Rechercher dans ce blog

samedi 31 janvier 2015

Retour de Rome


La dernière célébration du Congrès de l'ARS a eu lieu à Sainte Marie Majeure, sous le regard de la Salus Populi Romani. Ce quarantième anniversaire de l'Association laissera un excellent souvenir, tant par la qualité de l'organisation, le travail fourni par l'équipe qui y a contribué, que par la qualité des intervenants. Nous relirons en particulier l'exposé magistral du Père Matthieu Rouillé d'Orfeuil, directeur des études du séminaire français de Rome : "Sanctuaires, lieu de rencontre du Christ." Celle avec le pape François, restera comme un encouragement notable. Célébrations et conférence, partages au moment des repas ne laissèrent que peu de temps aux explorations privées, ora et labora donc. Le retour provoqua quelques émotions au passager du vol Alitalia, avec 1h30 de retard d'abord, puis une longue période de vol circulaire au-dessus de Genève en raison de la tempête de neige. Atterrissage très bousculé et bousculant, cela tressautait de partout. Le pilote et ses instruments ont bien maîtrisé le contact avec le sol, l'avion ayant entamé un mouvement suspect. Occasion d'une revision rapide sur une possible absolution collective licite et valide à deux prêtres avec un minimum de paroles... Heureusement ce sera pour une autre fois quant à la mise en pratique. Arrivée au dernier train, et Deo Gratias.


mercredi 28 janvier 2015

Audience avec le pape François


Avec le pape François sur le thème du Père. Par bonheur nous n'étions pas à l'extérieur. Il fait beau mais froid et le vent souffle. La salle Paul VI était comble et le Saint-Père disponible aux sollicitations des pèlerins, les couture de ses vêtements rėsistèrent à l'épreuve. Attentif aux groupes, il paraissait fatigué mais gardait le sourire. Les artistes d'un cirque offrirent une joyeuse animation. On note la présence d'un fort détachement de soldats onusiens stationnés à Chypre. Les couples de jeunes mariés après les malades eurent droit à une salutation personnelle et le pape à moult bises de mariées.La famille est au centre des préoccupations. 
Les gardes suisses valeureux dans leur immobilité se prêtèrent à quelques échanges. Le français n'a pas disparu

mardi 27 janvier 2015

Congrès des recteurs de Sanctuaires

 
Les demandes de dėvotion prėsentées dans les sanctuaires par les pèlerins.

Les recteurs (et autres gardiens) sont une espèce rare et prėcieuse dans l'Eglise. Card Vegliò.

dimanche 25 janvier 2015

Appel de la Conférence des évêques suisses à participer au processus synodal 2015

Chers Soeurs et Frères, chers Amies et Amis,

Le pape François nous appelle à poursuivre le processus de réflexion sur le mariage et la famille. Ces sujets sont ceux de nombreuses personnes, avec leurs bons côtés et leurs difficultés. Tout le monde est concerné ! Plus de 25'000 personnes ont déjà pris part à l’enquête de fin 2013. Les résultats ont montré clairement quels étaient les enjeux pour l’Eglise et la pastorale. En octobre 2014, à Rome, l’assemblée générale extraordinaire du Synode des Evêques a analysé les résultats des enquêtes menées au niveau mondial et a cherché des réponses.

Discours à la Rote

Dans le cadre des réflexions de l'Eglise sur la famille, le Pape s'est adressé à la Rote Romaine. Le discours doit encore être totalement traduit en français ce qui éviterait les spéculations et les interprétations. On relève le souhait d'une simplification des procédures émis par le Saint-Père. Le texte fait une allusion aux conséquences de ces événements dramatiques sur les enfants, mais n'auraient-ils pas droit à une attention plus grande? Lorsque des enfants sont nés dans une famille, l'étude de la validité du mariage ne mérite-t-elle pas autre chose qu'une procédure très simplifiée? Dans son avion revenant des Philippines, le Pape avait parlé d'une nécessaire ouverture à la vie pour que le mariage soit valide. La présence d'un enfant signifie que cette condition est remplie. Quant aux  autres causes de nullité, en raison de celle-ci, l'examen ne devrait-il pas être des plus sérieux? L'insistance classique sur la consommation du mariage (ratum et consummatum) ne paraît plus occuper le devant de la scène.

L'acceptation du dessein de Dieu sur la famille et le mariage sont fondamentaux. Elle apparaît "aussi" dans la Sainte Famille, qui a une configuration très particulière. La liturgie nous fait dire au canon : ... qu'avec la VIerge Marie, la bienheureuse Mère de Dieu, Saint Joseph, son époux. Une réflexion sur le dessein (sa volonté) de Dieu et sa réaffirmation est fondamentale.

1 Co 7, 29 Voici ce que je veux dire, frères : il reste peu de temps ; dès maintenant, il faut que les hommes mariés vivent comme s'ils n'étaient pas mariés.
Radio Vatican donne un article sans nuances ; Zénit ;

samedi 24 janvier 2015

Miracles, Martyre, et Vertus Héroïques.

Promulgation de décrets

Cité du Vatican, 23 janvier 2015 (VIS). A la suite de l'audience accordée hier après-midi au Cardinal Angelo Amato, SDB, Préfet de la Congrégation pour les causes des saints, le Pape a ordonné la promulgation des décrets relatifs:

au MIRACLE attribué à la bienheureuse Maria Teresa Casini, religieuse italienne (1864 - 1937), fondatrice des Oblates du Sacré Coeur.

au MARTYRE

de la servante de Dieu Fidelia (Dolores Oller Angelats) et de ses deux compagnes, religieuses espagnoles (Soeurs de St.Joseph de Girona), tuées en haine de la foi en août 1936.

du serviteur de Dieu Pio Heredia et de ses dix sept compagnons et compagnes, cisterciens et cisterciennes espagnoles, tués en haine de la foi en 1936.

du serviteur de Dieu Tshimangadzo Samuel Benedict Daswa (Bakali), laïc sudafricain, tué en haine de la foi le 2 fevrier 1990.

aux VERTUS HEROIQUES attribuées

au serviteur de Dieu Ladislao Bukowi?ski, prêtre ukrainien mort au Kazakhstan (1904 - 1974).

au serviteur de Dieu Aloysius Schwartz, prêtre américain mort aux Philippines, fondateur des Soeurs de Marie et des Frères du Christ (1930 - 1992).

à la servante de Dieu Cointa Jáuregui Osés, religieuse espagnole (1875 - 1954).

à la servante de Dieu Teresa Gardi, laïque italienne tercière franciscaine (1769 - 1837).

au serviteur de Dieu Luis Trelles y Noguerol, laïc espagnol, fondateur de l'adoration nocturne en Espagne (1819 - 1891).

à la servante de Dieu Elisabeth Marie Satoko Kitahara, laïque japonaise (1929 - 1958)

à la servante de Dieu Virginia Blanco Tardío, laïque bolivienne (1916 - 1990).

Saint François de Sales

 Saint François

Nous fêtons aujourd'hui Saint François de Sales (notice sur le site de la Maison Chappuis). La bulle de canonisation le désigne comme Prince et Evêque de Genève. Il termina sa mission sur cette terre en 1622, à l'âge de 55 ans. La canonisation fut relativement rapide, puiqu'elle eût lieu en 1665. Il est saint patron et protecteur des journalistes. A l'occasion de sa Fête le pape publie sa lettre pour la journée mondiale des communications sociales.  Un sermon de Bourdaloue sur l'illustre docteur.

Extrait de la bulle de canonisation : XLV. C'est de la prudence profonde qui accompagnait cette charité, que sont émanées les lois de tant de congrégations qu'il a instituées, savoir : celle du Très Saint-Sacrement, de l'Immaculée, Conception de la sainte Vierge, des Ermites du Mont Voiron, et surtout de l'ordre de la Visitation Sainte-Marie, sous la règle de Saint Augustin. Cet ordre a répandu un si vif éclat que dans l'espace de peu de temps on y compte déjà plus de cent trente monastères.
XLVI. Enfin ce sont les aiguillons continuels de la même charité qui pressaient jour et nuit le coeur de ce zélé pasteur à procurer de toutes ses forces le bien de son diocèse.
XLVII. Il était tout occupé à la visite de son diocèse, et en route pour retourner à Annecy, lorsque, après avoir célébré la sainte Messe à Lyon, il fut attaqué d'une violente apoplexie. Il reçut les sacrements de l'Eglise avec la piété et l'humilité la plus édifiante, il fit sa profession de foi, et répéta souvent ces paroles: Je ne suis qu'un serviteur inutile. Que la volonté de Dieu se fasse et non la mienne. O mon Dieu et mon tout. Le lendemain, fête des saints Innocents, lorsqu'en récitant les Litanies des saints, on en fut venu à cet endroit, Saints Innocents, priez pour lui, il rendit à Dieu son âme innocente, l'an de grâce 1622, et de son âge le 55ème. 

vendredi 23 janvier 2015

Communiquer : la famille milieu privilégié de la rencontre dans la gratuité de l'amour

MESSAGE DU SAINT-PÈRE
POUR LA XLIX
e JOURNÉE MONDIALE
DES COMMUNICATIONS SOCIALES
 


Le thème de la famille se trouve au Centre d'une réflexion ecclésiale approfondie et d’un processus synodal qui comporte deux synodes, un extraordinaire – qui vient d’être célébré – et un synode ordinaire, convoqué pour octobre prochain. Dans ce contexte, il m’a semblé opportun que la famille soit le point de référence du thème de la prochaine Journée mondiale des communications sociales. La famille est du reste, le premier lieu où l'on apprend à communiquer. Retourner à ce moment originel peut nous aider autant à rendre la communication plus authentique et plus humaine qu’à considérer la famille d'un nouveau point de vue.
Nous pouvons nous laisser inspirer par l'icône évangélique de la visitation de Marie à Elisabeth (Lc 1, 39-56). « Or, quand Élisabeth entendit la salutation de Marie, l’enfant tressaillit en elle. Alors, Élisabeth fut remplie d’Esprit Saint, et s’écria d’une voix forte : “Tu es bénie entre toutes les femmes, et le fruit de tes entrailles est béni” » (v. 41-42).
Tout d'abord, cet épisode nous montre la communication comme un dialogue qui se noue avec le langage du corps. En effet, la première réponse à la salutation de Marie, c’est l'enfant qui la donne en tressaillant de joie dans le sein d'Élisabeth. Exulter pour la joie de la rencontre est en quelque sorte l'archétype et le symbole de toute autre communication que nous apprenons bien avant de venir au monde. Le sein qui nous accueille est la première “école” de communication, faite d’écoute et de contact corporel, où nous commençons à nous familiariser avec le monde extérieur dans un environnement protégé et au rythme rassurant des battements du cœur de la maman. Cette rencontre entre deux êtres aussi intimes et encore aussi étrangers l’un à l’autre, une rencontre pleine de promesses, est notre première expérience de communication. Et c'est une expérience qui nous unit tous, parce que chacun de nous est né d'une mère.

Le départ d'un roi


Le roi Abdallah d'Arabie Saoudite est décédé hier soir nous annonce-t-on dans les médias. Il avait rendu visite à Benoît XVI, événement symbolique mémorable dont la revue Trente Jours rend compte dans un article en ligne. Au cours de celle-ci, le roi avait offert une épée à Benoît XVI, cadeau qui avait surpris à l'époque. Certaines décollations en ligne (bien réelles) y sont associées dans l'imaginaire collectif. Toutefois, ce cadeau symbolique avait une exlication : «Dans la tradition arabe, donner une arme à quelqu’un, donner un objet symbolique comme une épée signifie que l’on met sa confiance dans la personne à qui on l’offre».


La justice locale a tout de même des expressions qui heurtent aujourd'hui, par l'usage de l'épée notamment. Elles ont disparu chez nous, mais le temps n'est pas si éloigné où elle n'était pas très compréhensive ici non plus. Nous pouvons nous remémorer pour l'occasion, l'attitude de Sainte Catherine de Sienne envers un  condamné Niccolo di Tuldo (elle obtint la conversion de deux vrais brigands aussi). Elle avait pu apaiser sa révolte et l'avait accompagné jusqu'au moment de la décapitation en recevant sa tête dans ses mains (1377). Un sermon de Maurice Zundel rappelle la lettre où elle relate cet événement.

CXLIII (97).- AU FRERE RAYMOND DE CAPOUE, de l'Ordre des Frères Prêcheurs. Conversion et supplice de Nicolas Tuldo, de Pérouse.

Semaine pour l'Unité des Chrétiens : quelles violences chez nous ? Sommes-nous prêts à y renoncer?

Jésus lui dit : 
« Donne-moi à boire » 
(Jn 4, 7)

Extrait de la présentation :


Bien que, d’après le recensement officiel de 2010, 86,8% des Brésiliens se définissent comme chrétiens, le taux de violence est très élevé dans ce pays. Par conséquent, pour beaucoup d’entre eux, l’appartenance au christianisme ne se traduit pas par une non-violence ou un respect de la dignité humaine. On peut illustrer cette affirmation à partir des données suivantes :

La violence contre les femmes : entre 2000 et 2010, 43 700 femmes ont été assassinées au Brésil. 41% de celles qui ont subi des violences ont été violées par un proche.

La violence contre les indigènes : la violence contre la population indigène est souvent liée au développement de l’hydroélectricité et à l’expansion de l’industrie agroalimentaire. Ces deux secteurs expriment le modèle de croissance qui prévaut actuellement dans le pays. Ils contribuent de façon significative à la lenteur avec laquelle on délimite et reconnaît des territoires indigènes. En 2011, le rapport « Violence contre les populations indigènes du Brésil », établi par la Commission  pastorale de la terre (CPT), organisme en relation avec la Conférence épiscopale catholique du Brésil, a fait état de 450 projets en cours de réalisation sur les territoires indigènes du Brésil. Ces projets se déroulent sans qu’aient véritablement eu lieu les consultations avec les indigènes, prévues dans la Convention 169 de l’Organisation internationale du travail (OIT). Le rapport de la CPT dénonce l’assassinat de 500 indigènes entre 2003 et 2011 ; 62,7% de ceux-ci ont eu lieu dans l’État du Mato Grosso do Sul, avec une moyenne annuelle de 55,8 assassinats parmi les indigènes.

Il faudrait combattre l’intolérance sous ses diverses formes et parvenir à en triompher positivement : en respectant les diversités légitimes et en promouvant le dialogue, moyen permanent de réconciliation et de paix dans la fidélité à l’Évangile.



Prière pour le 6ème jour

Dieu Trinité, 

fais qu’en suivant l’exemple de Jésus, 
nous soyons des témoins de ton amour. 
Donne-nous d’être des instruments de justice, de paix et de solidarité. 
Puisse ton Esprit nous porter à des actions concrètes qui soient source d’unité. 
Puissent les murs se transformer en ponts. 
Au nom de Jésus Christ, nous te prions dans l’unité du Saint-Esprit. 
Amen.

jeudi 22 janvier 2015

Entretien sur la Semaine de l'Unité avec le Cardinal Koch

(RV) Entretien - Cette année, le thème de la semaine de prière pour l’unité des chrétiens a été sélectionné par un groupe Brésilien. Le Brésil, où l’œcuménisme reprend de la vigueur en raison notamment de la croissance des mouvements pentecôtistes.

Une réalité sur laquelle revient le cardinal Kurt Koch, président du Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens, il est interrogé par Mario Galgano.

Cette Semaine annuelle s’est ouverte dimanche. Elle se poursuivra jusqu’au 25 janvier sur le thème « Jésus lui dit : donne-moi à boire », une phrase tirée du récit de la rencontre avec la samaritaine, modèle de miséricorde, icône de l’amour qui renverse toutes les séparations confessionnelles, ethniques ou culturelles.

Cet Evangile nous invite à ne pas avoir peur de traverser des territoires inconnus, de faire le premier pas pour entrer en dialogue et ne pas rester murés dans nos certitudes.

mercredi 21 janvier 2015

La cause principale de la pauvreté est un système économique qui a enlevé la personne du centre et y a mis le dieu argent.

"J’ai entendu dire – certains [le disent en tout cas] – que les familles avec beaucoup d’enfants et la naissance de nombreux enfants sont parmi les causes de la pauvreté. Cela me paraît une opinion simpliste."​ (Le Pape François)

Aleteia

Audience (traduction privée) : Les rencontres avec les familles et avec les jeunes, à Manille, ont été les points forts de la visite aux Philippines. Les familles saines sont essentielles à la vie de la société. Cela donne consolation et espérance de voir de nombreuses familles qui accueillent les enfants comme un véritable don de Dieu. Elles savent que chaque enfant est une bénédiction. J’ai entendu que pour certains les familles avec de nombreux enfants et la naissance de tant d'enfants sont parmi les causes de la pauvreté. C’est là une opinion simpliste. Je peux dire, nous pouvons tous dire, que la cause principale de la pauvreté est un système économique qui a écarté la personne du centre de son fonctionnement et y a placé le dieu de l'argent; un système économique qui exclut, exclut toujours : exclut les enfants, les personnes âgées, les jeunes au chômage ... - et qui crée la culture du gaspillage dans lequel nous vivons. Nous sommes habitués à voir des gens jetés. C’est la principale raison de la pauvreté, pas les familles. Rappelant la figure de saint Joseph, qui a protégé la vie du "Santo Niño" (Saint Enfant Jésus), très vénéré dans ce pays, j’ai mentionné que nous devons protéger les familles, qui font face à diverses menaces, afin qu'elles puissent témoigner de la beauté de la famille dans le plan de Dieu. Il faudrait défendre aussi les familles des nouvelles colonisations idéologiques, qui menacent son identité et de sa mission.

Les lapins


Beaucoup d'agitations verbales sur une expression du pape François. Faut-il vraiment s'y attarder?

Dans la Bible le lièvre et le lapin sont considérés comme animaux impurs, ils étaient considérés comme des ruminants, mais n'avaient pas le pied fendu en deux (Lév. 11,6).

Certains traduisent lièvre au lieu de lapin. 

Il est à remarquer qu'au Moyen-Age les lièvres étaient le symbole de la lubricité folâtre. Les femmes craignaient d'en croiser de crainte que leurs enfants ne naissent avec un bec de lièvre. Aristote porte une responsabilité (cf René Cintré - Bestiaire Médiéval p. 138). 

Ceux qui s'intéressent à l'Histoire des animaux d'Aristote, trouveront leur bonheur chez Remacle à cette adresse.

Le Physiologos mentionne la lubricité du lièvre dans certains manuscrits (p. 293), mais préfère mettre en valeur une autre leçon. Pousuivi par les chiens et les chasseurs, il les épuise en fuyant vers les montagnes et les hauteurs. Donc, nous aussi élevons le débat et remontons à ce que voulait dire le pape François qui voulait bien faire. 

On retrouve chez le cardinal Ratzinger, une mention du lapin. Répondant à une question, il reprend un commentaire du psaume 103 de Saint Augustin ( Voici quel est notre Dieu p. 108).

Les savants et spécialistes sont nécessaires pour s'occuper des aspects purement historiques et scientifiques. Mais le sens propre et décisif est accessible aussi au simple croyant. La Bible est en réalité destinée à tous et donc compréhensible par tous. Saint Augustin a prononcé cette très belle parole : « Dans le ruisseau, à la source s'abreuvent aussi bien le petit lapin que le grand onagre, et l'un comme l'autre est désaltéré. Chacun boit et obtient ce qui apaise sa soif. » 

Il la reprend avec une autre traduction, lors d'une rencontre avec les prêtres du diocèse de Rome.  Saint Augustin a dit: le lièvre et l'âne boivent à la fontaine. L'âne boit davantage, mais chacun boit selon ses capacités. Que nous soyons des lièvres ou des ânes, nous sommes reconnaissants que le Seigneur nous fasse boire de son eau. 

Et puis, tant pis le lapin à Pâques a un côté sympathique, il a été christianisé, même s'il ne faut pas faire preuve de naïveté sur l'usage qui en est fait ailleurs. La "christianisation" de la sexualité humaine est d'ailleurs un chantier bien difficile à aborder et à mener à terme. Benoît XVI  avait fait d'elle un point central de son encyclique Deus Caritas est. Pourquoi ne pas relire Humanae Vitae aussi pour essayer de comprendre les intentions du pape François sur la paternité et la maternité responsables?

P.S. Le lapin est un excellent aliment carné sans cholestérol, mais gare aux petits os.
On trouve des éléments intéressants dans ce dictionnaire des symboles.

Un bon numéro de l'Echo Magazine

Un courrier des lecteurs de l'Echo Magazine (n°4 / 22 janvier 2015) nous apprend que les enfants de l'ancien colonel de la garde suisse pourront terminer leur année scolaire à Rome et il dispose encore de son appartement.  Le colonel pourra bénéficier d'une indemnisation s'il ne retrouve pas de travail dans un délai convenable.  Bonne Nouvelle donc! Et vrai flop de communication.
Autres sujets qui ne manquent pas d'intérêt : 
Charlie Hebdo, bien sûr. 
Le franc suisse. 
L'infidélité féminine. 
Ce dernier sujet mériterait un élargissement sur le rôle de celles qui par "charité", sont trop compréhensives et accueillantes aux détresses d'hommes mariés et pères de familles. Rien n'est insurmontable avec la grâce de Dieu, mais les épreuves ne sauraient manquer et les responsabilités et lâchetés masculines ne doivent surtout pas être éludées. Sainte Catherine de Sienne n'était pas aveugle sur  Jeanne la reine de Naples par exemple (pour user d'un euphémisme), sans parler de la prostitution à son époque.

mardi 20 janvier 2015

Maître du Sabbat

Evangile : « Le sabbat a été fait pour l’homme, et non pas l’homme pour le sabbat » (Mc 2, 23-28)

Le Sabbat est placé à l'intérieur du Décalogue, nous disait saint Jean-Paul II dans Dies Domini,  les « dix paroles » qui décrivent les piliers de la vie morale, universellement inscrite dans le cœur de l'homme, c'est dire son importance. Le fait que le Seigneur se dise "Maître du Sabbat" dans l'Evangile d'aujourd'hui nous en dit long, sur son autorité. Il est Dieu. Si l'Eglise a fait glisser le repos du Sabbat au dimanche, le jour de la résurrection, c'est dire son importance et l'autorité qu'elle a aussi reçue du Seigneur. Non seulement il y a interprétation authentique du sens du sabbat, mais déplacement.


63. Le Christ est venu pour réaliser un nouvel « exode », pour rendre la liberté aux opprimés. Il a fait de nombreuses guérisons le jour du sabbat (cf. Mt 12,9-14 et parallèles), non pas pour violer le jour du Seigneur, mais pour lui donner toute sa signification: « Le sabbat a été fait pour l'homme, et non l'homme pour le sabbat » (Mc 2,27). Pour s'opposer à l'interprétation trop légaliste de certains de ses contemporains et pour déployer le sens authentique du sabbat biblique, Jésus, « Maître du sabbat » (Mc 2,28), redonne son caractère libérateur à l'observance de ce jour, institué pour faire respecter à la fois les droits de Dieu et ceux de l'homme. On comprend ainsi pourquoi les chrétiens, qui annonçaient la libération accomplie dans le sang du Christ, eurent raison de se sentir autorisés à faire passer le sens du sabbat dans le jour de la résurrection. En effet, la Pâque du Christ a libéré l'homme d'un esclavage bien plus radical que celui qui pesait sur un peuple opprimé, l'esclavage du péché qui met l'homme à distance de Dieu, à distance de lui-même et des autres, en introduisant dans l'histoire des germes toujours nouveaux de méchanceté et de violence. 

Thomas Benson - Le "Maître du Monde"

Le pape François dans l'avion du retour, a rappelé comme exemple de colonisation idéologique, le "Maître du Monde" de Thomas Benson. Pour la petite histoire, l'auteur y mentionne un accident  après lequel on se hâte d'euthanasier les survivants trop gravement blessés...


L'ouvrage prophétique de Robert-Hugh Benson dont nous fêtons le centenaire de la mort cette année 2014, mérite d'être lu ou relu. Il annonce l'apostasie silencieuse de l'Occident. "Négocier sa fidélité à Dieu est comme négocier sa propre identité. Et à ce propos, le Pape François a rappelé le livre « Le patron du monde » de Robert Hugh Benson, fils de l’archevêque de Canterbury, Edward White Benson, dans lequel l’auteur parle de l’esprit du monde et « presque comme s’il s’agissait d’une prophétie, imagine ce qui se passera. Cet homme, s’appelait Benson, il se convertit ensuite au catholicisme et il a très bien fait. Il a précisément vu cet esprit de la mondanité qui nous conduit à l’apostasie »." (pape François 18 novembre 2013)

Avec les journalistes en revenant des Philippines


lundi 19 janvier 2015

Le Santo Nino de Cebu


Bref résumé : Lorsque Magellan découvrit les Philippines actuelles en 1521, les îles reçurent leur nom en l'honneur de l'infant d'Espagne le futur Philippe II. Les explorateurs avaient emporté une statue de l'enfant Jésus. Le roi de Cebu se convertit au Christ. Magellan l'aida dans une bataille et y fut tué. Une quarantaine d'années plus tard, en 1565, les espagnols revinrent et après s'être battus avec les indigènes et avoir incendié leurs villages, ils découvrirent la statue préservée de l'incendie dans une cassette en bois. Le pèlerinage commença.
Deux liens : Le site de la basilique et un historique en anglais .

dimanche 18 janvier 2015

Pas besoin de discours


Typhon Ruby - décembre 2014


Moins puissant que le super typhon Haiyan (Yolanda), qui a fait l'année dernière plus de 6 000 morts, le typhon Ruby, qui a traversé les Philippines au début du mois de décembre, a laissé derrière lui de nombreuses destructions et provoqué de fortes inondations. Une des zones frappées par l'ouragan a été le diocèse de Borongan, dans le Samar Oriental, où s'est produit un fait spectaculaire. La maison sacerdotale a été noyée sous les eaux, mais seulement jusqu'à la limite exacte du tabernacle de la chapelle, qui a été donc été préservé du désastre, tandis que le reste de l'édifice était recouvert de boue. Voir Alétheia / CPCP News

Homélie du Pape au Rizal Park de Manille


Homélie du Pape au Rizal Park de Manille,

« Un enfant nous est né, un fils nous a été donné » (Is 9, 5). C’est une grande joie pour moi de célébrer le Dimanche du Santo Niño avec vous. L’image du Saint Enfant Jésus a accompagné la diffusion de l’Évangile dans ce pays depuis l’origine. Vêtu comme un roi, couronné, et tenant en main le sceptre, le globe et la croix, il continue à nous rappeler le lien entre le Royaume de Dieu et le mystère de l’enfance spirituelle. Il nous le dit dans l’Évangile de ce jour : « Quiconque n’accueille pas le Royaume de Dieu comme un petit enfant n’y entrera pas » (Mc 10, 15). Le Santo Niño continue à nous proclamer que la lumière de la grâce de Dieu a brillé sur un monde de ténèbres, apportant la Bonne Nouvelle de notre libération de l’esclavage, et en nous guidant sur les sentiers de la paix, du droit et de la justice. Il nous rappelle aussi que nous avons été appelés à répandre le Règne du Christ partout dans le monde.

Voici l'Agneau de Dieu


18 janvier 2015 - 2ème dimanche du Temps Ordinaire - Semaine de l'Unité

1ère lecture : « Parle, Seigneur, ton serviteur écoute » (1 S 3, 3b-10.19)
Psaume : 39 (40), 2abc.4ab, 7-8a, 8b-9, 10cd.11cd
2ème lecture : « Vos corps sont les membres du Christ » (1 Co 6, 13c-15a. 17-20)
Evangile : « Ils virent où il demeurait, et ils restèrent auprès de lui » (Jn 1, 35-42)

Ce qu'ils en pensent

« La meilleure phrase que j’ai entendue cette semaine, c’est celle qui est sortie de la bouche du pape. La presse ne peut pas dire tout ce qu’elle veut, il y a des choses qu’on ne peut pas toucher. » Qui l’aurait cru ? Samedi 17 janvier, pour revenir sur les attentats en région parisienne qui ont notamment fait douze morts à Charlie hebdo, les élèves de l’Institut de théologie de la Grande mosquée de Paris ont plusieurs fois cité… le pape François. Ce pape qui a expliqué la veille, dans l'avion qui le conduisait du Sri Lanka aux Philippines, qu’il ne fallait pas « provoquer, insulter la foi des autres, la tourner en dérision ».
En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/societe/article/2015/01/17/a-la-grande-mosquee-de-paris-les-futurs-imams-vident-leur-sac_4558443_3224.html#R6P51JiljqprrogZ.99

Messe à Manille


Une personne atteinte de cécité proclame la parole de Dieu en la lisant en braille à Manille. Impressionnant! Surtout avec Isaïe 9!





Isaïe 9, 1-16 

Chapitre 9

01 Le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu se lever une grande lumière ; et sur les habitants du pays de l’ombre, une lumière a resplendi.
02 Tu as prodigué la joie, tu as fait grandir l’allégresse : ils se réjouissent devant toi, comme on se réjouit de la moisson, comme on exulte au partage du butin.

samedi 17 janvier 2015

Prêche proposé


Un événement inattendu et original dans les mosquées en France, un prêche a été proposé par le Conseil français du culte musulman (CFCM). Il est accessible à cette adresse : Saphir News.

Eucharistie dans la tempête

vendredi 16 janvier 2015

Rencontre des familles - Manilles

16 janvier 2015 – Mall of Asia Arena – Manilles 

Chères familles,

Chers amis dans le Christ, Je vous suis reconnaissant pour votre présence ici ce soir et pour le témoignage de votre amour pour Jésus et pour son Église. Je remercie Mgr Reyes, Président de la Commission Épiscopale pour la Famille et la Vie, pour ses paroles de bienvenue en votre nom. De manière particulière, je remercie ceux qui ont présenté des témoignages et ont partagé leur vie de foi avec nous.
Les Saintes Écritures parlent rarement de saint Joseph, mais quand elles le font, nous le trouvons souvent en train de se reposer, avec un ange qui lui révèle en songe la volonté de Dieu. Dans le passage de l’Évangile que nous venons d’écouter, nous trouvons Joseph en train de se reposer non pas une fois, mais deux fois. Ce soir, je voudrais me reposer dans le Seigneur avec vous tous, et réfléchir avec vous sur le don de la famille.

Homélie du Pape François à la cathédrale de Manille

Homélie (sur Radio Vatican)

16 janvier 2015 – Cathédrale de Manille

« M’aimes-tu […] Pais mes agneaux […] » (Jn 21, 15-16). Les paroles de Jésus à Pierre dans l’Évangile de ce jour sont les premières paroles que je vous adresse, chers frères évêques et prêtres, religieux et religieuses, et jeunes séminaristes. Ces paroles nous rappellent quelque chose d’essentiel. Tout ministère pastoral est né de l’amour. Toute vie consacrée est un signe de l’amour réconciliateur du Christ. Come Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus, dans la variété de nos vocations, chacun de nous est appelé, en quelque sorte, à être l’amour dans le cœur de l’Église.

Jésus accusé de blasphème

Aujourd'hui nous avons prié pour notre évêque Félix dont c'est l'anniversaire de l'ordination épiscopale.

16 janvier 2015
Vendredi, 1ère Semaine du Temps Ordinaire
Lectures de la messe du jour
1ère lecture : « Empressons- nous d’entrer dans ce repos- là » (He 4, 1-5.11)
Evangile : « Le Fils de l’homme a autorité pour pardonner les péchés sur la terre » (Mc 2, 1-12)

« Blasphème », le mot que je voulais éviter ce matin et c’est l’évangile qui nous le sert à la table de la parole. Jésus est accusé de blasphème. Pourquoi donc ? Il remet les péchés, dit-il, et se fait donc l’égal de Dieu. Commettre un péché, en dehors des péchés médiatiques, cela paraît avoir moins d’importance aujourd’hui. De manière générale, notre conscience chrétienne s’est passablement émoussée. Nous pourrions nous interroger tout de même sur ce sujet, et nous demander par rapport à quoi ou à qui un tel acte est commis ? Quel est notre Dieu ? Dieu ou les hommes ? N’y a-t-il pas un gros point d’interrogation lorsqu’on veut faire passer en avant, la volonté d’une personne humaine pour celle de Dieu, tout comme celle d’un Etat et de ses représentants. Le phénomène est patent dans les médias en France sur le thème de la laïcité. On paraît mettre un athéisme militant sur l’autel, alors qu’il ne s’agit en fait que d’une philosophie qui n’a pas eu que des heures de gloire. Le manque de respect des convictions de l’autre qui ne serait pas réprimé par une législation, serait-il juste ?

Le pape, de manière très imagée s’est exprimé sur ce sujet dans son avion. Il a rappelé que « tuer au nom de Dieu est une aberration ». On doit faire usage de la liberté religieuse, « mais sans offenser, sans imposer, sans tuer. » La liberté d’expression, oui mais pour collaborer au bien commun. Il n’est pas inutile de nous rappeler ce que nous dit le catéchisme à propos du blasphème : 2148 Le blasphème s'oppose directement au deuxième commandement qui prescrit de respecter le nom du Seigneur. Il consiste à proférer contre Dieu - intérieurement ou extérieurement - des paroles de haine, de reproche, de défi, à dire du mal de Dieu, à manquer de respect envers Lui dans ses propos, à abuser du nom de Dieu. S. Jacques réprouve "ceux qui blasphèment le beau Nom (de Jésus) qui a été invoqué sur eux" (Jc 2,7). L'interdiction du blasphème s'étend aux paroles contre l'Eglise du Christ, les saints, les choses sacrées. Il est encore blasphématoire de recourir au nom de Dieu pour couvrir des pratiques criminelles, réduire des peuples en servitude, torturer ou mettre à mort. L'abus du nom de Dieu pour commettre un crime provoque le rejet de la religion.
Le blasphème est contraire au respect dû à Dieu et à son saint nom. Il est de soi un péché grave (cf.CIC 1369).

2149 Les jurons, qui font intervenir le nom de Dieu, sans intention de blasphème, sont un manque de respect envers le Seigneur. Le second commandement interdit aussi l'usage magique du Nom divin.
Le Nom de Dieu est grand là où on le prononce avec le respect dû à sa grandeur et à sa Majesté. Le Nom de Dieu est saint là où on le nomme avec vénération et la crainte de l'offenser (S. Augustin, serm. Dom. 2,45,19). (1998 Catéchisme 2148) 


Et au final un dernier rappel, Dieu n’a pas créé les hommes pour les mener à leur perte, mais parce qu’il les aime. Il est un Dieu de miséricorde qui patiente et prends pitié. De quel droit prendrions-nous sa place pour dessaisir autrui de sa liberté, de la vie qu’il lui a donnée et empêcher Dieu de se manifester à lui ? Il n’y a aucun doute sur la réponse à donner.

jeudi 15 janvier 2015

L'obligation !

La liberté d'expression à présent. Non seulement chacun a la liberté, le droit et aussi l'obligation de dire ce qu'il pense pour aider le bien commun: l'obligation! 
Le Pape François dans l'avion.

On ne peut que conclure : Empêcher la liberté d'expression sous prétexte de faire respecter la pensée unique est une faute.

Dans l'avion

P.S. Le Saint-Père a fait allusion aux guerres de religion entre catholiques et protestants pour  notre propre mea culpa et spécifiquement au massacre de la Saint-Barthélémy. Il a tout à fait raison, mais relevons toutefois que ce massacre-là, déclenché par une décision de la couronne (non de l'Eglise), avait dépassé la volonté royale. Le peuple s'en était mêlé. Limites entre pastorale et histoire.

Le pape ne veut pas dire de bêtises

L'encyclique sur l'écologie a été soumise au théologien de la maison pontificale et à la Congrégation pour la doctrine de la foi. Le pape ne veut pas dire de bêtises. Il semble que les critiques parues ont eu quelques effets. Radio Vatican.

La vérité, l'amour de Dieu et du prochain, limites de la liberté d'expression

La liberté d'expression est très liée à la liberté religieuse dans les interventions actuelles des papes et du Saint-SIège. Les formulations sur ce sujet ont bien évolué depuis le temps de la censure civile ou/et ecclésiastique et des multiples permissions à obtenir pour s'exprimer. En est-on toujours conscient? Pie XII avait publié une encyclique, Miranda Prorsus, à une époque où naissaient de nouveaux medias.  Paul VI avait mentionné la liberté d'expression nécessaire qui doit être reconnue  aux théologiens, en s'adressant à la Commission théologique internationale, il l'avait fait aussi pour le domaine médiatique.
Une question intéressante à creuser serait celle de la liberté d'expression des prêtres et agents pastoraux. Les laïcs (non professionnels) ont un rôle important à jouer dans l'Eglise, car ils peuvent plus facilement user de leur liberté pour remettre en cause certains cadres formalisés de la pensée unique et d'autres structures de péchés possibles, protégées et bien à l'abri derrière des remparts de matelas de pseudo-charité et de conformisme (le pas de vague). Sont  également en cause  tous les courants et autres ascenseurs à postes d'influences, perceptibles par exemple dans la Curie Romaine (à témoin les derniers débats sur les affaires financières). A un niveau plus modeste, en serait-on exempt?  Paul VI avait ouvert des portes, mais le sujet est loin d'être clos. La presse elle-même n'est certes pas un acteur neutre, ne serait-ce que par les valeurs qu'elle transmet et le fait de confondre liberté et libertaire (le terme est discuté).

MESSAGE DU PAPE PAUL VI POUR LA IX JOURNÉE MONDIALE DES COMMUNICATIONS SOCIALES 19 avril 1975

"Communication sociale et réconciliation "
Nous voulons contribuer positivement à ce que les communications sociales jouent le rôle bienfaisant dont elles sont capables, en favorisant la réconciliation humaine et chrétienne. Et Nous invitons tous les fils de l'Eglise à travailler à ce renouveau. En fait, Nous souhaitons que les artisans des mass media se sentent eux-mêmes appelés à défendre et à accroître leur liberté d'expression, Nous entendons la liberté fondée sur la vérité, sur l'amour des frères et de Dieu. Nous n'ignorons certes pas les difficultés qu'ils rencontrent et le courage qui leur est demandé, en particulier quand il s'agit de «satisfaire» un public de lecteurs, d'auditeurs et de spectateurs qui semble peu se soucier de rechercher cette vérité et cet amour. Puissent-ils songer alors aux graves responsabilités qui leur incombent, à cause de l'impact certainement profond qu'ils exercent sur l'information et, partant, sur les structures de pensée et l'orientation même de la vie!

mercredi 14 janvier 2015

N-D de Madhu



Homélie du Pape François,

Texte intégral du Pape François :

Sanctuaire de Madhu

Chers frères et sœurs, Nous nous trouvons dans la demeure de notre Mère. Ici, elle nous souhaite la bienvenue dans sa maison. Dans ce sanctuaire de Notre-Dame de Madhu, chaque pèlerin peut se sentir chez lui, puisqu’ici Marie nous introduit en la présence de son Fils Jésus. Ici, des Sri Lankais, Tamouls et Singalais viennent tous comme membres d’une authentique famille. À Marie, ils confient leurs joies et leurs souffrances, leurs espérances et leurs nécessités. Ici, dans sa maison, ils se sentent en sécurité. Ils savent que Dieu est très proche ; ils sentent son amour ; ils connaissent sa tendre miséricorde.
Il y a ici aujourd’hui des familles qui ont souffert immensément durant le long conflit qui a lacéré le cœur du Sri Lanka. Beaucoup de personnes, du nord et du sud de la même manière, ont été tuées dans la terrible violence et dans l’effusion de sang de ces années. Aucun Sri Lankais ne peut oublier les tragiques évènements associés à ce lieu même, comme le triste jour où la vénérable statue de Marie, datant de l’arrivée des premiers chrétiens au Sri Lanka, a été enlevée de son sanctuaire.

Mais Notre-Dame est restée toujours avec vous. Elle est la Mère de toute demeure, de toute famille blessée, de tous ceux qui cherchent à retourner à une existence pacifique. Aujourd’hui, nous la remercions d’avoir protégé le peuple du Sri Lanka de tant de dangers, passés et présents. Marie n’oublie jamais ses enfants de cette splendide île. Comme elle n’a jamais abandonné son Fils sur la Croix, ainsi elle n’a jamais abandonné ses enfants Sri Lankais souffrants. Aujourd’hui, nous voulons remercier Notre-Dame pour cette présence. Après tant de haine, tant de violence et tant de destruction, nous voulons la remercier pour continuer à nous apporter Jésus, qui seul a le pouvoir de guérir les blessures ouvertes et de restaurer la paix dans les cœurs meurtris. Mais nous voulons aussi lui demander d’implorer pour nous la grâce de la miséricorde de Dieu. Nous demandons aussi la grâce de réparer nos péchés et tout le mal que cette terre a connu.

Il n’est pas facile de faire cela. Cependant, c’est seulement quand nous arrivons à comprendre, à la lumière de la Croix, le mal dont nous sommes capables, et auquel peut-être nous avons pris part, que nous pouvons faire l’expérience d’un vrai remords et d’un vrai repentir. C’est seulement alors que nous pouvons recevoir la grâce de nous approcher l’un de l’autre avec une vraie contrition, en offrant et en cherchant le vrai pardon. Dans ce difficile effort de pardonner et de trouver la paix, Marie est toujours ici pour nous encourager, nous guider, nous faire faire un autre pas. Exactement comme elle a pardonné aux assassins de son Fils au pied de sa Croix, en tenant alors entre les mains son corps sans vie, ainsi maintenant elle veut guider les Sri Lankais vers une réconciliation plus grande, en sorte que le baume du pardon de Dieu et de sa miséricorde puisse produire une vraie guérison pour tous.

Enfin, nous voulons demander à Marie notre Mère d’accompagner de ses prières les efforts des Sri Lankais des deux communautés Tamoule et Singalaise pour reconstruire l’unité qui a été perdue. Comme sa statue est revenue à son sanctuaire de Madhu après la guerre, ainsi nous prions pour que tous ses fils et filles Sri Lankais puissent retourner à la maison de Dieu dans un esprit renouvelé de réconciliation et de fraternité.

Chers frères et sœurs, je suis heureux d’être avec vous dans la demeure de Marie. Prions les uns pour les autres. Surtout, demandons que ce sanctuaire puisse toujours être une maison de prière et un refuge de paix. Par l’intercession de Notre-Dame de Madhu, que tous puissent trouver ici inspiration et force afin de construire un avenir de réconciliation, de justice et de paix pour tous les enfants de cette terre bien-aimée. Amen.

(Tratto dall'archivio della Radio Vaticana)

Notre-Dame de Madhu au Sri Lanka



17 avril - Italie. Notre Dame des Miracles (1555)

L'histoire de la statue de Notre-Dame de Madhu est particulièrement poignante. Au début de la persécution hollandaise, le petit village de Mentai vénère Marie sous le vocable du Saint Rosaire. Les hordes hollandaises doivent faire cesser ces superstitions papistes. Déjà elles encerclent l'église. Mais de courageux Chrétiens réussissent à passer la ligne, emportant avec eux leur statue vénérée. Où la cacher sinon dans la jungle impénétrable ? C'est là qu'on la retrouvera après la persécution, dans une petite chapelle branlante. Le pèlerinage est fondé. En plein cœur de la jungle, à une profondeur de 60 kilomètres environ, une immense oasis accueille les pèlerins. Les Oblats de Marie doivent à Notre-Dame du Saint Rosaire l'un des plus considérables monuments de l'Orient. Cette église avec ses vérandas latérales et son portique s'étend sur une aire de 75 mètres de long et 22 de large. (...) La douce Reine de céans ne peut rester insensible à tant de pieuse ardeur. Au sanctuaire de Notre-Dame s'accomplit le miracle permanent de la préservation générale de la foule. De même que la contagion, flottant dans les piscines de Lourdes où les plus grands malades ont été plongés, ne se communique à personne, ainsi les pèlerins de Ceylan peuvent impunément circuler dans la jungle de Madhu sans y redouter la morsure du serpent, la griffe de l'ours, la foulée de l'éléphant ! Bien plus, à Lourdes de France, l'Immaculée suscita une source froide pour opérer des guérisons corporelles et pour acheminer aux piscines invisibles de la grâce. A Madhu, Lourdes de Ceylan, la Vierge du Rosaire conféra à la poussière du sol qui porte son sanctuaire la vertu de guérir la morsure des serpents (...) ! Mais le grand ouvrage de Notre-Dame de Madhu, c'est le salut des pécheurs. Trente ou quarante prêtres confessent des jours durant au confessionnal ; des phalanges de catéchumènes se lèvent, des processions se forment (...), bref une vie mariale ardente anime le sanctuaire.

Notre-Dame de Nazareth hacké!


Quel dommage! La page de N-D de Nazareth relative au sanctuaire de N-D de Madhu visité par le pape aujourd'hui a été victime de hackeurs islamistes!

http://www.mariedenazareth.com/une-minute-avec-marie/notre-dame-de-madhu-au-sri-lanka

Page rétablie à 13h00. Deo Gratias!
Explication : http://www.tdg.ch/monde/europe/cyberdjihad-1000-sites-francais-pirates/story/25036756

Une culture qui rejette l'autre

Le pape a fait allusion aux événements de Paris dans son discours aux diplomates:

À une dimension personnelle du refus s’associe ainsi inévitablement une dimension sociale, une culture qui rejette l’autre, brise les liens les plus intimes et les plus vrais, finissant par défaire et désagréger toute la société, et par engendrer la violence et la mort. Nous en avons un triste écho dans les nombreux faits de la chronique quotidienne, le moindre n’est pas le tragique massacre survenu à Paris, il y a quelques jours. Les autres « ne sont plus perçus comme des êtres d’égale dignité, comme des frères et sœurs en humanité, mais sont vus comme des objets » (Message pour la 48ème Journée Mondiale de la Paix, 8 décembre 2014, n.4). Et l’être humain, de libre devient esclave, que ce soit des modes, du pouvoir, de l’argent, parfois même de formes déviantes de religion. Ce sont les dangers que j’ai voulu rappeler dans le Message pour la récente Journée Mondiale de la Paix, consacré au problème des multiples esclavages modernes. Ils naissent d’un cœur corrompu, incapable de voir et de faire le bien, de poursuivre la paix.

mardi 13 janvier 2015

Mgr Gmür en Terre Sainte : rien n'est facile


Dix évêques sur douze ont été refoulés. Depuis samedi et jusqu’au 15 janvier, la délégation effectue une visite de solidarité avec les chrétiens de Terre Sainte.
Aleteia / Article Apic sur cath.ch

Le Pape François est arrivé au Sri Lanka

Chers amis,

Merci de votre accueil chaleureux. J’ai longtemps attendu cette visite au Sri Lanka et ces jours que nous allons passer ensemble. Le Sri Lanka est connu comme la Perle de l’Océan Indien en raison de ses beautés naturelles. Mais, bien plus important, cette île est connue pour le caractère chaleureux de son peuple et la riche diversité de ses traditions culturelles et religieuses.


P.S. Il nous faut prier pour le pape François. Le voyage sera éprouvant. Il nous donne peu d'informations sur sa santé, mais en plus de ce que nous savons déjà les années qui passent n'arrangent jamais les choses. Tous les anciens connaissent les ennemis sournois qui nous guettent.

lundi 12 janvier 2015

Discours du Pape François au Corps Diplomatique

Extrait :

Ma pensée va surtout au Moyen Orient, en commençant par la terre bien-aimée de Jésus, que j’ai eu la joie de visiter en mai dernier et pour laquelle nous ne nous lasserons jamais d’invoquer la paix. Nous l’avons fait, avec une intensité extraordinaire, avec le Président israélien d’alors, Shimon Peres, et le Président palestinien, Mahmud Abbas, animés de l’espérance confiante que les négociations entre les deux parties puissent reprendre, dans le but de faire cesser les violences et d’arriver à une solution qui permette, tant au peuple palestinien qu’au peuple israélien, de vivre enfin en paix, dans des frontières clairement établies et reconnues internationalement, de sorte que la « solution de deux États » devienne effective.

Malheureusement, le Moyen Orient est également traversé par d’autres conflits, qui se prolongent depuis trop longtemps et dont les aspects sont effrayants, aussi par le déferlement du terrorisme d’origine fondamentaliste en Syrie et en Irak. Ce phénomène est une conséquence de la culture du déchet appliquée à Dieu. Le fondamentalisme religieux, en effet, plus encore que rejeter les êtres humains en perpétrant des massacres horribles, refuse Dieu lui-même, le reléguant au rang de pur prétexte idéologique. Face à cette injuste agression, qui touche aussi les chrétiens et d’autres groupes ethniques et religieux de la région – les Yazidis, par exemple –, une réponse unanime est nécessaire qui, dans le cadre du droit international, arrête le déferlement des violences, rétablisse la concorde et soigne les blessures profondes que la succession des conflits a provoquées. En ce lieu je fais donc appel à toute la communauté internationale, comme aussi à chacun des Gouvernements concernés, pour qu’ils prennent des initiatives concrètes pour la paix, et pour la défense de tous ceux qui souffrent des conséquences de la guerre et de la persécution, et qui sont contraints de laisser leurs maisons et leur patrie. Dans une lettre envoyée un peu avant Noël, j’ai personnellement voulu manifester ma proximité et assurer de ma prière toutes les communautés chrétiennes du Moyen Orient qui donnent un témoignage précieux de foi et de courage, en jouant un rôle fondamental d’artisans de paix, de réconciliation et de développement dans leurs sociétés civiles respectives. Un Moyen Orient sans chrétiens serait un Moyen Orient défiguré et mutilé ! En demandant à la communauté internationale de ne pas être indifférente devant une telle situation, je souhaite que les responsables religieux, politiques, et intellectuels, en particulier musulmans, condamnent toute interprétation fondamentaliste et extrémiste de la religion visant à justifier de tels actes de violence.

Des formes semblables de brutalité, qui fauchent souvent des victimes parmi les plus petits et ceux qui sont sans défense, ne manquent pas non plus, malheureusement, dans d’autres parties du monde. Je pense en particulier au Nigeria, où les violences qui frappent sans discernement la population ne cessent pas, et où le phénomène tragique des séquestrations de personnes est en croissance continue, souvent des jeunes filles enlevées pour faire l’objet d’un trafic. C’est un commerce exécrable qui ne peut pas continuer ! Une plaie qu’il faut éradiquer car elle nous concerne tous, depuis chaque famille jusqu’à la communauté mondiale tout entière (cf. Discours aux nouveaux Ambassadeurs accrédités près le Saint-Siège, 12 décembre 2013).

Angélus du Pape François

Chers frères et soeurs, bonjour,

Nous célébrons aujourd'hui la fête du baptême du Seigneur, qui conclut le Temps de Noël. L'Evangile décrit ce qui s'est passé sur la rive du Jourdain. Au moment où Jean-Baptiste confère le baptême à Jésus, le Ciel s'ouvre. Saint Marc dit: "Tout de suite, à sa sortie de l'eau, il vit le Ciel s'ouvrir" (1,10).

La supplication dramatique du prophète Isaïe revient à l'esprit: "Ah si tu déchirais les cieux et si tu descendais!" (Is 63,19).

Cette invocation a été exaucée dans l'événement du Baptême de Jésus. C'est ainsi que se termine le temps des "cieux fermés", qui indiquaient la séparation entre Dieu et l'homme, conséquence du péché. Le péché nous éloigne de Dieu et interrompt le lien entre la terre et le ciel, en marquant ainsi notre misère et l'échec de notre vie.

dimanche 11 janvier 2015

Baptême du Christ


Impressions matinales


Au petit matin à la limite de la pluie et de la neige,
la gargouille nous offre un peu d'eau en cette fête du baptême du Christ.

Le Pape François aux Philippines et au Sri Lanka

VOYAGE APOSTOLIQUE DU PAPE FRANÇOIS 
AU SRI LANKA ET AUX PHILIPPINES
(12-19 JANVIER 2015)

5 choses à savoir et à surveiller : article de Nicole Winfield . La sécurité pourra poser quelques problèmes en raison des tensions existantes.

Archevêché de Colombo

Conférence épiscopale des Philippines : http://cbcpwebsite.com/cardinals.html

Diocèse de Manille

samedi 10 janvier 2015

Message du Card. Vingt-Trois

Paris, le 10 janvier 2015

Notre pays, notre ville de Paris en particulier, ont été cette semaine le théâtre d’actes de violence et de barbarie inouïes. Depuis de nombreuses années pour nous, la guerre, la mort, c’était toujours ailleurs même si, pendant ce temps, des soldats français étaient engagés en différents pays pour essayer d’apporter un peu de paix. Certains l’ont payé de leur vie.

Mais la mort violente s’est invitée brusquement chez nous. En France, et bien au-delà de nos frontières, tous sont en état de choc. La majeure partie de nos concitoyens ont vécu cette situation comme un appel à redécouvrir un certain nombre de valeurs fondamentales de notre République comme la liberté de religion ou la liberté d’opinion. Les rassemblements spontanés de ces derniers jours ont été marqués par un grand recueillement, sans manifestation de haine ni de violence. La tristesse du deuil et la conviction que nous avons ensemble quelque chose à défendre unissent les Français.

Une caricature, même de mauvais goût, une critique même gravement injuste, ne peuvent être mises sur le même plan qu’un meurtre. La liberté de la presse est, quel qu’en soit le coût, le signe d’une société mûre. Que des hommes nés dans notre pays, nos concitoyens, puissent penser que la seule réponse juste à une moquerie ou une insulte soit la mort de leurs auteurs place notre société devant de graves interrogations. Que des Français juifs paient encore une fois un tribut aux troubles qui agitent notre communauté nationale redouble encore leur gravité. Nous rendons hommage aussi aux policiers morts en exerçant jusqu’au bout leur fonction.

J’invite les catholiques de Paris à prier le Seigneur pour les victimes des terroristes, pour leurs conjoints, pour leurs enfants et leurs familles. Prions aussi pour notre pays : que la modération, la tempérance et la maîtrise dont tous ont fait preuve jusqu’à présent se confirment dans les semaines et les mois qui viennent ; que personne ne se laisse aller à l’affolement ou à la haine ; que nul ne se laisse aller à la facilité d’identifier quelques fanatiques avec une religion tout entière. Et prions aussi pour les terroristes qui découvrent la vérité du jugement de Dieu.
Demandons la grâce d’être des artisans de paix. Il ne faut jamais désespérer de la paix, si on construit la justice.

+ André cardinal VINGT-TROIS
Archevêque de Paris

Sainte Léonie Françoise de Sales Aviat


Présentation officielle de la vie de Léonie Aviat
lors de la Canonisation, le 27 novembre 2001

La liberté d'expression

Le Christ nous est révélé aujourd'hui par quatre Evangiles et non dans un seul, l'Esprit Saint passant par le coeur, la culture  et l'intelligence de plusieurs auteurs. Le Christ se révèle dans un dialogue avec les disciples d'Emmaüs, et de nos jours dans l'Eglise en chemin. Si elle a une hiérarchie et une communion, elle n'est pas un monolithe. Chaque disciple est appelé à donner son témoignage, pas à l'imposer, et c'est le Christ qui se révèle à qui il veut. Les actes des apôtres et les lettres de saint Paul témoignent de constants dialogues dans les communautés. Ils font partie intégrante de notre vivre ensemble, dans les limites du donné révélé,  toujours à découvrir et redécouvrir. Il n'est jamais à imposer à autrui par la violence ou la contrainte au silence en bâillonant avec une forme de pensée unique. Mais la liberté d'expression diffère dans la société civile et dans l'Eglise elle-même. Les champs d'application ne sont pas identiques, ni les sujets.
L'usage de la violence a été rejeté avec force et condamné par l'Eglise en ces matières au 20ème siècle. Respecter une liberté de s'exprimer et même en souffrir ne signifie pas adhérer à ce qui est dit.

Sur ces questions la toile nous offre  quelques pistes de réflexions avec un minimum de recherches.

Saint Augustin est cité par Paul VI à propos d'un autre sujet (Mysterium Fidei)

C'est le lieu de rappeler l'avertissement formulé par saint Augustin, à propos de la différence qui sépare, pour la manière de dire, les chrétiens des philosophes: " Les philosophes, dit-il, parlent en toute liberté, sans redouter de blesser l'auditeur religieux en des choses très difficiles à saisir. Mais nous sommes tenus de régler nos paroles sur une norme déterminée, pour éviter que la liberté d'expression ne donne lieu à telle opinion impie au plan même du sens des paroles ".

Nous avons la responsabilité en tant que chrétien de dire et pouvoir dire notre foi, toutefois, la manière est importante selon les contextes.

Voir le Compendium de la doctrine sociale de l'Eglise /  Veritatis Splendor de Jean-Paul II / Eglise catholique du Var /

vendredi 9 janvier 2015

Mgr Bürcher quitte l'Islande

Reykjavik/Lausanne, 9 janvier 2015 (Apic) En raison de problèmes de santé, notamment de difficultés respiratoires causées par les difficiles conditions climatiques d’Islande, Mgr Pierre Bürcher a renoncé à sa charge d’évêque de Reykjavik, qu’il occupait depuis décembre 2007.
Cath.ch

Mgr Gmür visite les chrétiens de Gaza au nom des évêques suisses

Rencontre internationale des évêques en Terre Sainte

L'évêque de Bâle, Felix Gmür, ainsi qu'Erwin Tanner, Secrétaire général de la Conférence des évêques suisses, se rendent en Terre Sainte par mandat des évêques suisses. Ils visiteront des points chauds en Israël et dans les Territoires palestiniens, notamment Gaza et font partie de la "Coordination pour la Terre Sainte" en guise de solidarité avec les Chrétiens de ces régions. La rencontre se déroulera du 10 au 15 janvier et réunira 15 délégués de conférences épiscopales nationales provenant de 11 pays autour des responsables ecclésiastiques de Terre Sainte.

Gaza et Bethléem constitueront les points forts de la rencontre. Parmi les différentes institutions de l'Eglise catholique, les évêques visiteront le Caritas Baby Hospital de Béthléem, dont l'évêque de Bâle est protecteur officiel. Le Patriarche latin de Jérusalem, Mgr Fouad Twal, a convié à cette rencontre qui portera sur les populations souffrantes et fragilisées de Terre Sainte.

Ce rendez-vous international d'évêques à échéance annuelle se répète pour la 15e fois. Dès ses origines, il se propose d'affermir et encourager les Chrétiens et les Eglises en Terre Sainte: une minorité à laquelle s'est référé avec force le pape François lors de sa visite en Terre Sainte en mai 2014 et dont il a mis en évidence la contribution en faveur de la paix.

La Coordination pour la Terre Sainte 2015 réunit des évêques catholiques de Grande Bretagne, Allemagne, Afrique du sud, Scandinavie, France, Italie, Canada, Espagne, Etats-Unis et Suisse. Ils souhaitent représenter les fidèles de leurs pays respectifs voulant partager les joies et les peines des populations du Moyen Orient. En effet, le tragique conflit qui s'y déroule engage les chrétiens du monde entier à montrer leur solidarité avec l'Eglise en Terre Sainte, berceau de la foi chrétienne.

Fribourg, le 8 janvier 2015

Service de communication de la Conférence des évêques suisses

Catéchèse du pape François

Les mères ont "un rôle central dans la société"


Catéchèse du pape François du 7 janvier 2015

Chers frères et sœurs, bonjour,

Ces jours-ci, la liturgie de l’Église a mis sous nos yeux l’icône de la Vierge Marie Mère de Dieu. Le premier jour de l’année est la fête de la Mère de Dieu, qui précède la fête de l’Épiphanie, en souvenir de la visite des rois Mages. L’évangéliste Matthieu écrit : « Ils entrèrent dans la maison, ils virent l’enfant avec Marie sa mère ; et, tombant à ses pieds, ils se prosternèrent devant lui. » (Mt 2,11). C’est la Mère qui, après l’avoir engendré, présenta le Fils au monde. C’est Elle qui nous donne Jésus, qui nous montre Jésus, qui nous le montre, Elle qui nous fait voir Jésus.

jeudi 8 janvier 2015

Douze légions d'anges

Lorsque surviennent des attentats du type de celui qui s'est produit à Paris, me revient toujours en mémoire un passage d'Evangile connu.

Evangile selon saint Matthieu  chapitre 26 :

51 L’un de ceux qui étaient avec Jésus, portant la main à son épée, la tira, frappa le serviteur du grand prêtre, et lui trancha l’oreille.
52 Alors Jésus lui dit : « Rentre ton épée, car tous ceux qui prennent l’épée périront par l’épée.
53 Crois-tu que je ne puisse pas faire appel à mon Père ? Il mettrait aussitôt à ma disposition plus de douze légions d’anges.


D'autre part, Dieu étant Dieu, donc le Tout-Puissant, pourquoi aurait-il besoin d'être défendu par des armes? Sa seule arme, c'est le Christ dispensateur de sa miséricorde, si nous voulons bien d'elle.

Le pape offre sa messe pour les victimes de l'attentat de Paris

« L'attentat d'hier à Paris nous fait penser à toute cette cruauté, cette cruauté humaine ; à ce terrorisme, que ce soit un terrorisme isolé ou un terrorisme d'Etat. Cette cruauté dont l'homme est capable ! Prions, maintenant, pour les victimes de cette cruauté. Tant de victimes ! Et prions aussi pour les personnes cruelles, afin que le Seigneur convertisse leur coeur. » Voir news.va 

mercredi 7 janvier 2015

La violence assassine est abominable, jamais justifiable

(RV) Le Pape François a exprimé mercredi soir sa « plus ferme condamnation pour l’horrible attentat » qui a frappé dans la matinée la rédaction de Charlie Hebdo, faisant au moins 12 morts, « semant la mort, jetant dans la consternation toute la société française, bouleversant profondément tous les amants de la paix, bien au-delà des frontières de la France ».

François frappe les esprits et la Curie

Dans l'Echo Magazine de cette semaine, une analyse fouillée de Patrice Favre : François frappe les esprits et la curie : http://www.echomagazine.ch

« Confiance ! c’est moi ; n’ayez pas peur ! »

N'ayez pas peur ! Jésus, Toi le Fils bien-aimé du Père, nous Te louons pour l'Amour que ton Cœur Sacré nous révèle. Transpercé pour nous, il est devenu Fontaine de joie et Source de vie éternelle. Jésus, l'invocation de ton Nom nous pacifie et nous garde dans l'Espérance. Toi, l'Amour, l'Amour non-aimé, Seigneur Jésus nous croyons en Toi, nous Te louons et nous T'aimons. La puissance de ton Amour surpasse toute connaissance et Tu peux nous donner infiniment plus que nous ne pouvons demander. Nous Te prions pour les enfants et les jeunes : qu'ils avancent dans la vie guidés par la Foi et l'Espérance. Qu'ils ouvrent leur cœur aux appels du "Maître de la Moisson". Nous te prions pour les familles unies et pour toutes celles qui sont en difficulté. Nous confions nos malades à ton Cœur plein de tendresse et à ta miséricorde tous ceux qui vivent loin de Toi. Cœur de Jésus, Toi qui par ta Croix a vaincu toutes divisions, donne la paix à notre monde et renouvelle en notre cœur le désir de répondre fidèlement à la richesse débordante de ton Amour miséricordieux qui ne cesse de nous dire : "N'ayez pas peur !".

 Jean-Paul II 1994

mardi 6 janvier 2015

Lancement des nouveaux centres de médias catholiques

Aujourd’hui sonne le coup d’envoi pour les centres de médias catholiques de la Suisse romande et alémanique. Il s’agit d’un tournant dans le travail médiatique de l’Eglise. Mgr Alain de Raemy, responsable des médias au sein de la conférence des évêques suisses (CES), et la Commission pour la communication et les médias de la CES se félicitent de ce nouveau départ et remercient toutes les personnes dont l’engagement a été essentiel à la restructuration des médias catholiques.

Epiphanie : Homélie du Pape François

Homélie du pape François

Cet Enfant, né à Bethléem de la Vierge Marie, est venu non seulement pour le peuple d’Israël, représenté par les bergers de Bethléem, mais aussi pour l’humanité entière, représentée aujourd’hui par les Mages, venant d’Orient. Et c’est justement sur les Mages et sur leur chemin à la recherche du Messie que l’Église nous invite aujourd’hui à méditer et à prier.

Ces Mages venant d’Orient sont les premiers de cette grande procession dont nous a parlé le prophète Isaïe dans la première lecture (cf. 60, 1-6) : une procession qui depuis lors ne s’interrompt plus, et qui, à toutes les époques, reconnaît le message de l’étoile et trouve l’Enfant qui nous indique la tendresse de Dieu. Il y a toujours de nouvelles personnes qui sont éclairées par la lumière de son étoile, qui trouvent le chemin et arrivent jusqu’à Lui.

Magie du givre


 Le spectacle est féérique au lever du soeil lorsque le givre a paré la forêt et le clocheton de blanc. Belle journée!

lundi 5 janvier 2015

Le lieu du procès de Jésus retrouvé?


En explorant le sous-sol d'un bâtiment jouxtant le musée de la Tour de David à Jérusalem, des archéologues ont retrouvé les vestiges de ce qu'ils pensent être le palais du roi Hérode, l'endroit même où, selon certains experts, se serait tenu le procès de Jésus.

Angélus du pape François du 4 janvier 2015

Chers frères et sœurs, bonjour,

La nouvelle année nous offre un beau dimanche ! Une belle journée !

Saint Jean dit dans l’Évangile que nous avons lu aujourd'hui: "En lui était la vie, et la vie était la lumière des hommes ; la lumière brille dans les ténèbres, et les ténèbres ne l’ont pas arrêtée... Le Verbe était la vraie Lumière, qui éclaire tout homme en venant dans le monde." (1,4-5.9).

dimanche 4 janvier 2015

L'étoile des rois et celle du Vorbourg


Ce n'est pas celle qu'ont suivi les rois, mais pourquoi ne pas la rappeler à l'Epiphanie? 

Le cardinal Mamberti, un voisin

Le Pape François a nommé d enouveaux cardinaux. Parmi eux, Mgr Dominique Mamberti, préfet de la Signature Apostolique est un quasi-voisin.

Wikipedia : Dans les années 1960, il vit avec sa famille à Belfort où il fréquente alors l'église Notre-Dame-des-Anges (école?) au sein de laquelle il fait sa profession de foi en juin 1965.

On peut également mentionner Mgr Rauber, ancien nonce apostolique en Suisse.

Voir cath.ch pour les particularités de ces nominations.

samedi 3 janvier 2015

Le Saint Nom de Jésus

  • En fêtant le saint nom de Jésus, nous pouvons  nous rappeler que nous portons nous aussi un nom signifiant notre identité profonde et notre mission dans l'Eglise et dans le monde. Elle ne nous sera certainement révélée pleinement que lorsque nous paraîtrons devant Dieu (Ap. 2,17). Mais déjà nous avons discerné des dons et des appels de l'Esprit. Leur faisons-nous porter du fruit? 
  • Benoît XVI avait réintroduit la possibilité de célébrer le saint nom de Jésus, pourquoi? 

Un article de France Catholique, nous donne une explication fouillée sur la problématique de la suppression de la fête de la circoncision de Jésus.

Avant le Concile Vatican II, le 1er janvier correspondait à la fête du Nom de Jésus et de la Circoncision. Des représentations iconographiques nombreuses existent de la circoncision de Jésus Enfant. Le Concile a préféré honorer la Maternité divine de Marie. Mais cinq exégètes ont adressé à Benoît XVI une requête en vue d’un éventuel rétablissement de la fête liturgique de la Circoncision, soulignant qu’elle n’est pas incompatible avec celle la Maternité de Marie, au contraire. Pourquoi une telle demande ? Au nom du réalisme de l’Incarnation, et de la reconnaissance de la judéité de Jésus ? De la tradition liturgique ? Pas seulement. La suite à cette adresse : http://www.france-catholique.fr/La-fete-de-la-circoncision-de.html. Même sujet sur Academia.eu


  • Il est toujours délicat de ressortir un auteur contesté du grand siècle, mais apprécié de certains papes ne serait-ce que pour exercer leur français. De Bossuet, nous avons surtout retenu : L'Eglise, c'est Jésus-Christ continué. 
Nous trouvons dans ses écrits bien étonnamment une traduction en français du propre de la messe, et quelques éléments de dévotion, telles ces litanies. 

LITANIES DU SAINT NOM DE JÉSUS.

Le fidèle doit réciter les Litanies du saint Nom de Jésus avec une tendre piété envers Jésus ; car toutes les paroles qu'on y prononce sont tirées des saints Prophètes et des autres Ecritures saintes; et le Saint-Esprit qui a dicté lui-même ces paroles, les a en même temps consacrées à la louange et à la gloire éternelle de Jésus-Christ notre Sauveur.


Seigneur, ayez pitié de nous.

Christ, ayez pitié de nous.

Seigneur, ayez pitié de nous.

Jésus, écoutez-nous.

Jésus, exaucez-nous.


vendredi 2 janvier 2015

Mgr Gmür : Présenter aux gens une "proposition de la foi"


Mgr Felix Gmür, évêque de Bâle, garde un bon sentiment de la visite ad-limina, effectuée avec les autres évêques suisses, à Rome, au début décembre. Les échanges avec le pape François et les représentants de la curie ont été fructueux, affirme le prélat dans une interview aux bulletins paroissiaux de Berne et de Bâle.

Saint Basile et saint Grégoire de Nazianze


L'Eglise fête aujourd'hui deux grands docteurs de l’Église, des Pères Cappadociens. Quel rôle jouent-ils aujourd'hui? En Grèce, saint Basile joue un peu le rôle du Père Noël, c'est lors de sa fête que les cadeaux sont fréquemment échangés en ce temps de Noël. Mais encore? Que peuvent nous dire ces Cappadociens? La Cappadoce, c'est le "pays des beaux chevaux", une terre qui a vécu bon nombre d'invasions, une terre de moines. Basile résista longtemps à l'empereur qui le craignait. Il défendit la foi de Nicée contre les ariens. Sa liturgie est célébrée au temps de Noël. Sur Grégoire de Nazianze, théologien et patriarche démissionnaire de Constantinople, vous avez une abondance de renseignements.
En Cappadoce il ne reste aujourd'hui de chrétiens que des monuments historiques, des ruines et des villes souterraines qui servaient de refuge. La ville de Kayseri, siège de Basile, est purement musulmane. C'est une pépinière de politiciens en Turquie.
Que nous a laissé Basile? Une liturgie, divers traités (Saint-Esprit). Il est aussi un exemple pour son action pastorale. Impossible de la séparer de la foi et de la liturgie, chez lui.

Il arrive que l'on s'étonne de voir recourir aux Pères. Il est vrai qu'il y eut avec le thomisme une forme de nivellement connu, mais qui était sans conteste un progrès. Le pape Benoît avec son "retour" (expression schématique) à saint Augustin nous rappelle les richesses des Pères et une liberté de réflexion fondée sur les sources et la tradition. Il est passionnant à ce propos de voir que l'orthodoxie après avoir été très influencée par le thomisme et la réflexion occidentale avait entamé un tel retour. A consulter certains de leurs manuels traduits en français, leur enseignement théologique est maintenant imprégné des Pères.
L'extrait d'une homélie de saint Basile ci-dessous nous rappelle le thème de notre crèche sur la famille, mais aussi que l'hiver fat souffrir beaucoup de monde, y compris les voyageurs exilés forcés sur la mer, les réfugiés de Syrie, d'Irak et d'ailleurs. Quelle solidarité dans la famille humaine?


Pourrais-je vous détailler exactement tous les instincts particuliers des oiseaux... L’instinct des cigognes approche beaucoup d'une raison intelligente. Elles arrivent toutes ensemble dans nos contrées, elles partent toutes ensemble au même signal. Elles sont accompagnées dans leur départ par nos corneilles, qui les escortent, pour ainsi dire, et qui leur prêtent du secours contre des oiseaux ennemis. Ce qui atteste ce fait, c'est que dans le temps où partent les  cigognes, on ne voit nulle part aucune corneille, et qu'elles reviennent avec des blessures, qui sont des témoignages sensibles de leur attention à escorter et à défendre des volatiles étrangères. Qui est-ce qui leur a prescrit les lois de l'hospitalité ? qui est-ce qui les a menacées de les accuser de désertion de service, pour qu'aucune ne se dispense de cette escorte ? Que cet exemple instruise ces hommes durs qui ferment leurs portes aux étrangers, et qui refusent de les mettre à l'abri même dans les nuits de l’hiver. Les soins que donnent les cigognes à leur père âgé suffiraient pour engager nos enfants, s'il voulaient y faire attention, à chérir leurs parents. Car il n'est personne assez peu sensé pour ne pas rougir d'être surpassé en vertu par des oiseaux destitués d'intelligence. Lorsque leur père voit les plumes de ses ailes tomber par la vieillesse, elles l’entourent, l'échauffent de leurs propres ailes, et lui fournissent abondamment de la nourriture. Dans les voyages, elles le secourent de tout leur pouvoir, en volant à ses côtés et en le soutenant le plus doucement qu'elles peuvent. Ce fait est si connu et si célèbre, que plusieurs, pour exprimer le mot de reconnaissance, se servent d'un nom pris de celui des cigognes. (Il s'agit du mot : antipelargorsis.)

  • Les Pères (voir l'exemple du physiologos), voyaient dans la création l'oeuvre de Dieu et y discernaient les traces de son action et une annonce du Christ. Ce n'était pas encore l'observation scientifique, mais ne peut-on s'émerveiller aussi devant ce qu'on découvre avec nos moyens contemporains.
    Pour l'anecdote, je me souviens qu'au décollage de l'avion à Kayseri, lors d'un pèlerinage, une corneille avait été aspirée dans le réacteur. L'affaire se termina sans mal pour les passagers.
  • Qu'est-ce que l'hexaemeron ?
Les neuf homélies de l’Hexaéméron furent prêchées à Césarée. Elles portent sur les six jours de la création du monde. Le dessein de l’orateur était d’entreprendre une recherche sur la constitution du monde : proposer une contemplation de l’univers qui eût son principe non dans les enseignements profanes, mais dans la sagesse de Dieu. Le plan suivi par Basile est avant tout exégétique, mais chaque mot qu’il cite donne prétexte à des explications qui débordent le cadre d’un simple commentaire. On y voit réunies les notions les plus diverses : cosmogonie, météorologie, botanique, astronomie, histoire naturelle.