Rechercher dans ce blog

samedi 16 septembre 2017

Semaine du Vorbourg



Les homélies de Mgr Claude Schockert, sont accessibles à cette adresse :

dimanche 10 septembre 2017

Comment éteindre un incendie dans l'étable d'Hippone?


10 septembre 2017 - 23ème dimanche du Temps Ordinaire — Année A

Lectures de la messe

Première lecture « Si tu n’avertis pas le méchant, c’est à toi que je demanderai compte... Ez 33, 7-9
Psaume Aujourd’hui, ne fermez pas votre cœur,
 mais écoutez la voix du Seigneur ! Ps 94 (95), 1-2, 6-7...
Deuxième lecture « Celui qui aime les autres a pleinement accompli la Loi » Rm 13, 8-10
 Évangile « S’il t’écoute, tu as gagné ton frère » Mt 18, 15-20


Frères et Sœurs,

Ce passage de l’Evangile appartient à ce qu’on appelle le « discours sur l’Eglise », chez saint Matthieu. Celui-ci a présenté Jésus comme celui qui apporte le pardon et prêche la réconciliation. Il est le maître doux et humble de cœur, qui a averti de ne pas se substituer à Dieu en arrachant l’ivraie dans le champ.
Combien y a-t-il de païens et de publicains parmi nous ? Combien ont posé de jugements et de faux-jugements sur ses proches et ses voisins.
Il n’y a rien de plus difficile que d’effectuer un jugement vrai sur ce qu’a fait une personne, sur des motivations à un acte, sur des intentions. Qui sait, si celui qui accuse n’essayera pas d’abuser de sa position… Les mécanismes et ressorts internes sont assez subtils et il faut vraiment être entre frères et dans la confiance pour arriver à clarifier une situation, lorsqu’elle doit l’être. Vous le savez, en criant assez fort ou en profitant de sa fonction et de sa position pour mobiliser contre quelqu’un des avis, en manipulant, on peut arriver à peu près à tout, quitte à ce qu’un historien finisse peut-être par rétablir la vérité une centaine d’années après, si vous êtes connu. Pour les petits, il ne reste que l’oubli et la rencontre avec Dieu. Vous connaissez peut-être  comment chez les Romains, au Moyen-Age ou même encore dans les prisons de certains états au 20ème siècle, aujourd’hui aussi on opérait ou opère pour faire parler quelqu’un et obtenir la vérité. Des supplices les plus atroces aux drogues, la panoplie de la cruauté est vaste. Ce qui est obtenu dans ces conditions est-ce la vérité ?
Ceci nous ramène donc à l’élément de base, celui de la charité, la vie dans le Christ. Sans elle rien ne va plus, il n’y a plus aucune cohésion possible. Il ne reste que les rapports de force. La correction fraternelle, certes, mais sur quelles bases et dans quelles circonstances, le sujet est vaste.
Le premier lieu et terrain de réconciliation est celui de nos familles, et chacun sait combien cela est difficile. Les signaux avertisseurs de difficultés, tous devraient apprendre à les détecter et à prévenir certains séismes… Il est dans l’air du temps de considérer que les choses peuvent se résoudre par des procédures automatisées et que c’est normal, sinon très moral, puisque ça ferait moins mal, parce que c’est plus facile. Qui est guetteur et accepte d’avertir qui, dans quelles circonstances ? Lequel aperçoit le premier la fatigue de l’autre, etc… Est-ce que je considère l’autre comme étant à mon service et pouvant être utilisé totalement, usé jusqu’à la corde. Uti et abuti. Or, entre personnes humaines, baptisés, et dans le cadre d’un mariage particulièrement, c’est une autre règle qui devrait être en vigueur : celle de l’amour mutuel disait saint Paul dans son épître. « Ces commandements et tous les autres se résument dans cette parole : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. » 
Vous devriez être des experts en charité et en attention… Saint Augustin a une petite phrase qu’il est possible de ressortir facilement, même avec une mauvaise mémoire : « Aime et fais ce que tu veux »… La problématique réside dans la définition du mot aimer, nous le comprenons bien. Ce n’est pas un sourire et des yeux doux en préparant dans l’ombre un traquenard.
Dans ce cadre, les grandes réflexions n’ont pas manqué. Nous nous souvenons peut-être de celles de Benoît XVI. Tout le monde attendait une réflexion sur la foi en raison de sa spécialité et des trois vertus théologales foi, espérance et charité. Mais il en a fait deux sur l’amour et une sur l’espérance. Celle sur la foi, l’encyclique à deux mains avait été signée par le pape François… Celui-ci nous a gratifiés d’Amoris laetitia, le document qui a suivi le Synode sur la famille… On en parle beaucoup. La focalisation s’est surtout faite sur d’éventuels accès légitimes aux sacrements, après des drames qu’il ne faut pas minimiser, mais en suivant un parcours de réflexion et de discernement. « Accueillir, accompagner, discerner et intégrer » sont les quatre maîtres mots.
Les évêques suisses ont fait paraître ces jours, en français d’abord, je vous prie et qu’ils me pardonnent, c’est une forme d’exploit, un document intitulé : « Pour un renouvellement de la pastorale du mariage et des familles à la lumière d’Amoris laetitia : une bonne nouvelle pour tou(te)s ». Vous avez donc encore du travail à ce point de vue.
Ces documents sont surtout à voir comme des outils pour préparer, entretenir et essayer de réparer ou de soigner si vous préférez, le mariage et la famille chez nous. Suivre le Christ, je ne vous apprends rien n’est pas s’engager sur la voie de la facilité, mais c’est un chemin sûr. Si vous aimez saint Augustin Amoris Laetitia le cite à trois reprises. Vous avez cette sentence par exemple : « plus le danger a été grand dans le combat, plus intense est la joie dans le triomphe ». Cela se comprend de la charité. Et encore celle-ci : « Comme en danger d’incendie nous courons chercher de l’eau pour l’éteindre, […] de la même manière, si surgit de notre paille la flamme du péché et que pour cela nous en sommes troublés, une fois que nous est donnée l’occasion d’une œuvre de miséricorde, réjouissons-nous d’une telle œuvre comme si elle était une source qui nous est offerte pour que nous puissions étouffer l’incendie ». N’est-ce pas beau… ce qu’on disait dans l’étable d’Hippone? Pour parler à la manière du pape. Elles devaient sentir bon ces brebis… Mais l’étable a disparu, il ne reste que le cœur d’Augustin… et son enseignement. Comme quoi, il nous faut avant tout être vigilants pour à propos de ce que nous vivons nous. Les plus belles et profondes considérations ont besoin d’être vécues. Il faut persévérer…

Jésus, Marie et Joseph, Écoutez, exaucez notre prière Amen !

samedi 9 septembre 2017

Semaine du Vorbourg 2017


Semaine du Vorbourg 2017
Prédication:
Mgr Claude Schockert, évêque émérite de Belfort-Montbéliard
10 au 17 septembre «Temple de Dieu, réjouis-toi !»

Célébration d’ouverture - Dimanche 10 : 16h

En semaine:
Du lundi au vendredi, messes à 5h30, 7h, 9h30, 19h30 Samedi, messes à 7h et 9h30 Petit déjeuner servi du lundi au vendredi, de 6h à 9h30 par la Congrégation des Dames - samedi, de 7h30 à 9h30
Adoration et pardon: lundi à samedi,
8h15 - 9h15 (sauf jeudi)
- un prêtre est à disposition pour célébrer le sacrement de la réconciliation
Prière des laudes
Lundi, mardi, mercredi, vendredi à 9h et dimanche à 9h30

Lundi : 19h30 Unité pastorale Saint-Germain, paroisses de Montsevelier et Mervelier

Mardi : 19h30 Unité pastorale Sts Pierre et Paul, paroisse Delémont

Mercredi : 16h00 Bénédiction des petits enfants
19h30 Unités pastorales Sainte-Marie et Sainte-Colombe, paroisse de Courfaivre

Jeudi : Messes en français à 5h30, 7h et 8h30

Dekanat Laufental: um 10 Uhr Hauptzelebrant und Prediger Bischofsvikar Chris toph Sterkman - verantwortlich für das Dekanat Laufental. Musikalische Gestaltung Männerchor der Keramik Laufen AG - und um 19.30 Uhr - Hauptzelebrant und Prediger Stephan Stadler, Pfarrer in Brislach u. Wahlen
Vendredi 15 : 19h30 Ajoie, Clos-du-Doubs: Unité pastorale Haute-Ajoie, paroisses de Grandfontaine et Damvant

Samedi 16 : 9h30 Jura bernois-Bienne romande et Franches-Montagnes: paroisse de Montfaucon
Dimanche 17 : 10h Messe des familles, animée par la chorale africaine St Joseph du Righi

16h Célébration de clôture

vendredi 8 septembre 2017

Nativité de Notre-Dame



Pour fêter la nativité de Marie, un poème connu de Charles Péguy, qui contrairement à ce que dit le pape François était bel et bien baptisé et avait reçu une grâce de retour au Christ en 1907... Chantre de Notre-Dame.
Pour approcher de Charles Péguy, on relira avec intérêt Les Grandes Amitiés de Raïssa Maritain.

S'adresser hardiment à celle qui est infiniment belle
Charles Péguy

Il y a des jours où les patrons et les saints ne suffisent pas.
Les plus grands patrons et les plus grands saints.
Les patrons ordinaires, les saints ordinaires.
Et où il faut monter, monter encore, monter toujours ; toujours plus haut, aller encore [...]
Alors il faut prendre son courage à deux mains.
Et s'adresser directement à celle qui est au-dessus de tout.
Être hardi.
Une fois.
S'adresser hardiment à celle qui est infiniment belle.
Parce qu'aussi elle est infiniment bonne.
A celle qui intercède. La seule qui puisse parler avec l'autorité d'une mère.
S'adresser hardiment à celle qui est infiniment pure.
Parce qu'aussi elle est infiniment douce.
Infiniment accueillante.
Accueillante comme le prêtre qui au seuil de l'église va au-devant du nouveau-né jusqu'au seuil. Au jour de son baptême.
Pour l'introduire dans la maison de Dieu.
À celle qui est infiniment riche.
Parce qu'aussi elle est infiniment pauvre.
A celle qui est infiniment haute.
Parce qu'aussi elle est infiniment descendante.
A celle qui est infiniment grande.
Parce qu'aussi elle est infiniment petite.
Infiniment humble.
Une jeune mère.
A celle qui est infiniment jeune
Parce qu'aussi elle est infiniment mère.
A celle qui est infiniment droite.
Parce qu'aussi elle est infiniment penchée.
A celle qui est infiniment joyeuse.
Parce qu'aussi elle est infiniment douloureuse.
Septante et sept fois septante fois douloureuse.
À celle qui est infiniment touchante.
Parce qu'aussi elle est infiniment touchée.
A celle qui est toute Grandeur et toute Foi.
Parce qu'aussi elle est toute Charité.
A celle qui est toute Foi et toute Charité.
Parce qu'aussi elle est toute Espérance.
Heureusement que les saints ne sont pas jaloux les uns des autres. Il ne faudrait plus que ça. Ce serait un peu fort. Et ensemble heureusement qu'ils ne sont point jaloux de la Vierge. C'est même ce que l'on nomme la communion des saints. [...]
A celle qui est pleine de grâce
Parce qu'elle est avec nous.
A celle qui est avec nous
Parce que le Seigneur est avec elle.
A celle qui intercède.
Parce qu'elle est bénie entre toutes les femmes.
Et que Jésus, le fruit de son ventre, est béni.
[...]
A celle qui est pleine de grâce
Parce qu'elle est aussi pleine d'efficace
Maintenant.
Et parce qu'elle est pleine de grâce et pleine d'efficace
Et à l'heure de notre mort ainsi soit-il.


Charles Péguy, Le Porche du mystère de la deuxième vertu, Gallimard 1911, p. 68-91.

mercredi 6 septembre 2017

EGLISE DE SAINT - HIPPOLYTE SUR LE DOUBS - LE SAINT SUAIRE

 Le mariage de la Vierge,
vitrail de la collégiale Notre-Dame

Lorsque le passant visite l’église de Saint-Hippolyte, petite ville Franc-Comtoise, au confluent du Doubs et du Dessoubre, clans un site très pittoresque, son attention est attirée, à l’entrée du chœur d’une chapelle, par une plaque de marbre noir sur laquelle figure une inscription ainsi conçue :  
« Le Saint Suaire de Notre Seigneur Jésus-Christ, envoyé en France à la IVème croisade et confié au Comte Humbert de la Roche Saint-Hippolyte par les Chanoines de Lirey en Champagne (acte du 6 juillet 1418) a été vénéré dans cette chapelle pendant trente-quatre ans avant d’être cédé au Duc Louis de Savoie et à son épouse Anne de Chypre par Marguerite de Charny, veuve du Comte Humbert (lettres de Chambéry1452) »
Ce Suaire est vénéré aujourd’hui dans la Chapelle royale de Turin.
Aussitôt, des souvenirs de catéchisme se mêlent aux nombreuses questions de catéchisme qu'appelle le présence de cette plaque.
Ce Suaire est-il le Linceul dans lequel fut enseveli le corps de Jésus. ?
Comment est-il parvenu dans cette petite ville de Franche-Comté ?
Pourquoi n’y est-il pas resté ?

dimanche 3 septembre 2017

Passe derrière moi, Satan...



3 SEPTEMBRE 2017

22ème dimanche du Temps Ordinaire — Année A

Lectures de la messe
Première lecture« La parole du Seigneur attire sur moi l’insulte »Jr 20, 7-9
Psaume Mon âme a soif de toi,
Seigneur, mon Dieu !Ps 62 (63), 2, 3-4,...
Deuxième lecture« Présentez votre corps en sacrifice vivant »Rm 12, 1-2
Évangile« Si quelqu’un veut marcher à ma suite, qu’il renonce à lui-même »Mt 16, 21-27


Frères et sœurs, nous avons entendu la semaine dernière la confession de Pierre. Inspiré par l’Esprit-Saint, il avait proclamé devant tous, la divinité de Jésus : « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant ! ».
Peu après, suite à une intervention malheureuse, Jésus se tourne vers lui, en lui disant : « Passe derrière moi Satan… » Que s’est-il passé ? Jésus a commencé de montrer à ses disciples qu’il lui fallait partir pour Jérusalem, souffrir beaucoup de la part des anciens, des grands prêtres et des scribes, être tué, et le troisième jour ressusciter. Pierre n’avait pris la mesure de ce qu’il avait dit à Jésus. Peut-être s’était-il senti bien et investi d’une mission de premier conseiller ou de ministre. Il a du avoir une belle peur. En caricaturant il se voit tout à coup rejeté : ni fauteuil, ni chaise et pas même un tabouret. Bref, l’enfer et les ténèbres extérieures. Le pauvre avait donné une interprétation humaine aux paroles de Jésus. A un certain point de vue, on le comprend puisque les rois étaient appelés des dieux ou des fils des dieux. David lui-même aussi d’ailleurs : « Je serai pour lui un père et il sera pour moi un fils. » (2 Sam, 2, 14). Le Messie était destiné dans les esprits de ce temps-là à rétablir un royaume temporel.