrer les gens. Mais je crains que le temps que je peux y consacrer soit trop limité, et que, en raison de la taille du diocèse, je me trouve souvent dans un rôle de fonctionnaire.”

Adam premier macho!

Beaucoup considèrent que le changement qui s’est produit ces dernières décennies a été provoqué par l’émancipation de la femme. Mais cet argument non plus n’est pas valide, c’est faux, ce n’est pas vrai ! C’est une forme de machisme, qui veut toujours dominer la femme. Nous faisons la même tête qu’Adam quand Dieu lui a dit : « Mais pourquoi as-tu mangé du fruit de l’arbre ? » et lui : « La femme me l’a donné ». Et c’est la faute de la femme. Pauvre femme ! Nous devons défendre les femmes !

Lire toute la catéchèse du pape François sur la famille. Il donne son avis sur la difficulté qu'ont les jeunes à s'engager dans le mariage? A qui la faute? En partie à l'exemple des parents qui n'ont pas été fidèles à la promesse donnée. 

Prix Good news 2015

A l’occasion du dimanche des médias, le prix «Good News» distingue une personne, une institution ou un projet ayant spécialement contribué à diffuser la Bonne Nouvelle par de bonnes nouvelles dans les médias. Le choix du lauréat appartient aux internautes qui sont invités à voter pour l’un des trois candidats retenus.

« La Sang et la Sève »

Un long métrage sur le martyre de Maurice et ses compagnons, réalisé par Christian Berrut.
« La Sang et la Sève »
http://www.filmic.ch/fr/production_de_films/1-documentaires/films/1-le-sang-et-la-seve

« Aimer c’est tout donner »

Le petit ouvrage de témoignages sur la vie consacrée est appelé à un succès mondial, grâce au pape François.
Aimer, c’est tout donner
http://vieconsacree.com/

Messe des familles

Le 15 juin 2014 à Porrentruy, l’église St-Pierre a servi de cadre à une messe des familles télévisée très animée.
Messe des familles
http://www.ccrt.ch/diffusion/messe-des-familles-porrentruy

mercredi 29 avril 2015

Echo Magazine : Un non qui est un oui à la vie

Patrice Favre dans son éditorial de l'Echo magazine applaudit les trisos! Bavo les trisos! 
Plus loin, les avis d'un juriste argentin spécialisé en bio éthique Roberto Andorno : http://fr.wikipedia.org/wiki/Roberto_Andorno  et celui d'Yvan Vial (CHUV).
Les grandes questions sont celles du respect de la vie humaine en tant que telle, et de l'eugénisme.

Relevons que le magazine est accessible en ligne pour les abonnés, ce qui est un + appréciable.

Avis personnel :
Les angles d'attaque de la presse devraient tourner autour de l'argumentation :

1- L'opposition au DPI va contre l'avancement de la science.
2- Tout ce qui relève du religieux est disqualifié en ce domaine parce que relevant de l'obscurantisme et au mieux de la subjectivité. La raison scientifique ne peut qu'aller dans le sens de la doctrine dominante dans ce milieu.
3- Les embryons surnuméraires (même plus appelés comme tels, mais des ovules imprégnées (le père ne compte déjà plus)) sont de toutes façons avortés, mieux vaut les éliminer avant (mais avant quoi?).
4- En rejetant le DPI, vous rejetez les enfants nés de cette manière (ce qui est faux, ce n'est pas un scénario X-Men) et vous n'avez pas pitié de la souffrance des parents. Ils ont droit à des enfants et des enfants bien formés. Il y a 2000 enfants qui naissent après fécondation in vitro   par an et 6000 parents qui recourent à cette méthode (donc le processus est normalisé et on n'ira pas beaucoup plus loin). 

Sainte Catherine de Sienne


Le corps de Sainte Catherine repose à la Minerve, la tête est à Sienne.

L'Evangile qui nous est proposé pour cette fête de sainte Catherie de Sienne interpelle. Etait-elle Marthe ou Marie? Les deux, elle alliait la contemplation et l'action. Ayant quitté sa cellule pour le service de la charité et l'annonce de l'Evangile, elle la portait en elle-même. Elle s'était constitutée une cellule spirituelle, priant continuellement.

Catherine de Sienne joua un rôle important dans le retour de la papauté d'Avignon à Rome. Elle s'adapta aux différents tempéraments des "doux Christ en terre", les papes. Grégoire XI avait besoin d'être soutenu et encouragé, Urbain VI devait être approché avec des pincettes, son tempéramment cassant et autoritaire, aucunement diplomate, fut une des causes du grand schisme d'Occident. Dure leçon qui n'est pas encore toujours comprise...

Aux portes d'une année de la miséricorde, ne serait-il pas bon de remettre à l'honneur son livre du Dialogue?

Les divisions sont éclairantes : 


PRELUDE

1ère réponse : MISERICORDE A CATHERINE

DON DE LA DISCRETION OU DU DISCERNEMENT SPIRITUEL

2ème Réponse : MISÉRICORDE AU MONDE
1e LE DON DU VERBE INCARNÉ
2° LE DON DE LA CONFORMITE AU CHRIST
3e LE DON DES LARMES

3ème Réponse MISÉRICORDE A LA SAINTE ÉGLISE - LA RÉFORME DES PASTEURS!
4ème Réponse LA PROVIDENCE DE LA MISERICORDE
Extrait de la Conclusion :
O abîme, ô Divinité éternelle! Océan sans fond! Eh! pouvez-vous me donner davantage que de vous donner vous-même ? Vous êtes le feu qui brûle toujours et ne s'éteint jamais. Vous êtes le feu qui consume en lui-même tout amour-propre de l'âme; vous êtes le feu qui fond toute glace et qui éclaire; c’est à sa lumière que vous m'avez fait connaître votre vérité ! Vous êtes la lumière au-dessus de [328] toute lumière; c'est cette lumière qui communique à l'oeil de l'intelligence une clarté surnaturelle, si abondante et si parfaite que la lumière de la foi en est éclairée, cette foi, par laquelle je vois que mon âme a la vie, et dans cette clarté vous reçoit, vous, la Lumière. Par la lumière de la foi, je possède la sagesse dans la sagesse du Verbe votre Fils. Par la lumière de la foi, je suis forte, constante et persévérante. Par la lumière de la foi, j'espère et je ne me laisse pas défaillir en route. Cette lumière m'indique le chemin et, sans cette lumière, je marcherais dans les ténèbres. Dans cette lumière je vous connais, et vous êtes présent à mon esprit, vous le Bien suprême et infini..

mardi 28 avril 2015

Louis-Marie Grignion de Montfort


Nous fêtions aujourd'hui Saint Louis-Marie Grignion de Montfort, très apprécié par Jean-Paul II et célèbre tout spécialement pour son Traité de la Vraie Dévotion à la Sainte Vierge.

Ses Oeuvres sur Textes Mystiques

Ses cantiques sont aussi passés dans l'histoire de la spiritualité et des missions paroissiales.

Celui figurant ci-dessous accompagne très bien l'Evangile du Bon Pasteur.

LA BONNE BERGÈRE


99 1 SYLVIE: Bonjour, chère bergère, Servante du
Seigneur, Je viens sur la fougère Vous parler coeur à
coeur.
99 2 Ici, loin du grand monde, Faisons notre séjour,
Dans une paix profonde Parlons du saint amour.
99 3 GENEVIEVE: Ah! que je suis ravie D'avoir votre
entretien! Parlons, chère Sylvie, De notre unique bien.
99 4 Ces campagnes sont pures, Tout est saint en ce
lieu, Toutes les créatures Nous y parlent de Dieu.
99 5 Ces rochers, ces masures, Ces brebis, ces agneaux,
Ces bois et ces verdures Sont des chantres nouveaux.
99 6 SYLVIE: Etes-vous bien contente? Ne vous manque-til
rien? N'avez-vous point l'attente De quelque plus
grand bien?
99 7 GENEVIEVE: Sachez, ma bien-aimée, Que mon coeur
est content: Je suis pauvre et cachée, Mais mon bonheur
est grand.
99 8 Assise sur l'herbette Au milieu de ces bois,
J'aime mieux ma houlette Que les sceptres des rois.
99 9 Je trouve plus de gloire A garder mon troupeau,
Qu'à remporter victoire Sur un monde nouveau.
99 10 Soit qu'il vente ou qu'il mouille, L'hiver comme
l'été, Je file ma quenouille Chantant avec gaieté.
99 11 SYLVIE: N'êtes-vous pas sensible Aux plaisirs,
aux honneurs, A ce monde visible Qui ravit tant de
coeurs?
99 12 GENEVIEVE: Je ne fais point la guerre A l'avare
orgueilleux, Je lui laisse la terre, Je prends pour moi
les cieux.
99 13 Le monde et sa figure N'ont point pour moi
d'attraits; Dans le ciel je m'assure D'un bonheur, pour
jamais.
99 14 SYLVIE: Quoi donc! rien ne vous pèse Dans ce
délaissement? Etes-vous à votre aise? Je ne vois pas
comment.
99 15 Sans toit, sans couvertures, Couverte de
haillons, Vous souffrez les injures De toutes les
saisons.
99 16 Le monde vous délaisse Dans votre pauvreté, Votre
maître et maîtresse Sont pleins de dureté.
99 17 GENEVIEVE: Malgré toutes ces peines, J'ai mon
coeur nuit et jour Plus content que les reines, Au
milieu de leur cour. 99 18 J'ai Jésus et Marie Gravés
dedans mon coeur, Puis-je avoir, mon amie, Un plus
parfait bonheur?
99 19 J'ai dans cette retraite Un très doux entretien,
Chaque chose en cachette Me parle et fait du bien.
99 20 L'une me fortifie Et l'autre me nourrit, Celle-ci
m'humilie Et cette autre m'instruit
99 21 En regardant ces plaines, Je dis à mon Amant: Vos
beautés souveraines En font tout l'ornement.
99 22 L'oiseau, dans sa vitesse Et son gazouillement,
M'accuse de paresse Et de relâchement.
99 23 Les eaux dans leur murmure Se plaignent de mon
coeur, Et condamnent l'injure Que je fais au Seigneur.
99 24 Ces rochers immobiles Ont un air innocent, Ils
condamnent les villes Où l'air est si méchant.
99 25 Ici, dans le silence, Tout parle en vérité. Tout
prêche l'innocence Et la simplicité.
99 26 Mes brebis sont l'exemple De toutes les vertus;
Lorsque je les contemple Je crois voir mon Jésus.
99 27 Quelle est leur innocence! Quelle est leur
charité! Quelle est leur patience Et leur humilité!
99 28 Mon plaisir est extrême En voyant ce hameau. Quel
est l'ouvrier même, Si l'ouvrage est si beau!
99 29 Quand j'entends le ramage Et le bruit des
oiseaux, Je chante en mon langage, Au son des
chalumeaux,
99 30 A la gloire et louange De Jésus mon amour, Nous
faisons un mélange, Nous chantons tour à tour.
99 31 Ma gloire est très intime, Tout mon bien est en
moi. Ici-bas je n'estime Rien de ce que je vois.
99 32 Fi du monde qui passe Avec ceux qui sont fous! Il
souille, il embarrasse, Il les fait périr tous.
99 33 J'aime mieux mes masures Que les palais des
grands, J'aime mieux mes verdures Que leurs vains
ornements.
99 34 Retentissez, campagnes! Sautez, petits agneaux!
Répondez-moi, montagnes, Par le bruit des échos!
99 35 Chantez, chers paturages! Chantez, petits
ruisseaux! Chantez, petits bocages! Chantez, petits
oiseaux!
99 36 Jésus est notre maître, Loin d'ici le pécheur.
Tout en ce lieu champêtre Rende à Dieu tout honneur.
99 37 Régnez, Vierge Marie, Dans le plus haut des
cieux! Et vous, soyez bénie, Jusque dans ces bas lieux.
99 38 Chantons, chère Sylvie: Je vous bénis, Jésus, Je
vous bénis, Marie, Donnez-nous vos vertus.
99 39 Je ne veux rien Que Dieu seul pour mon bien Vive
Jésus Dans mon coeur, et rien plus.

lundi 27 avril 2015

Saint Pierre Canisius


Nous fêtons en Suisse Saint Pierre Canisius. Sa tombe est à Fribourg, remise en honneur. Rappelons qu'il vint quelques temps à Delémont en cette période grave que fut la "contre-réforme" pour l'ancien évêché de Bâle. Wikipedia donne quelques liens sur ce saint Jésuite.

Le Grand catéchisme de Canisius est disponible en PDF sur [3].
Catéchèse de Benoît XVI du 9 février 2011


Relevons dans les sujets d'intérêt bibliographique marial un traité qu'il fit sur la Vierge Marie. Il est malheureusement presque impossible de lui mettre la main dessus en langue vernaculaire, trésor caché dans un coffre secret de la glorieuse compagnie? Peut-être le Pape François pourra-t-il le faire traduire en français? Ce serait un miracle... Il existe semble-t-il une traduction en langue allemande qui n'est pas donnée.



Après ce premier chef-d'oeuvre sur le Précurseur, le Père Canisius se mit à l'élaboration de son grand et magnifique traité sur la Sainte Vierge. Comme on peut le croire, le saint écrivain mit tous ses soins, tout son coeur, à cette nouvelle entreprise. Après 6 ans de travail, souvent interrompu par les voyages et le saint ministère, son livre parut, un gros in-folio de plus de huit cents pages, avec pour titre : Marie, la Vierge incomparable et Très Sainte Mère de Dieu.
L'ouvrage se divise en cinq parties : la première traite de l'origine et de la conception immaculée de Marie, de son enfance et de ses vertus, la deuxième, de sa parfaite virginité, la troisième, de la Salutation angélique et des erreurs commises dans son interprétation ; dans la quatrième partie, Canisius explique les textes de l'Evangile que les adversaires du culte de la Sainte Vierge détournaient de leur vrai sens; enfin, il parle du saint trépas de Marie, de son Assomption et du culte que lui a toujours rendu l'Eglise.
Dans cet écrin, on peut dire que Canisius a réuni tout ce que les saintes Ecritures et les Pères ont dit de plus admirable à la louange de la Reine du Ciel, et il l'a fait avec une solidité de doctrine, une puissance de raisonnement, un style si plein de charme, qu'après avoir lu ce livre, qui est sans contredit un des plus beaux monuments élevés à la gloire de la Mère de Dieu. le cardinal Hosius écrivait à l'auteur : « La Vierge très Sainte n'oubliera pas de vous récompenser, car vous l'avez par vos écrits glorifiée plus que personne ne l'a jamais fait jusqu'ici. » En effet, à lire ces pages lumineuses et toutes brûlantes d'un amour filial, on reconnaît en Canisius un fils qui chérit sa Mère et trouve des armes vraiment victorieuses pour la défendre.
Le zèle de notre Bienheureux ne s'est pas arrêté là ; ses sermons, les manuels de piété qu'il composa, font une grande place à la dévotion envers Marie. S'il fut un apôtre du Rosaire, comme nous l'avons vu déjà, il fut aussi un des grands propagateurs des Litanies de la Sainte Vierge ; à propos des Evangiles des fêtes de la Mère de Dieu, en particulier sur l'Immaculée Conception et sur l'Assomption, saint Canisius nous a laissé des pages admirables.

Regina Coeli : Dimanche du Bon Pasteur

Traduction privée et rapide :

PAPE FRANCOIS

Regina Coeli

Place Saint-Pierre

Dimanche, 26 Avril, 2015

Chers frères et sœurs, bonjour!

Le quatrième dimanche de Pâques appelé "dimanche du Bon Pasteur",  nous invite chaque année à redécouvrir avec un émerveillement toujours nouveau, cette définition que Jésus a donnée de lui-même, en la relisant à la lumière de sa passion, de sa mort et de sa résurrection. "Le bon berger donne sa vie pour ses brebis» (Jn 10:11). Ces mots se sont réalisés pleinement lorsque le Christ, obéissant librement à la volonté du Père, s’est immolé sur la croix. Ensuite devient tout à fait clair ce que veut dire "il est "le bon berger" : il donne la vie, il a offert sa vie en sacrifice pour nous tous: pour vous, pour vous, pour vous, pour moi, pour tout le monde! Et pour cela il est le bon berger!

dimanche 26 avril 2015

Dimanche du Bon Pasteur


Lectures de la messe du jour
1ère lecture : « En nul autre que lui, il n’y a de salut » (Ac 4, 8-12)
2ème lecture : « Nous verrons Dieu tel qu’il est » (1 Jn 3, 1-2)
Evangile : « Le bon pasteur donne sa vie pour ses brebis » (Jn 10, 11-18)

Célébrant principal?


"Moi Je" 

samedi 25 avril 2015

Dimanche du Bon Pasteur et des vocations




MESSAGE DU PAPE FRANÇOIS
POUR LA 52e JOURNÉE MONDIALE
DE PRIÈRE POUR LES VOCATIONS
Thème : L’exode, expérience fondamentale de la vocation

Chers frères et sœurs,
Le quatrième dimanche de Pâques nous présente l’icône du Bon Pasteur qui connaît ses brebis, les appelle, les nourrit et les conduit. En ce dimanche, depuis plus de 50 ans, nous vivons la Journée mondiale de prière pour les Vocations. Elle nous rappelle chaque fois l’importance de prier pour que, comme a dit Jésus à ses disciples, « le maître de la moisson envoie des ouvriers pour sa moisson » (cf. Lc 10, 2). Jésus exprime ce commandement dans le contexte d’un envoi missionnaire : il a appelé, outre les douze apôtres, soixante-douze autres disciples et il les envoie deux par deux pour la mission (Lc 10, 1-16). En effet, si l’Église « est par sa nature missionnaire » (Conc. Œcum. Vat. II Décret Ad gentesn. 2), la vocation chrétienne ne peut que naître à l’intérieur d’une expérience de mission. Aussi, écouter et suivre la voix du Christ Bon Pasteur, en se laissant attirer et conduire par lui et en lui consacrant sa vie, signifie permettre que l’Esprit-Saint nous introduise dans ce dynamisme missionnaire, en suscitant en nous le désir et le courage joyeux d’offrir notre vie et de la dépenser pour la cause du Royaume de Dieu.

Jésus pleure sur Jérusalem

"O Jérusalem, Jérusalem... combien de fois, combien de fois j’ai voulu rassembler tes enfants à la manière dont une poule rassemble sa couvée sous ses ailes, et tu n’as pas voulu!" (Luc 13.34). 
Jésus pleure  sur Jérusalem avec le Bienheureux August von Galen sur ceux qui ne respectent pas la vie et le droit à la vie : Combien elle est en sécurité, comme elle est protégée la couvée des poussins sous l'aile de la poule: elle la réchauffe, elle la nourrit, elle la défend. De la même manière j'ai désiré vous protéger, pour vous garder, pour vous défendre contre tout mal. Je le voulais , mais vous ne le vouliez pas ! C'est pourquoi Jésus pleure; c'est pourquoi cet homme fort pleure; c'est pourquoi Dieu pleure… Sur la folie, l'injustice, le crime de ceux qui ne veulent pas…

Saint Marc


Fêtant saint Marc ce matin, il est bon de nous rappeler une découverte signalée dans la presse en début d'année, un fragment de son Evangile daté du 1er siècle de l'an 90, environ. Relisons à ce propos, un article d'Aleteia. Nous pouvons avoir une pensée pour les coptes qui se réclament de lui.

Marc est décrit par certains exégètes comme une sorte de journaliste en raison de son style.

Un article de Wikipedia permet notamment d'avancer dans la recherche sur l'Evangéliste.
A signaler à propos de ses reliques le récit rocambolesque de leur prélèvement près d'Alexandrie, mentionné dans un ouvrage du 19ème siècle : Voyages en Italie et en Suisse du Dr Flandin. Il rapporte aussi dans son écrit l'établissement d'une communauté arménienne à Venise.

vendredi 24 avril 2015

S. Fidèle de Sigmaringen, un voisin

Saint Fidèle de Sigmaringen
Saint Fidèle de Sigmaringen, né à Sigmaringen le  et mort (assassiné) à Seewis im Prättigau (Suisse) le, est un homme de loi, et avocat. Devenu prêtre capucin et éminent prédicateur, il obtint de nombreuses conversions auprès des calvinistes des Grisons. L'animosité que cela entraina fit qu'il fut assassiné. Mort martyr pour la foi il futcanonisé en 1746Liturgiquement il est commémoré le 24 avril

Vie et vocation

Fidèle, de son nom civil Marc Roy, est né à Sigmaringen, capitale de la principauté de Hohenzollern-Sigmaringen en Souabe(aujourd'hui partie du Land de Baden-WürttembergAllemagne).
Il fit de brillantes études et était fort apprécié de ses condisciples qui le surnommaient avec respect le philosophe chrétien. Il était pieux, très proche des pauvres et des malades qu'il allait fréquemment visiter dans les hôpitaux, il priait beaucoup, passait de longues heures en méditation dans l'église, et communiait souvent.
Il étudia le droit à Fribourg-en-Brisgau. Il fut d'abord avocat à Colmar, en Alsace, où il exerça sa profession avec charité et loyauté. Il reçut le surnom de l'avocat des pauvres.
Toutefois, il ne souhaitait pas continuer sa carrière, mais plutôt consacrer toute sa vie à Dieu et au service de l'Évangile. Il entra chez les Frères mineurs capucins, où il prit l'habit en 1612, à Fribourg-en-Brisgau, et reçut le nom de Fidèle.

Vie religieuse et œuvre

Ses premières années de vie religieuse furent difficiles, il éprouva de profonds doutes, et fut victime de violentes tentations. Son guide spirituel l'aida à voir clair en lui et le rassura. Dès lors, il vendit tous ses biens, et retrouva la paix. Il disait : « J'ai rendu les biens de la terre, et Dieu me donne en retour le royaume du Ciel ».
Il choisissait les meubles les plus humbles, les habits les plus usés, il s'infligeait de pénibles mortifications, et vivait les temps depénitence en ne mangeant que du pain, de l'eau et quelques fruits. « Quel malheur, disait-il, si je combattais mollement sous ce Chef couronné d'épines ! »
Fidèle devint un prédicateur populaire et apprécié des fidèles, sa charité autant que son érudition et sa foi attiraient les populations. Devant ces succès, la Congrégation pour l'évangélisation des peuples l'envoya dans les Grisons pour y lutter contre leProtestantisme qui s'y était répandu.
Il mit tout son zèle dans sa mission, sa vie sainte et austère était un témoignage éloquent, et fit de nombreuses conversions.
Toutefois, il fut trahi, et fut poignardé par un groupe d'hommes qui contestaient son enseignement. Il mourut à Seewis im Prättigau, en 1622.

Béatification - Canonisation

Béatifié le 24 mars 1729 par le Pape Benoît XIII il fut canonisé une vingtaine d'années plus tard (29 juin 1746) par le Pape Benoît XIV.Liturgiquement il est commémoré le 24 avril. 
Wikipedia

Diagnostic préimplantatoire et racisme chromosomique

Le sujet devient d'une brûlante actualité et gravité en Suisse, étant soumis à la décision du souverain à la mi-juin prochain. Un médecin s'est exprimé sur le sujet dans le journal local, se référant au prof. Jérôme Lejeune. Celui-ci avait été boycotté par ses collègues chercheurs et privé de subventions par rétorsion envers ses positions sur la trisomie 21 dont il avait découvert le fameux "gène supplémentaire".
L'auteur de l'intervention la conclut en la justifiant qu'il la fait par respect de la Vie et en raison de sa foi.

Mentionnons un cas de manipulation génétique humaine en Chine publiés dans le journal Cell & Protein et repris sur le site d'information en ligne Gènéthique. France 5 a consacré un article au sujet.

Malades et handicapés sont dès leur conception et jusqu'à leur mort 1) des êtres humains 2) aimés de Dieu 3) images de Dieu et du Christ souffrant 4) destinés à la vie éternelle. Le Saint-Suaire exposé à Turin nous donne une image de la souffrance du Christ et de sa valeur, donc, par elle, de la nôtre.

La cause de béatification du Prof. Lejeune est en marche.

Qui va reprocher la lutte contre le racisme chromosomique?

Voir Association des Amis du Prof. Lejeune ; Gènéthique ; Wikipedia ;

P.S. Le journal télévisé a mentionné l'expérience chinoise hier soir, en disant que la votation  du 14 juin n'avait aucun rapport. Quod oculus meus videt? Malheureusement, le risque est mentionné dans la revision proposée de la loi sur la procréation assistée. Quelles conséquences? Moins cher que pour un excès de vitesse, trois ans maximum, un simple délit et non un crime, selon les classifications en cours, art. 10 cps.

jeudi 23 avril 2015

Arménie


Première lettre du Pape Benoît XV au sultan ottoman, Mahomet V du 10 septembre 1915. 

« Majesté, tandis que le chagrin pour les horreurs de la lutte formidable dans laquelle, avec les grandes nations de l’Europe, se trouve engagé le puissant empire de votre majesté (l’empire ottoman) nous déchire l’âme l’écho très douloureux des gémissements d’un peuple entier, qui dans les vastes domaines des ottomans, est soumis à d’inénarrables souffrances arrivées jusqu’à nous. La nation arménienne a déjà vu beaucoup de ses fils envoyés à la mort, d’autres très nombreux jetés en prison ou envoyés en exil parmi lesquels plusieurs ecclésiastiques et même quelques évêques. Et maintenant, il nous est référé que des populations entières de villages et de villes sont contraintes d’abandonner leurs maisons pour se transférer au milieu de grandes plaines et de souffrances, en des lieux de concentration lointains ou en plus des douleurs morales, elles ont à supporter les privations de la plus noire misère et même des tortures de la faim. Nous croyons, Sire, que de tels excès ont lieu contre la volonté du gouvernement de votre majesté ».

Philippe et l'Ethiopien



Le diacre Philippe est bénéficiaire d'une communication d'un ange dans l'épître de ce jour... (Actes 8,26-40). Il lui obéit et rencontre un haut fonctionnaire de la reine d'Ethiopie Candace. Le nom attire notre attention en ces jours tumultueux. Le pays qui le porte  compte aujourd'hui  plus de 90 millons d'habitants, orthodoxes et chrétiens dans leur   grande majorité, mais avec une forte minorité musulmane. Il ne semble pas qu'il s'agisse exactement des mêmes lieux connus sous cette appellation autrefois, mais qu'importe.
L'Eunuque nous rappelle la reine Candace qui rendit visite à Salomon. L'Evangile est annoncé aux nations et dans les premiers à l'Afrique (n'oublions pas l'Egypte) avec ce représentant éminent. La christianisation monophysite, y sera globalement effective au 4ème siècle. On y a relevé hier des manifestations importantes suite au dernier massacre de chrétiens Ethiopiens.
Le pays commence à être apprécié pour les pèlerinages et les voyages.

Dans la Nouvelle revue théologique un article en ligne très documenté du Père Paul de Meester SJ  sur cette rencontre extraordinaire : http://www.nrt.be/ ; voir aussi  un autre article dans Etudes.

La côte d'Adam...Un sursaut de sympathie pour le mariage

Le Saint-Père nous offre une méditation simple et lumineuse sur la création, l'homme et la femme, et l'importance du mariage... 

Catéchèse du pape François

Chers frères et sœurs,

Dans la précédente catéchèse sur la famille, je me suis arrêté sur le premier récit de la création de l’être humain, dans le premier chapitre de la Genèse, où il est écrit : « Dieu créa l’homme à son image, à l’image de Dieu il le créa, il les créa homme et femme » (1,27).

Aujourd’hui, je voudrais compléter cette réflexion par le second récit, que nous trouvons au deuxième chapitre. Nous lisons ici que le Seigneur, après avoir créé le ciel et la terre, « modela l’homme avec la poussière tirée du sol ; il insuffla dans ses narines le souffle de vie, et l’homme devint un être vivant » (2,7). C’est le sommet de la création. Mais il manque quelque chose : Dieu met ensuite l’homme dans un très beau jardin pour qu’il le cultive et le garde (cf. 2,15).

mercredi 22 avril 2015

Génocide arménien : le Cardinal Koch à Erevan

(RV) Un haut responsable du Saint-Siège participera aux cérémonies du centenaire du martyre des arméniens, la « Grande catastrophe ». Le cardinal Koch, président du Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens, représente le Pape François aux commémorations qui se tiennent ces jours-ci en Arménie. Le patriarche maronite Béchara Rai représente, quant à lui, les patriarches d’Orient.

La dévaluation du mariage

PAPE FRANÇOIS - AUDIENCE GÉNÉRALE

Place Saint-Pierre
Mercredi 22 avril 2015


Chers frères et sœurs, dans le livre de la Genèse, il nous est dit que la femme n’est pas une « réplique » de l’homme. Elle est une créature de Dieu et non de l’homme ! La confiance de Dieu à l’égard de l’homme et de la femme est grande. Mais le péché va provoquer entre eux défiance et division. Ils seront tentés dans leurs relations par mille formes de malversations, de séduction mensongère et de tyrannie humiliante, parfois dramatiques et violentes. Pensons à l’instrumentalisation du corps féminin dans la culture médiatique actuelle ; ou encore à la méfiance et même à l’hostilité qui se répand dans notre culture à l’égard de l’alliance entre un homme et une femme, capable d’améliorer l’intimité de la communion et de garder la dignité de la différence. La dévaluation sociale de l’alliance stable et féconde de l’homme et de la femme est certainement une perte pour tous. Nous devons remettre en honneur le mariage et la famille. Dans les circonstances actuelles, la sauvegarde de l’alliance de l’homme et de la femme, même s’ils sont pécheurs et blessés, découragés et humiliés, est pour nous croyants une vocation exigeante et passionnante. Dieu lui-même garde et protège avec tendresse le couple humain, son chef d’œuvre !

Bonne route!


Une voie romaine a été découverte récemment près d’un garage de mon village, lieu illustre s’il en est. Quel slogan publicitaire utiliser pour mettre en valeur ce plus archéologique ? 2000 ans d’expérience à votre service, du char de course à la nouvelle formule… Le terrain d’essai de l'an presque 0 à 2015: la route de Bethléem et Jérusalem, par Turin, Rome,  Constantinople, Tarse, (même Damas aujourd’hui paraît-il)… 
Les lectures de la messe de ce matin ne manquent pas de références aux routes. Nous avons d’abord les chrétiens qui fuient Jérusalem pour éviter la persécution, ce qui provoque un accroissement de l’Evangélisation. A propos, qu’ont à nous dire sur le Christ et sur l’homme, ceux qui se sont enfuis de chez eux pour rejoindre l’Europe au risque de leur vie ? Nous avons ensuite le psaume 65 Le Seigneur changea la mer en terre ferme : ils passèrent le fleuve à pied sec. Merveille IL est là, nous sommes tous en marche avec LUI vers une Terre Promise. Où est-elle donc aujourd’hui ? Dans les cieux… Il nous explique sa propre route et le chemin qu’il a suivi dans l’Evangile (Jn 6, 35-40). Car je suis descendu du ciel pour faire non pas ma volonté, mais la volonté de Celui qui m’a envoyé. Cette route c’est la volonté de son Père. Il est descendu du ciel pour y remonter et nous y faire monter. Par quels véhicules ? Telle est la volonté de mon Père : que celui qui voit le Fils et croit en lui ait la vie éternelle ; et moi, je le ressusciterai au dernier jour. 1) la volonté de mon Père 2) la résurrection. L’Eglise, quelles expériences ! 2000 ans de marche à la suite du Christ, et surtout une expérience fondamentale, la résurrection ! On aimerait qu’elle soit certifiée par le Suaire de Turin, il manque quelques tampons scientifiques, mais de toutes façons, il n’est plus ici, ni dans ces linges, ni dans le tombeau, il est ressuscité. Il connaît le chemin, lui qui a dit : Je suis le chemin, la vérité et la vie.


mardi 21 avril 2015

Journées Mondiales de la Jeunesse – Rencontre nationale suisse à Fribourg


Le count-down est désormais lancé ! Dans moins de deux semaines, plus précisément vendredi 1er mai à 20h, s’ouvriront les Journées Mondiales de la Jeunesse – Rencontre nationale suisse à Fribourg !

Déjà inscrits ?
Super ! Des centaines des jeunes de toute la Suisse se réjouissent déjà de vous rencontrer et de passer ces 3 jours de foi, partage, fête et… ici à Fribourg. Vous trouverez des informations détaillées sur notre site www.fr2015.ch.

Ou vous n’êtes pas encore inscrits ?
Pas de problème ! Les inscriptions online sont ouvertes jusqu’au 25 avril directement sur www.fr2015.ch. Une fois inscrits vous recevrez une confirmation et ultérieurs informations via mail.

Si vous pensez venir en groupe, veuillez svp vous inscrire contactant directement contact@fr2015.ch et nous envoyant une liste avec toutes les coordonnés des membres de votre groupe (cf. à ce sujet le document d'inscription online sur notre site).
Les jeunes entre 16 et 18 ans doivent être accompagnés d'une personne légalement responsable, présente pendant tout l'événement - merci!
  
Voici les dernières infos utiles avant votre départ pour la JMJ FR2015 :

  • Sur notre site officiel vous trouverez les adresses des goes-groups qui sont proposés pour rejoindre Fribourg à partir de toute la Suisse romande. Pour organiser votre déplacement et votre participation à la JMJ FR2015 nous vous invitons donc à vous joindre au groupe de votre région en prenant directement contact via mail avec le responsable dans votre canton.
  • Si vous êtes intéressés à nous donner un coup de main durant ces inoubliables trois jours en tant que bénévoles (volunteers), n’hésitez pas à nous contacter à l'adresse mail : volunteers@fr2015.ch – Grand merci !

François : 10 rencontres avec des malades qui resteront dans l'histoire



Découvrez dix gestes sublimes du Pape, jamais avare d'une attention, d'une bénédiction ou d'une prière. Toute vie vaut la peine d'être vécue et accueillie. Tout malade est une personne humaine qui a droit à notre attention respectueuse, à notre compassion et à notre amour. Il est aimé de Dieu.

Marthe Robin

Marthe Robin, une vie inutile et absurde ?

Un dossier présentant une guérison miraculeuse obtenue par l’intercession de Marthe Robin (1902-1981) a été déposé à Rome. Regard du P. Bernard Peyrous, postulateur de la cause de béatification, sur son témoignage d’écoute et d’attention aux autres pendant les 53 années qu’elle passa alitée. Par Florence de Maistre.

Qu’est-ce qui caractérise la figure de Marthe Robin ?
C’est une femme très simple, d’origine paysanne, gravement handicapée, qui depuis sa chambre a fondé les Foyers de charité [communautés de baptisés, dont la mission principale est l’animation de retraites spirituelles. On compte 76 Foyers de charité à travers le monde, dont 12 en France métropolitaine]. Précurseur de Vatican II, elle a reçu plus de 100 000 personnes en entretien dans sa chambre. C’est une femme qui a eu une influence énorme, qui a donné sa vie pour le renouvellement de l’Église. Je vois en elle la sainte patronne de la Nouvelle Évangélisation.

Comment peut-elle toucher, aujourd’hui, les personnes fragiles, malades, en fin de vie ?
C’est le plus important. Marthe Robin a eu une vie humaine perdue. Malade dès l’âge de 6 ans, grabataire à 18 ans, elle a passé 53 ans dans son lit, souffrant affreusement d’une encéphalite qu’à l’époque on ne pouvait ni soigner, ni soulager. Elle représente ce que le monde actuel rejette : aujourd’hui l’euthanasie aurait sans doute été proposée. Or son évolution spirituelle, puisqu’il s’agit bien de ça, liée à la découverte de la Passion du Christ et de son amour donné jusqu’au bout provoque en elle un véritable retournement. À partir d’une vie inutile, elle devient l’une des femmes les plus influentes en France. Elle incarne parfaitement le Magnificat : les pauvres, les inutiles, ceux qui n’ont pas de place dans la société sont bénis par Dieu. Son témoignage est extrêmement fort. Il triomphe de la faiblesse. Le chemin de Marthe Robin montre qu’il n’y a pas d’explication à la vie humaine en dehors du Christ. C’est lui qui apporte une lumière qui transforme toute situation. Au nom de la vie donnée par le Christ : il y a toujours une espérance, aucune vie n’est perdue. Marthe Robin en est une démonstration aveuglante.

Quelle parole particulière retenez-vous d’elle ?
Marthe Robin a beaucoup parlé, elle a eu de nombreuses conversations*. Mais ce qui s’exprime d’abord chez elle, c’est un sourire de bonté, d’affection, de bienveillance. Ce sourire d’amitié, même si on ne le voyait pas, est le plus frappant chez elle, avec l’écoute et l’attention aux autres. Dans le livre « Ce que Marthe leur a dit », nous avons sélectionné des paroles, pour la majorité publiées pour la première fois, extraites de ses conversations, où elle est le plus elle-même. Comme ce n’est pas un récit, le lecteur peut choisir de lire tel ou tel passage, comme s’il conversait directement avec Marthe. Nous avons souhaité la rendre familière à tout un chacun. On ne peut nier sa vie mystique tellement forte, mais on doit respecter aussi sa discrétion et il y a certaines périodes où l’on ne sait rien sur les phénomènes extraordinaires qu’elle vivait. Nous avons effectué un tri important pour choisir les échanges qui permettent de la voir telle qu’elle était, très humaine, dans son ordinaire. Elle incarne parfaitement le verbe de Péguy, « le spirituel est devenu charnel » : dans son lit, elle reçoit à la ferme et se rend extrêmement présente aux gens. Tous les extraits proposés dans le livre me touchent, ce serait vraiment difficile d’en choisir un.

Qu’est-ce que la reconnaissance de l’héroïcité de ses vertus, en novembre 2014, dit de la vie de l’Église en France ?
Les dépôts de causes de béatifications françaises ont été très nombreux au XIXe siècle et très faibles au XXe siècle. Tout à coup arrive à Rome toute une saisine de causes : Robert Schuman, Edmond Michelet, Claire de Castelbajac, le P. Henri Caffarel, Jérôme Lejeune, Marthe Robin, et bien d’autres encore. Ces dossiers sont sérieux et bien menés. Nous risquons de connaître une série de déclarations d’héroïcité des vertus et de béatifications ! La France de la fin du XXe siècle connaît, en temps de crise, une sainteté très présente. Or les saints sont des fondateurs, des pères et des mères, un espoir des temps nouveaux. L’Église nous montre sa capacité à engendrer des saints, capables de porter du fruit. La vie de Marthe Robin du point de vue humain est une absurdité complète : mais son influence est extrêmement féconde. Elle a d’ailleurs connu la plupart de ces personnes mortes en réputation de sainteté. Elle était un carrefour et un carrefour de saints !

Génocide arménien


Vddi 24 avril : 100e anniversaire du génocide arménien. Les paroisses de Lyon sont invitées à sonner le glas à 19h15 (en mémoire de 1915)

dimanche 19 avril 2015

Saint Léon IX


LETTRE DU PAPE JEAN PAUL II
AU CARDINAL PAUL POUPARD
À L' OCCASION DU MILLÉNAIRE
DE LA NAISSANCE DU PAPE SAINT LÉON IX

A Monsieur le Cardinal Paul POUPARD
Président du Conseil pontifical pour la Culture

1. Voici mille ans, le 21 juin 1002, naissait en Alsace Brunon d’Egisheim-Dabo, qui deviendra Pape en 1049 sous le nom de Léon IX. A l’occasion du millénaire de sa naissance, qui est célébré en ces jours dans les trois diocèses de Strasbourg, de Metz, de Nancy et Toul, et que vous allez présider comme envoyé spécial, je m’unis par la pensée et la prière aux fidèles rassemblés autour de leurs pasteurs. En rendant grâce pour les merveilles que Dieu fit pour son Eglise à travers la vie et le ministère de ce grand Pape, puissent-ils se laisser guider par l’Esprit Saint pour participer à la croissance de l’Eglise du troisième millénaire !

2. La vie et le ministère de Brunon demeurent une source d’inspiration et un exemple stimulant pour répondre aux exigences actuelles de l’Annonce de l’Evangile et pour affronter avec confiance une situation ecclésiale nouvelle. Agé de vingt-cinq ans à peine, Brunon a été appelé à être Evêque de Toul ; il s’attacha aussitôt, avec patience et charité, à la réforme d’un diocèse en proie à de profondes difficultés.

samedi 18 avril 2015

L’affaire jurassienne s’invite à Saint-Maurice, les chanoines proto-séparatistes!

En 1952, on conteste, doux Jésus, le droit à l’abbé de St-Maurice de siéger au sein de la Conférence des évêques suisses! La raison est semble-t-il politique. Mgr Von Streng, évêque de Bâle, verrait d’un mauvais œil l’influence des chanoines, qui ont la responsabilité du collège de Porrentruy depuis 1925, dans la question jurassienne ! En 1954, (900 ème anniversaire du retour à Dieu de saint Léon IX qui visita la Royale) Rome tranche en faveur de l’Abbé de St-Maurice.

Anniversaire de l'élection de Benoît XVI le 19 avril 2005


Le cher pape Benoît XVI fut élu évêque de Rome et devint Pape le 19 avril 2005. Osons le rappeler il s'agit également de la fête de Saint Léon IX. Il ne le mentionna pas, quoique celui-ci fut aussi d'origine germanique. Nous ne pouvons l'oublier avec tous les alsaciens, en ce sanctuaire qu'il consacra selon la tradition en 1049. Un pape du diocèse de Bâle si l'on n'est pas trop historien.

Jacques de Voragine : apparition du Seigneur ressuscité à sa mère


Dans la troisième apparition non mentionnée par les Evangiles en sus de celle accordée à Jacques fils d’Alphée à Joseph d’Arimathie, on croit que J.-C. apparut avant tous les autres à la Vierge Marie, quoique les évangélistes gardent le silence sur ce point. L'Eglise romaine paraît approuver cette opinion puisque au jour de Pâques, la station a lieu à Sainte-Marie-Majeure. Or, si on ne le croit pas en raison qu'aucun des évangélistes n'en fait mention, il est évident qu'il n'apparut jamais à la sainte Vierge après être ressuscité, parce qu'aucun évangéliste n'indique ni le lieu ni le temps de cette apparition. Mais écartons cette idée qu'une telle mère ait reçu un pareil affront d'un tel Fils. Peut-être cependant les évangélistes ont-ils passé cela sous silence parce que leur but était seulement de produire des témoins de la Résurrection; or, il n'était pas convenable qu'une mère fût appelée pour rendre témoignage à son Fils : car si les paroles des autres femmes, à leur retour du sépulcre, parurent des rêveries, combien plus aurait-on crié que sa mère était dans le délire par amour pour son fils. Ils ne l’ont point écrit, il est vrai, mais ils l’ont laissé pour certain : car J.-C. a dû procurer à sa mère la (421) première joie de sa résurrection; il est clair qu'elle a souffert plus que personne de la mort de son Fils; il ne devait donc pas oublier sa mère, lui qui se hâte de consoler d'autres personnes. C'est l’opinion de saint Ambroise dans son troisième livre des Vierges : « La mère, dit-il, a vu la résurrection; et ce fut la première qui vit et qui crut, Marie-Magdeleine la vit malgré son doute. » Sedulius s'exprime comme il suit en parlant de l’apparition de J.-C. :
Semper virgo manet, hujus se visibus astans / Luce palan Dominus prius obtulit, ut bona mater, / Grandia divulgans miracula, quae fuit olim / Advenientis iter, haec sit redeuntis et index *.

* Le Seigneur apparaît à Marie toujours vierge tout aussitôt après sa Résurrection, afin qu'en pieuse et douce mère, elle rendit témoignage du miracle. Celle qui lui avait ouvert les portes de la vie dans sa naissance, devait aussi prouver qu'il avait quitté les enfers. (Carmen Paschale, v, p. 361.)


L'office de la semaine sainte paraît plus nuancé

Un séminariste en fin de vie ordonné prêtre

"Tu me donneras ta première bénédiction", lui dit le pape François

Lettre de l’archevêque aux prêtres et à la communauté diocésaine

« D’un cœur profondément ému et déchiré, je vous informe que le séminariste Salvatore Mellone, de la paroisse du Très Saint Crucifix de Barletta, élève du séminaire régional de Molfetta, est en stade terminal d’une grave maladie. Il m’a exprimé son très vif désir de pouvoir couronner son cheminement vocationnel par l’ordination sacerdotale ; un seul jour comme prêtre serait pour lui la réalisation du projet de Dieu sur sa personne. Même pendant sa maladie, Salvatore a vécu avec intensité sa préparation au sacerdoce, c’est pourquoi, dans l’exercice de mes droits et devoirs d’évêque, je considère opportun de l’ordonner prêtre, pour rendre gloire à la Très Sainte Trinité et pour l’édification de notre presbyterium et du peuple de Dieu. J’ai auparavant consulté la Congrégation pour le clergé qui a confirmé mon intention de procéder à son ordination sacerdotale ; le recteur du Séminaire régional de Molfetta a aussi donné un avis favorable à son sujet ; et les prêtres diocésains que j’ai pu entendre m’ont conforté par leur approbation. Salvatore recevra les ministères de lecteur et d’acolyte le 14 de ce mois à 16 heures, l’ordre sacré du diaconat le lendemain et l’ordination sacerdotale le 16 avril à 16 heures, au cours de célébrations eucharistiques à son domicile. Reconnaissants envers le Seigneur pour ce témoignage de foi et d’amour vécu par Salvatore dans la souffrance unie au sacrifice rédempteur de Jésus-Christ grand prêtre, je vous invite à vous unir à ma prière pour le nouvel ordinand, en acceptant le mystérieux dessein de Dieu qui ne nous est pas toujours compréhensible. »

vendredi 17 avril 2015

Arméniens d'hier et chrétiens d'Orient aujourd'hui

Les conséquences sont analogues, mais les origines différentes. le parti des Jeunes-Turc a eu un rôle central.  Leur devise donnée à l’Empire Ottoman ne fut pas « Allah est grand » mais « Liberté, égalité, fraternité »... « Il n’y avait aucun fanatique musulman parmi les responsables politiques.» L'inspiration était franc-maçonne. « L’islam a été instrumentalisé pour des raisons politiques.»
Il n'y a qu'une conclusion en l'un et l'autre cas : l'action et la manipulation du diable en raison de sa haine de l'homme et du Christ.

Voir article sur Alétéia.

Le Christ, c'est Jésus



1ère lecture  (Ac 5, 34-42) de la messe du jour

Les membres du Conseil se laissèrent convaincre ; ils rappelèrent alors les Apôtres et, après les avoir fait fouetter, ils leur interdirent de parler au nom de Jésus, puis ils les relâchèrent.

Il est remarquable de constater d’abord qu’une argumentation puisse faire fléchir les membres du Sanhédrin… qui paraissent attentifs au risque de se retrouver en guerre contre Dieu. Et pourtant ils avaient décidé de faire périr Jésus. L’obscurcissement des consciences peut être très mystérieux. Croyaient-ils vraiment en procédant à cette condamnation-là, rendre gloire à Dieu, selon les conceptions de l’époque ? Ce n’est pas impossible, Jésus était un blasphémateur de la pire espèce pour eux. Il disait qu’il était Dieu. Le bouleversement était total et celui de la société religieuse de l’époque ne pouvait que l’être aussi, chamboulement absolu. Les cheminements de la grâce peuvent-ils être expliqués ? Comportement personnel, péchés qui ne peuvent qu’être personnels, endurcissement du cœur, choix de Dieu pour un tel…
Mais aujourd’hui ces gens, du moins certains d’entre eux ont une hésitation. Se sont-ils trompés ? Peut-être veulent-ils laisser une chance aux disciples du condamné. Choix politique ? L’option prise évitait de nouvelles agitations, et la règle du « pas de vague » ou le moins possible, s’appliquait déjà. Mais à moyen terme, comment peut-on concilier la condamnation de Jésus et accepter de ne pas taxer aussi de blasphémateurs ses disciples et les punir très fortement, s’ils persévèrent ?
Le fouet infligé aux apôtres, même modéré, n'est pas qu'une humiliation et une atteinte à l'honneur. Il a aussi et déjà des effets physiques ravageurs. Nos médias nous ont donné il y a quelques mois, un écho de telles conséquences en Arabie Saoudite.
Viendra le temps où la majorité des membres du Sanhédrin ne décidera plus dans le même sens et une persécution très violente se déclenchera. Car, à temps et à contre-temps, « tous les jours, au Temple et dans leurs maisons, sans cesse, ils enseignaient et annonçaient la Bonne Nouvelle : le Christ, c’est Jésus. »  Ils continueront d'annoncer ce nom-là.

Quant à nous, en un temps où nous voyons tellement de persécutions envers les chrétiens, nous pouvons légitimement nous demander, si, de manière générale, nous ne sommes pas aussi ici en Occident,  à une époque charnière un peu analogue. Jusqu’à quand supportera-t-on encore l’annonce de l’Evangile aux hommes et sur l’homme ?

De manière plus limitée et à notre échelle, dans quelles limites et durant quel laps de temps est-ce que je laisse une chance à Dieu… avant d’entreprendre mon exode avec lui et vers lui ? Nous ne pouvons laisser notre oui à Dieu entre parenthèse ou en suspension toute notre vie, car « le Christ, c’est Jésus. »

L'ancien pape Benoît fêtait ses 88 ans hier

« Je voudrais rappeler que c’est aujourd’hui l’anniversaire du pape Benoît XVI », a ainsi affirmé le pape François au cours de sa messe à la Maison Sainte-Marthe avant d’inviter les quelques fidèles présents à « prier pour lui, afin que le Seigneur le soutienne et lui donne beaucoup de joie et de bonheur ». Dimanche 19 avril marquera également le dixième anniversaire de l’élection de Benoît XVI.

jeudi 16 avril 2015

Testament de Charles Journet


Fribourg, Pâques1975

Hôpital cantonal


Voici mon testament

Il m’a envahi de son Amour et de son amour pour son Église.

Par elle, Il m’a tout donné. Il n’a pas permis que je perde jamais

la foi de mon baptême, il y a 84 ans, au Sacré-Cœur à Genève.

Il m'attendait pour me laver dans le Sang de son Eucharistie.

Il est venu au-devant de moi par les plus extraordinaires

et les plus bouleversantes des amitiés.

Al nome di Gesù Cristo et di Maria dolce.

Charles Journet


Dans son testament le cardinal Journet instaurait Mgr Pierre Mamie comme son exécuteur testamentaire. Il avait été son secrétaire.

Il est venu au-devant de moi par les plus extraordinaires et les plus bouleversantes des amitiés : Jacques et Raïssa Maritain notamment, ainsi que leur cercle.

Nous remarquons la finale en italien : Al nome di Gesù Christo e di Maria dolce, Au nom de Jésus Christ et de la douce Marie, formules chères à Sainte Catherine de Sienne.

Le "saint" Cardinal sera-t-il mentionné cette fois par nos évêques à l'occasion du Synode sur la famille. Il s'était fait porte-parole du pape Paul VI à l'occasion des débats sur les 2èmes noces...

Article de Jacques Rime (Képhas) / Bibliographie / Nova et Vetera RTS / Safran - Journet / Colloque à Fribourg en novembre 2015 /

mercredi 15 avril 2015

CHARLES JOURNET (1891-1975) / 40 ans déjà.


Site du diocèse de LGF

Fondateur de " Nova et Vetera ". A joué un rôle important au Concile Vatican II.

Né à Genève, le 26 janvier 1891. Après un apprentissage dans la banque, il se sent appelé au sacerdoce. Il termine ses études classiques et entre au Grand séminaire du diocèse à Fribourg. Ordonné prêtre en 1917, il est d'abord vicaire de paroisse (Carouge, St-Pierre à Fribourg, Sacré-Cœur de Genève). Professeur de dogmatique et directeur du Séminaire de Fribourg (1924). Il fonde en 1926, avec François Charrière, futur évêque de Lausanne, Genève et Fribourg, la revue Nova et Vetera, qui traite de questions philosophiques, spirituelles et culturelles.

L'abbé Journet éveille des sympathies pour le catholicisme parmi les intellectuels et les artistes en prononçant des conférences et en invitant à Genève des hommes de lettres français du Renouveau catholique. Convaincu de l'idée - reprise du philosophe Jacques Maritain, avec qui il nouera une profonde amitié, dont témoigne une riche correspondance - de l'existence d'un lien intime entre christianisme et judaïsme, il s'oppose aux idéologies racistes et aux totalitarismes. Durant la Seconde Guerre mondiale, il exprime des positions " lucides et courageuses " en faveur des Droits de l'Homme, rappelant les exigences supérieures auxquelles devaient être soumis les décisions et les actes politiques, même de la part d'un pays neutre.

En 1947, l'abbé Journet prend part à la conférence internationale de Seelisberg consacrée à la lutte contre l'antisémitisme. Prélat domestique du pape en 1947, membre de la commission préparatoire de théologie au concile Vatican II en 1960, évêque titulaire de Furnos Minor (Tunisie), il est nommé cardinal par Paul VI en 1965, au titre de Santa Maria in Portico.

Lors de la dernière session du Concile, certaines de ses interventions ont été essentielles, notamment sur les questions de liberté religieuse, de l'indissolubilité du mariage ou lors de l'élaboration de la constitution apostolique Gaudium et Spes (joie et espoir). Cetteconstitution pastorale "sur l'Eglise dans le monde de ce temps" est l'un des principaux documents issu de ce Concile.

Auteur de nombreux écrits théologiques et de méditation, le cardinal Journet concevait ses ouvrages comme des guides spirituels. Le principal est consacré à la doctrine de l'Eglise, L'Eglise du Verbe incarné (3 volumes, entre 1941 et 1969). Il est décédé le 15 avril 1975 et repose à la Chartreuse de La Valsainte, où il a demandé une tombe avec une simple croix.

Conférence du Cardinal Journet, "L'Eglise comme mystère", Fribourg, 1965

Testament du Cardinal Journet, 1975

Où étaient les membres du Sanhédrin?

1ère lecture : « Les hommes que vous aviez mis en prison, voilà qu’ils se tiennent dans le Temple et enseignent le peuple ! » (Ac 5, 17-26) 

La lecture des actes des apôtres ne laisse pas d'intepeller... Où étaient donc les membres du "Grand Conseil" ? Ils ne se trouvaient pas dans le Temple, ni avec le Peuple. Ce sont des messagers qui leur annoncent que les Apôtres y enseignent et ne sont plus dans leur prison. Ils ont peur du Peuple. Utiles interpellations pour la pastorale, les moines c'est différent. Autre interrogation, si ce ne sont que par les nouvelles et le journal télévisé que nous organisons notre vie en Eglise et la règlons, n' y a-t-il pas des questions à se poser? N'y a-t-il en Eglise d' "acte grave" que s'il est médiatique ou médiatisé? Et toutes ces sortes d'examens de conscience. Que la lumière du Christ vienne dans nos coeurs et nous touche, tous.

Evangile : « Dieu a envoyé son Fils dans le monde, pour que, par lui, le monde soit sauvé » (Jn 3, 16-21)

mardi 14 avril 2015

Dimanche du Bon Pasteur : 52e JOURNÉE MONDIALE

MESSAGE DU PAPE FRANÇOIS
POUR LA 52e JOURNÉE MONDIALE
DE PRIÈRE POUR LES VOCATIONS
Thème : L’exode, expérience fondamentale de la vocation

Chers frères et sœurs,
Le quatrième dimanche de Pâques nous présente l’icône du Bon Pasteur qui connaît ses brebis, les appelle, les nourrit et les conduit. En ce dimanche, depuis plus de 50 ans, nous vivons la Journée mondiale de prière pour les Vocations. Elle nous rappelle chaque fois l’importance de prier pour que, comme a dit Jésus à ses disciples, « le maître de la moisson envoie des ouvriers pour sa moisson » (cf. Lc 10, 2). Jésus exprime ce commandement dans le contexte d’un envoi missionnaire : il a appelé, outre les douze apôtres, soixante-douze autres disciples et il les envoie deux par deux pour la mission (Lc 10, 1-16). En effet, si l’Église « est par sa nature missionnaire » (Conc. Œcum. Vat. II Décret Ad gentesn. 2), la vocation chrétienne ne peut que naître à l’intérieur d’une expérience de mission. Aussi, écouter et suivre la voix du Christ Bon Pasteur, en se laissant attirer et conduire par lui et en lui consacrant sa vie, signifie permettre que l’Esprit-Saint nous introduise dans ce dynamisme missionnaire, en suscitant en nous le désir et le courage joyeux d’offrir notre vie et de la dépenser pour la cause du Royaume de Dieu.

dimanche 12 avril 2015

Dimanche de la Divine miséricorde


Lectures de la messe du jour
1ère lecture : « Un seul cœur et une seule âme » (Ac 4, 32-35)
2ème lecture : « Tout être qui est né de Dieu est vainqueur du monde » (1 Jn 5, 1-6)
Evangile : « Huit jours plus tard, Jésus vient » (Jn 20, 19-31)

MESSAGE DU PAPE FRANÇOIS AUX ARMÉNIENS ET HOMELIE


Chers frères et sœurs Arméniens,

Un siècle s’est écoulé depuis l’horrible massacre qui fut un véritable martyre de votre peuple, dans lequel beaucoup d’innocents sont morts en confesseurs et martyrs pour le nom du Christ (cf. Jean-Paul II et Karekin II, Déclaration commune, Etchmiadzin, 27 septembre 2001). Il n’y a pas de famille arménienne, encore aujourd’hui, qui n’a pas perdu un être cher dans ces évènements : ce fut vraiment le « Metz Yeghern », le « Grand Mal », comme vous avez appelé cette tragédie. En cette occasion, j’éprouve un sentiment de grande proximité envers votre peuple et je désire m’unir spirituellement aux prières qui s’élèvent de vos cœurs, de vos familles, de vos communautés.
Une occasion favorable nous est donnée de prier ensemble dans cette célébration d’aujourd’hui, au cours de laquelle nous proclamons saint Grégoire de Narek, Docteur de l’Église. J’exprime ma vive gratitude, pour leur présence, à Sa Sainteté Karekin II, Patriarche Suprême et Catholicos de tous les Arméniens, à Sa Sainteté Aram Ier, Catholicos de la Grande Maison de Cilicie, et à Sa Béatitude Nerses Bedros XIX, Patriarche de Cilicie des Arméniens Catholiques.
Saint Grégoire de Narek, moine du Xème siècle, a su exprimer plus que tout autre la sensibilité de votre peuple. Donnant une voix au cri, qui devient prière, d’une humanité souffrante et pécheresse, opprimée par l’angoisse de sa propre impuissance mais illuminée par la splendeur de l’amour de Dieu et ouverte à l’espérance de son intervention salvifique, capable de transformer toute chose. « Dans l’attente certaine de sa puissance, je crois avec une indubitable espérance, me confiant dans la main du Tout Puissant… que je le verrai, Lui en personne, grâce à sa miséricorde et à sa pitié, et que j’hériterai du Ciel » (Saint Grégoire de Narek, Livre des Lamentations, XII).
Votre vocation chrétienne est très ancienne et remonte en 301, année où saint Grégoire l’Illuminateur a conduit l’Arménie à la conversion et au Baptême, la première parmi les nations qui, au cours des siècles, ont embrassé l’Évangile du Christ. Cet événement spirituel a marqué de manière indélébile le peuple arménien, sa culture et son histoire dans lesquelles le martyre occupe une place prééminente, comme l’atteste de manière emblématique le témoignage sacrificiel de saint Vardan et de ses compagnons du Vème siècle.
Votre peuple, illuminé de la lumière du Christ et avec sa grâce, a surmonté beaucoup d’épreuves et de souffrances, animé par l’espérance qui vient de la Croix (cf. Rm 8, 31-39). Comme vous l’avait dit saint Jean-Paul II : « Votre histoire faite de souffrance et de martyre est une perle précieuse dont l’Église universelle est fière. La foi au Christ, rédempteur de l’homme, vous a infusé un courage admirable sur le chemin, souvent semblable à celui de la croix, sur lequel vous avez avancé avec détermination, dans le but de conserver votre identité de peuple et de croyants» (Homélie, 21 novembre 1987).
Cette foi a accompagné et soutenu votre peuple également dans le tragique événement d’il y a cent ans « que l’on considère généralement comme le premier génocide du XXème siècle» (Jean-Paul II et Karekin II, Déclaration commune, Etchmiadzin, 27 septembre 2001). Le Pape Benoît XV qui condamna comme « inutile massacre » la Première Guerre Mondiale (AAS, IX [1917],429), s’efforça jusqu’au bout de l’empêcher, reprenant les efforts de médiation déjà accomplis par le Pape Léon XIII face aux « funestes événements » des années 1894-96. Il écrivit pour cela au sultan Mahomet V, implorant que tant d’innocents soient épargnés (cf. Lettre du 10 septembre 1915), et ce fut encore lui qui, lors du Consistoire secret du 6 décembre 1915, affirma dans un vibrant désarroi : « Miserrima Armenorum gens ad interitum prope ducitur » (AAS, VII [1915], 510).